Un dictionnaire biographique de mille femmes suédoises est mis en ligne

14-03-2018 tlaxcala-int.org 6 min #138914

 Maria Jacobson

Le jeudi 8 mars, le premier  dictionnaire biographique de femmes en ligne a été lancé en Suède. Il contient des informations sur mille femmes et leurs apports en Suède au fil des siècles. Le dictionnaire remédiera à l'occultation des femmes dans l'écriture de l'histoire.

« Une figure exemplaire de cette galerie lié au mouvement # metoo, est Sophie Sager. Elle a été la première femme à porter plainte pour une tentative de viol vers 1850 », dit Lisbeth Larsson, professeure de littérature et l'une des responsables du projet.

La cérémonie de lancement a eu lieu jeudi à la bibliothèque des humanités de l'Université de Göteborg. Il y avait foule et beaucoup de femmes militantes étaient présentes, de toute apparence heureuses : un dictionnaire sur les femmes de cette dimension manquait.

« Les femmes ont été empêchées, entre autres pour des raisons juridiques, marquer la sphère publique de leur propre empreinte », explique Maria Sjöberg, professeure d'histoire à l'Université de Göteborg. « Elles n'ont pas été prises en compte comme des personnes en soi, mais elles se sont retrouvées sous la tutelle des hommes. On n'a pas tenu compte de leurs apports »..

Certains des domaines où les femmes ont apporté des contributions importantes sont les soins et l'éducation. Ce sont là des domaines qui ne correspondaient pas aux critères de sélection traditionnels des dictionnaires biographiques, domaines dans lesquels les hommes semblent avoir été priorisés.

Facile à naviguer et bilingue

Pendant deux ans, environ 400 spécialistes de diverses universités et institutions culturelles ont travaillé à produire et à compiler les éléments biographiques sur mille femmes. Un certain nombre de compétences ont été mises à contribution pour le projet, dont celles d'ingénieurs linguistiques et de concepteurs d'infrastructure. Le dictionnaire est disponible en ligne en suédois et en anglais sous la forme d'une base de données, accessible à tous. Le système de recherche est simple et l'infrastructure est d'une navigation facile, ce qui a été démontré au public.

Beaucoup des femmes présentes ont été des pionnières dans leurs domaines, comme la première femme pasteur et la première femme médecin.

« L'idée d'un dictionnaire biographique féminin existait depuis de nombreuses années mais les ressources manquaient. Au fil des ans, nous avons cherché de l'argent à différents endroits, mais nous n'avons pas reçu de financement. Nous pensions que ce projet serait évident dans le pays le plus égalitaire du monde », dit Lisbeth Larsson. « Mais ce n'est que lorsque nous nous sommes rendues compte que nous pouvions chercher de l'argent pour construire des infrastructures, que ça s'est vraiment débloqué et que nous avons obtenu des ressources ».

« Nous espérons que le dictionnaire va attirer l'attention et sera utile dans l'enseignement à tous les niveaux et dans la recherche. Il fournira de nouvelles perspectives, de nouvelles connaissances et de nouvelles sources », dit Maria Sjöberg. « Ainsi, l'écriture de l'histoire pourra devenir plus représentative de qui a accompli quoi dans le passé ».

On ne recommence pas à zéro

Ulrika Lagerlöf Nilsson est chercheuse en histoire et fait partie du comité de rédaction. Elle croit que le dictionnaire pourrait agir comme un «teaser», un révélateur.

« Le dictionnaire est un bon point de départ pour quiconque souhaite approfondir ses recherches ou se renseigner sur une histoire qui n'a pas été écrite. Un processus d'apprentissage et de recherche devient plus facile et plus rapide avec l'accès à cette base de données ».

Un aspect évoqué au dans les discours d'inauguration était le fait que les nouvelles générations de jeunes femmes - ayant un intérêt pour le féminisme - ont le sentiment qu'elles doivent tout commencer à zéro que personne n'a rien fait auparavant. Les femmes ne connaissent pas leur histoire. On fait croire qu'aucune femme n'a jamais rien fait, mais que c'est seulement maintenant, dans les temps modernes, que cela a commencé à se produire.

Lis Hellström Sveningson, journaliste culturelle et critique, était dans le public. Que dit-elle du nouveau dictionnaire ?

« Je dirais que c'est historique. Un dictionnaire aussi complet, c'est vraiment super. Et ce ne sont pas seulement les femmes individuelles qui sont décrites, mais aussi les réseaux dont elles ont fait partie, parce qu'on dit souvent que les hommes ont de bons réseaux, mais pas les femmes ».

Sophie Sager a fait scandale et a été ridiculisée, mais sa plainte pour tentative de viol est entrée dans l'histoire

Le travail continue

Ingrid Holmquist, professeure émérite en études de genre à l'Université de Göteborg, était aussi indéniablement satisfaite.

« Je pense que cela peut renforcer les études de genre genre, qui sont encore considérées comme un peu faibles comme discipline scientifique. Elles ne sont pas particulièrement visibles, à part pour les initié.es.

Le travail sur le dictionnaire ne s'achève pas là. On espère que plus de mille autres femmes y seront insérées dans les prochaines années.

Et qu'est-ce qui est arrivé à Sophie Sager? Elle a fait scandale et sa plainte a été considérée comme grotesque et ridicule. Finalement, elle a émigré en Amérique. Mais le tribunal a jugé sa faveur et ce jugement est également historique.

Lisbeth Larsson, professeure de littérature, Université de Göteborg, responsable du projet.

Ulrika Lagerlöf Nilsson, chercheuse en histoire, fait partie du comité de rédaction. À l'arrière-plan, entre autres Agnes Vold, professeur de bactériologie clinique (robe à motifs géométriques), et Katarina A Karlsson qui a chanté à l'ouverture (cheveux roux).

Margareta Hemmed, bibliothécaire en chef à la bibliothèque de l'Université de Göteborg, souhaite la bienvenue au public.

Marie Demker, professeure de sciences politiques, doyenne de la faculté des sciences humaines de l'université de Göteborg, l'une des oratrices

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  feministisktperspektiv.se
Publication date of original article: 09/03/2018

 tlaxcala-int.org

 Ajouter un commentaire