Congrès de l'Iarpp en Israël

15-02-2018 2 articles 7 min legrandsoir.info #138006

USA-Palestine Mental Health Network et Jewish Voice for Peace

New York, NY 12 février 2018 - Plus d'un millier de professionnels de la santé mentale ont signé une pétition pour protester contre la décision de l'Association internationale pour la psychanalyse relationnelle et la psychothérapie (IARPP) de tenir sa conférence internationale de 2019 à Tel Aviv, en citant des violations des droits humains, perpétrés par l'État d'Israël, ainsi que des pratiques discriminatoires qui rendent impossible la pleine participation des cliniciens locaux et internationaux.

La tenue de la conférence en Israël limite inévitablement considérablement la participation des cliniciens palestiniens à la conférence, en raison de l'imposition de restrictions de mouvement, de couvre-feux et de points de contrôle par Israël, ainsi que de l'arrestation en janvier 2018 de Munther Amira, ancien secrétaire général du Syndicat palestinien des travailleurs sociaux et des psychologues. De plus, l'Etat d'Israël a annoncé en janvier 2018 son redoublement d'efforts pour mettre sur la liste noire des personnes internationales suspectées de critiquer Israël, qui ne seront pas autorisées à entrer dans le pays. Des membres des organisations "Jewish Voice for Peace" et "American Friends Service Committee" et des membres de nombreux autres groupes d'action politique non-violents ont été ciblés par le gouvernement israélien. Les praticiens de Santé Mentale appartenant à ces organisations et à d'autres organisations interdites ne pourront pas entrer en Israël et seront expulsés. En outre, les cliniciens d'un certain nombre de pays voisins du Moyen-Orient sont empêchés d'entrer en Israël et ne peuvent donc pas assister à la conférence.

La direction de l'IARPP a réagi à cette protestation par des promesses rassurantes de créer un forum pour un débat ouvert lors de sa conférence de Tel Aviv. Mais il est clair qu'un débat ouvert ne peut pas avoir lieu en Israël, à cause des violations continues des droits humains qui empêchent un débat ouvert. L'IARPP prétend que cette protestation vise à limiter la « liberté académique », mais cette affirmation est fallacieuse : c'est l'État d'Israël qui limite la liberté académique.

Le choix d'Israël comme lieu de conférence est un vote de soutien pour le gouvernement israélien et ses politiques d'apartheid.

La pétition elle-même est ici :

The petition itself is here :

secure.everyaction.com

La pétition a été lancée par l'intermédiaire des organisations USA-Palestine Mental Health Network et Jewish Voice for Peace, avec le soutien du réseau britannique pour la santé mentale en Palestine (UK-Palestine Mental Health Network). Leurs sites Web sont ici :

ukpalmhn.com

jewishvoiceforpeace.org

ukpalmhn.com

Le site web de l'IARPP est ici :

iarpp.net

Contact : Elizabeth Berger, MD USA PalMHN
Phone : (215) 740-3090


Déclaration publique palestinienne sur le Congrès de l'IARPP

Le 6 février 2018

Cher-e-s membres du Conseil de l'IARPP,

Nous, soussignés, sommes des professionnels palestiniens de la santé mentale, des citoyens d'Israël, pour la plupart orientés par l'approche psychodynamique, nous avons étudié les approches relationnelles et les apprécions profondément. Nous vous contactons au sujet de la conférence internationale prévue en Israël en juin 2019. Nous nous sentons obligés d'exprimer notre position concernant la demande faite par le Dr. Samah Jabr, psychiatre et psychothérapeute palestinienne de Jérusalem-Est, et par d'autres collègues internationaux, pour que le Conseil revienne sur sa décision du lieu de la conférence.

Nous avons pris amplement connaissance de concepts relationnels clés, tels l'intersubjectivité et la reconnaissance mutuelle, et nous apprécions la façon dont la théorie et la pratique relationnelles permettent de réfléchir aux impacts sur la santé mentale des conditions sociales et politiques. Dans cette optique, nous avons été surpris de découvrir que l'IARPP a choisi de tenir sa conférence internationale en Israël, malgré sa longue histoire de violations des droits humains, notamment l'occupation violente de la Cisjordanie et le blocus de Gaza. Dans notre esprit, le fait de ne pas prendre en compte ces agressions en cours de la vie des Palestiniens et des droits humains, lors du choix du lieu de la conférence, pourrait se traduire comme leur acceptation tacite par l'IARPP.

