La réaction de la Russie aux insultes de l'Occident est un suicide politique

26-03-2018 lesakerfrancophone.fr 8 min #139370

Par Peter Koenig - Le 17 mars 2018 - Source  thesaker

L'assaut de l'Occident contre la Russie ces derniers jours, depuis la prétendue attaque au poison avec un agent neurotoxique venant de l'ère soviétique, le Novichok (dont l'inventeur, d'ailleurs, vit aux États-Unis), contre un agent double russe, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, a été tout simplement épouvantable. Surtout de la part du Royaume-Uni. En commençant par le Premier ministre May, qui a carrément accusé la Russie d'utiliser des armes chimiques sur le territoire britannique, sans fournir de preuve. Curieusement, il n'y a aucune indication du lieu où Skripal et sa fille se trouvent, dans quel hôpital le couple est traité, aucune analyse du poison n'est publiée, on ne peut pas leur rendre visite ; il n'y a absolument aucune preuve de la substance avec laquelle ils auraient été empoisonnés - Sergueï et Ioulia existent-ils réellement ?

En conséquence, Theresa May expulse 23 diplomates russes, qui doivent quitter le Royaume-Uni sous une semaine. Puis vient Boris Johnson, le clown ministre des Affaires étrangères, également un menteur abject. Il a dit, non il a hurlé, à ses collègues parlementaires, qu'il était « très vraisemblable que Poutine ait personnellement ordonné l'attaque contre l'espion ». Cette accusation, sortie de nulle part, contre le président russe est bien plus qu'une gravissime violation du comportement diplomatique, c'est une insulte honteuse - et aucune preuve n'est fournie. En fait, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré que l'attaque personnelle de Johnson contre le président Poutine était « impardonnable ».

Pour ne pas manquer de paraître dans le vaudeville du dénigrement, le secrétaire britannique à la Défense, Gavin Williamson, est devenu encore plus insolent, la Russie « devrait s'en aller et se taire ». En réponse à toute cette diabolisation de la Russie pour un crime fantaisiste, dont aucune preuve n'a été fournie, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que ces commentaires non diplomatiques signifiaient que les autorités britanniques étaient nerveuses et avaient quelque chose à cacher. Lavrov a également fortement objecté, en demandant l'ouverture d'une enquête conjointe UK-Russie sur l'affaire - rêve-t-il ? - et a répondu à une question sur des représailles diplomatique : oui, la Russie expulsera également des diplomates britanniques « bientôt ».

Il ne fait aucun doute que le Royaume-Uni a agi comme le caniche de Washington. Au cours de cette tirade anti-Russie, Trump a twitté qu'il soutenait pleinement la position du Royaume-Uni. En effet, les marionnettes européennes, Riri, Fifi et Loulou Macron, Merkel, et May ainsi que leur tonton chef, Donald, ont signé une déclaration commune accusant la Russie d'être l'auteure de l'attaque au gaz neurotoxique sur l'ancien agent double : « Il n'y a aucune autre explication plausible que la culpabilité de la Russie dans l'attaque. » Sic et bingo, ça dit tout. La presse le ramasse et l'envoie aux quatre coins du globe - et le troupeau de moutons occidentaux se fait de nouveau bourrer le crâne : c'est le Russe qui l'a fait.

Bon ! Nous savons tout ça. Mais le vrai point que je veux faire valoir, c'est que la Russie réagit toujours à de telles fausses accusations insensées et carrément fausses ; la Russie répond toujours, rejette bien entendu les accusations, mais habituellement avec de longues explications, et avec des suggestions sur la façon d'arriver à la vérité - comme si le Royaume-Uni et l'Occident avaient quoique ce soit à foutre de la vérité - pourquoi font-ils cela ? Pourquoi vous, Russes, prenez-vous même la peine de répondre ?

C'est un signe stupide de faiblesse. Comme si la Russie croyait encore à la bonté de l'Occident, comme s'il avait juste besoin d'être réveillé. Ce que la Russie fait chaque fois, pas seulement dans cette affaire Skripal, mais dans chaque attaque insensée et impitoyable : accusations de cyber-piratage, invasion de l'Ukraine, annexion de la Crimée, sans parler de la saga interminable du Russia-Gate - l'interférence prétendue de la Russie pour pirater les élections présidentielles américaines de 2016, en favorisant Trump contre Hillary. Tout le monde, même avec un demi-cerveau sait que c'est une bouse totale. Même le FBI et la CIA ont dit qu'il n'y avait aucune preuve. Alors, pourquoi même répondre ? Pourquoi même essayer de défaire les mensonges, convaincre les menteurs qu'ils, les russes, ne sont pas coupables ?

Chaque fois que l'Occident s'aperçoit que la Russie veut être un « bon voisin » - ce dont l'Occident ne se soucie pas vraiment - la Russie se rend plus vulnérable, plus encline à être accusée, attaquée et calomniée.

