Un laboratoire indépendant suisse affirme que la «toxine Bz» utilisée dans l'intoxication des Skripal est produit aux États-Unis/au Royaume-Uni, et non en Russie

16-04-2018 mondialisation.ca 4 min #140201

Quelqu'un aura des explications à fournir... Les frappes aériennes syriennes étaient-elles destinées à simplement « détourner » les citoyens de la réalité entourant l'empoisonnement des Skripal ?

Vous rappelez-vous comment on nous a dit, aux politiciens (pas aux scientifiques) qu'un agent neurotoxique mortel Novichok - produit par la Russie - avait été utilisé dans la tentative d'assassinat des Skripal ? Vous rappelez-vous les 50 questions ( ici et  ici) que nous avions posées sur les «faits» que Theresa May avait exposés? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi, étant donné le caractère absolument mortel de ce produit chimique, les Skripals se sont baladés pendant quelques heures après avoir été « infectés » et ont survécu quelques jours plus tard sans subir de dommages chroniques?

Eh bien, ces doutes ont peut-être été résolus car selon le laboratoire indépendant suisse Spiez, la substance utilisée sur Sergei Skripal était un agent appelé BZ, qui n'a jamais été produit en Russie, mais qui était en service aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d'autres Etats de l'OTAN.

 RT rapporte que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré, en citant les résultats de l'examen mené par un laboratoire chimique suisse qui travaillait avec les échantillons que Londres a remis à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), que Sergueï Skripal, un ancien agent double russe, et sa fille Yulia ont été empoisonnés avec une toxine incapacitante connue sous le nom de 3-Quinuclidinyl benzilate ou BZ.

Le centre suisse a envoyé les résultats à l'OIAC.

Cependant, l'Observatoire chimique des Nations Unies s'est limité à confirmer la formule de la substance utilisée pour empoisonner les Skripal dans son rapport final sans mentionner quoi que ce soit sur les autres faits présentés dans le document suisse, a ajouté le ministre russe des Affaires étrangères.

Il a poursuivi en disant que Moscou demanderait à l'OIAC les raisons de sa décision de ne pas inclure d'autres informations fournies par les Suisses dans son rapport.

De plus, le laboratoire suisse est également un centre d'excellence internationalement reconnu dans le domaine de la protection nucléaire, biologique et chimique et fait partie des cinq centres autorisés en permanence par l'OIAC.

Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que Londres refusait de répondre à des dizaines de questions « très spécifiques » posées par Moscou au sujet de l'affaire de Salisbury, ainsi que de fournir des preuves substantielles qui pourraient faire la lumière sur l'incident.

Au lieu de cela, le Royaume-Uni a accusé la Russie de ne pas avoir répondu à ses propres questions, ajoutant que Londres ne posait pas de questions mais souhaitait que Moscou admette qu'elle était responsable de la livraison de l'agent chimique au Royaume-Uni.

Mais bon, qui se soucie de tout ça ? Des diplomates ont été renvoyés chez eux, Poutine a été consacré nouveau Hitler, et d'ailleurs, qu'en est-il de ces missiles en Syrie ?

Zero Hedge

Article original en anglais :  Independent Swiss Lab Says 'BZ Toxin' Used In Skripal Poisoning; US/UK-Produced, Not Russian, Zero Hedge, le 14 avril 2018.

Traduction :  Avic -  Réseau International

La source originale de cet article est  zerohedge.com
Copyright ©  Zero Hedge,  zerohedge.com, 2018

 mondialisation.ca

 Ajouter un commentaire
 Se réfère à :