Nous souhaitons exprimer notre solidarité avec nos collègues palestiniens de la Cisjordanie occupée et de la bande de Gaza assiégée, qui souffrent quotidiennement de l'oppression, du déni de liberté et de la violence chronique, notamment des assassinats fréquents de civils par l'armée israélienne, qui restent largement impunis. Nous affirmons que nos collègues palestiniens ont le droit de résister à l'Occupation.

De surcroît, nous tenons à souligner que la tenue de la conférence à Tel-Aviv rendra impossible pour beaucoup de nos collègues palestiniens, travaillant dur pour tenter d'alléger les souffrances de notre peuple et renforcer sa résilience, d'assister à cette importante conférence professionnelle. C'est ce que nous considérons comme injuste et injustifié.

Par conséquent, nous proposons de tenir la conférence dans un autre endroit de la région, comme Chypre ou la Jordanie, où les participants à la fois palestiniens et israéliens pourraient voyager. Alors que la liberté de mouvement des Palestiniens est restreinte, peu importe où ils veulent voyager, il est plus facile pour ceux d'entre nous piégés en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza assiégée d'obtenir les permis nécessaires pour se rendre dans ces pays, que d'être autorisés de se rendre en Israël.

Nous sommes pleins d'espoir que le Conseil de l'IARPP prenne notre appel au sérieux et fasse un choix éthique pour se ranger du côté des opprimés, permettant ainsi au plus grand nombre possible de collègues palestiniens d'assister à cette conférence qui est sur le point d'avoir lieu dans notre région. Nous sommes certains que l'accès à la formation à la théorie relationnelle et à ses idées améliorera la capacité des professionnels palestiniens de la santé mentale à soutenir notre peuple dans la prise en main de son quotidien et dans sa lutte pour la justice.

Respectueusement

Manal Abu Haq Clinical Social Worker, psychothérapeute, membre de l'IARPP
Dr Mustafa Qossoqsi, Psychologue clinicien
Hanan Khamis-Zoabi, Psychologue développemental
Fatima Birro, Psychologue clinicienne
Dr Caesar Hakim, Psychologue clinicien
Maya Rabea, Psychologue clinicienne
Tony Haddad, Travailleur social clinicien, Psychothérapeute
Manal Assi, Travailleur social clinicien
Fatina Nabulsi, Travailleuse sociale clinicienne, Psychothérapeute
Yoa'd Ganadry Hakim, Psychologue clinicien
Rana Azaiza, Travailleuse sociale clinicienne
Rana Shehab Naara, Psychologue clinicienne
Suzan Ukasha, Psychologue clinicienne
Dr Adnan Abu El Hija, Psychologue clinicien
Najla Asmar, Psychologue clinicienne
Dr Sfaa GH Naser, Psychologue clinicien
Amira Shahla, Psychologue clinicienne Reims
Laila Baransa Farah, Travailleuse sociale, Psychothérapeute
Amany Ayad, Travailleur social, Art-thérapeute
Ali Jaber Abu-Gosh, Psychologue clinicien en formation
Maha SakallahTali, Travailleuse sociale, Thérapeute de couple et familiale
Rana Shawahdy, Travailleuse sociale, Psychothérapeute
Raed Armaly, Psychologue de l'éducation en formation
Gawdat Aslih, Psychologue de l'éducation en formation

Email : [bergerusapalmhn@gmail.com]

legrandsoir.info

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
18-02-2018 15 min #138099

Ce qui motive l'engagement des professionnels de la santé mentale pour la Palestine

Elizabeth BERGER, Samah JABR

L'occupation israélienne de la Palestine

Dans une période de désarroi mondial entourant les crises de réfugiés dans de nombreuses régions, il est aisé de perdre de vue le fait que les Palestiniens composent l'une des plus importantes populations de réfugiés, et la population de réfugiés la plus ancienne du monde. Sur les 11,6 millions de Palestiniens dispersés à travers le monde, 4,5 millions vivent aujourd'hui dans une insécurité apatride à l'intérieur du territoire palestinien occupé sous domination israélienne, une zone géographiquement discontinue, de plus en plus fragmentée, et allant toujours en se rétrécissant, une zone qui inclut la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza.