080105 4 min

ce qui fait tyrannie

dans ce cas quelles en sont les manifestations, et comment les déceler, renvoie l'attention particulière qu'il faut avoir pour les troubles de la mémoire et aussi, ai-je vu, une fois en france et une fois aux états-unis, le même phénomène où deux personnes disaient exactement les mêmes phrases. la seconde a été l'objet d'une émission comique, the daily show qui est très comique, et en france il s'était passé la même chose. ça me semblait dépasser un simple briefage, mais bon.

on peut voir clairement la folie s'installer par strates d'admission, les habitants des villes riches n'osent rien refuser de totalitaire sûrement pas décence vis-à-vis des autres pays les plus pauvres, c'est ce que je me dis du moins, mais le poids augmente, dans la mesure où les gens sont obstinés et nerveux, ou bien détendus mais inconséquents. c'est cet article w41k.com montre bien de quel obscurantisme il est question. C'est intéressant de voir que finalement rien n'était résolu, seulement oublié, dans un sens les peuples semblent avoir besoin de trouver un sens à des termes (la liberté, la démocratie) tellement surfaits qu'ils peuvent être dangereux. La démocratie par exemple pour comprendre ce terme qui est un concept et même une vague idée, il faut s'interroger sur ce qui veut être obtenu et ce qui veut être évité, ce qui était fui quand ce concept a été créé. Ce qui a été fui c'était la tyrannie, mot qui était désuet jusque récemment, et la théorie voulait qu'une fois socialisé, le pouvoir ne puisse plus représenter une tyrannie. (node_1) Le problème était réglé, l'humanité se sentait sauvée. Elle a fait des poèmes et des éloges à la beauté de la vie, choses qui se produit de façon mécanique dans un pays de paix, c'était le siècle des lumières, l'humain était rayonnant et victorieux, ce qui arrive souvent. Puis le contre-coup de ça a été de dire oui mais quand même des fois l'humain peut être dégueulasse, la vie elle-même, passablement cruelle. Ce qui est vécu comme une cruauté n'est jamais apaisé, l'humain est beau et voilà c'est tout, mais ça perd de son sens. C'est là qu'est notre époque sortie du nazisme, qui se dit que cruellement, l'humain est conventionnellement dégueulasse parfois, et sutout techniquement c'est ça qui permet de monter les échelons.

Puis par l'excès de terreur, le cerveau, le psychisme ou l'esprit collectif, ont besoin de faire des tests en miniature sur des objets plus simples pour voir comment sera résolu un problème topique, ce qui donne une phase de rejouements cruels, pour voir comment la cruauté est vécue, par curiosité salvatrice ; procédure de rejouement qui se répète à tous les échelons, et rapidement.

Ce qui veut être fait est de trouver une méthode pour pouvoir ensuite s'épanouir, ce qui déjà décale l'objet de la vie dans un second degrés inaccessible. ça c'est l'histoire de l'argent qui s'immisce comme intermédiaire inoffensif, et qui veut devenir vital. Ce qu'il y a c'est que les préceptes hérités de la bible eux aussi dénués reprennent leur intérêt si elles placent ce qui est vécu comme de la cruauté, ce qui est douloureux, dans un lieu saint du cerveau, qui ne peut exister qu'au sein de toute une construction. L'idée c'est de comprendre en quoi il y a une justice et en quoi il y a une morale, et peut-être de soupçonner que si la situation actuelle est tendue, c'est en raison d'erreurs qu'il convient d'identifier de toute urgence. (erreur qui consiste à tuer immédiatement ce qui est identifié par inadvertance).

Et comme on peut se dire que dans un état totalitaire la meilleure issue prévisible est la religion véritable et sincère, la foi, pas en un Dieu mais en un sens à donner à leur passé, là aussi mécaniquement le principal danger apparaît de moines-tyrans, un assemblage tellement improbable que les cinéastes avaient même oublié d'en faire le portrait.

Il y aurait bien la révolution, mais ça nécessite une coordination, bien qu'une fois ceci obtenu, ça prendra une heure à tout le monde de sortir dans les rues et obtenir une grande résolution. ça arrive bien lors des matches de foot.

l'intéressant dans une révolution c'est qu'il n'est pas possible de "demander" de dire "s'il vous plaît", ou de faire remarquer une cruauté, ce n'est pas suffisant, le dialogue est impossible, les élites ne reçoivent pas cette fréquence (et pas mal de gens en fait) et ils essaient de forcer de faire croire que tout va bien, mais quand même il y a des raisons d'angoisser. Et donc ceci est récupéré et cultivé pour être mieux récupéré.

(node_1) normalement c'est là qu'on aurait dû approfondir ce qui faisait « tyrannie », et ne pas le formaliser en un objet finalement devenu impalpable.