Pourquoi la Russie ne se sépare-t-elle pas simplement de l'Ouest ? Au lieu d'essayer d'appartenir à l'Occident ? Acceptez de ne pas être bienvenus en Occident, que l'Occident veut seulement piller vos ressources, votre vaste territoire, et pour cela vous provoquer dans une guerre où il n'y aura pas de vainqueur, une guerre qui peut détruire toute la Terre Mère. Mais les gestionnaires anglosionistes de Washington, rêvent que leur élite survivra pour finalement prendre le contrôle de la belle et grande Russie. C'est ce qu'ils veulent. Le dénigrement est un moyen vers cette fin. Plus il y a de gens dans la combine, plus il est facile de lancer une guerre atroce.

L'affaire Skripal est typique. L'intensité avec laquelle cette propagande mensongère a été lancée est exemplaire. Elle a amené tous les débiles mentaux européens - et il y en a beaucoup - dans le camp des russophobes haineux. Personne ne peut croire que May, Merkel, et Macron sont des menteurs si flagrants... C'est au-delà de ce qu'on leur a mis dans le crâne durant toute une vie gavée de mensonges. Même si quelque chose leur dit que ce n'est pas tout à fait correct, la facilité du confort auquel ils ne peuvent pas échapper, l'incapacité à remettre en question la vie qu'ils mènent sont si fortes qu'ils préfèrent hurler à la guerre, la guerre contre la Russie, la guerre contre l'éternel ennemi de l'humanité. Je me rappelle avec tristesse que dans ma jeunesse, en Suisse neutre, l'ennemi est toujours, toujours venu de l'Est. Il se cachait derrière le « rideau de fer ».

L'Ouest est en train de fabriquer un nouveau rideau de fer. Mais en faisant cela, il ne se rend pas compte qu'il se met, lui-même, une corde au cou. La Russie n'a pas besoin de l'Occident, mais l'Occident sera bientôt incapable de survivre sans l'Est, l'avenir est à l'Est - et la Russie fait partie intégrante de l'Est, de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui englobe la moitié de la population mondiale et contrôle un tiers de la production économique mondiale.

Monsieur Poutine, vous n'avez pas besoin de répondre aux insultes venant de l'Ouest, parce que ce n'est que cela, des insultes abusives. La calomnie abjecte que Boris Johnson vous a lancée n'est qu'une insulte misérable. Vous n'avez pas besoin de répondre à ce comportement. Tirez vos conséquences.

Cher Président Poutine, cher Monsieur Lavrov, laissez-les ! Laissez-les crier. Laissez-les pourrir dans leur folie. Répondez au Royaume-Uni, non plus avec des mots, mais avec des actes, avec des actions drastiques. Fermez leur ambassade. Donnez à tout son personnel une semaine pour quitter votre pays, puis abolissez et éviscérez l'ambassade de la même manière que les États-Unis ont aboli vos consulats à Washington et à San Francisco, il y a un peu plus d'un an. Vous n'avez sûrement pas oublié. Alors vous donnez généreusement à tous les Britanniques [présents en Russie] un mois pour faire leurs valises et quitter votre beau pays - cela peut être fait, c'est ce que Washington exige de ses vassaux du monde entier pour les travailleurs étrangers nord-coréens. Bloquez tout commerce avec le Royaume-Uni, ou avec tout l'Occident d'ailleurs, bloquez tous les actifs occidentaux en Russie, parce que c'est la première chose que feront les pillards occidentaux, en bloquant les avoirs russes à l'étranger. Ils ont le vol dans le sang.

M. Poutine, vous n'avez pas besoin de répondre à leurs minables attaques abusives, aux calomnies et aux mensonges. Vous, et la Russie, êtes bien au-dessus du niveau de ce misérable ramassis occidental. Arrêtez toutes vos relations avec l'Ouest. Vous avez la Chine, l'OCS, l'Union économique eurasienne (UEE), la Russie fait partie de - l'initiative Route de la soie One Belt One Road du président Xi - un développement de plusieurs milliers de milliards qui prospère, émanant de Chine, reliant les continents - Asie, Afrique, Europe, Amérique du Sud - par les infrastructures, le commerce, la création de centaines de millions d'emplois décents, le développement et la promotion de la science et de la culture, apportant une vie convenable à des centaines de millions de personnes.

Que feraient les Occidentaux si soudainement ils n'avaient plus d'ennemi parce que celui-ci a décidé de les ignorer et de faire une sieste ? La Chine se joindra à vous. Tout le reste, répondre, justifier, expliquer, nier les mensonges les plus flagrants, essayer de les amener à la vérité n'est pas seulement une perte de temps frustrante, c'est un suicide politique. Vous ne gagnerez jamais. L'Occident se moque de la vérité - il l'a prouvé depuis deux mille ans ou plus. Et pendant tout ce temps, pas un iota de conscience n'est entré dans l'esprit collectif de l'Ouest. On ne peut pas faire confiance à l'Ouest. Point final.

Peter Koenig

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire