La bataille féministe au 21ème siècle

15-02-2018 tlaxcala-int.org 3 min #138001

 Virginia Bolten

Le mouvement féministe depuis son émergence formelle à la fin du XIXe siècle a été marqué par des événements historiques et symboliques importants. Un processus de lutte radical dès sa création, avec des manifestations, des grèves de la faim et qui a coûté - et continue à coûter - la vie à vie de nombreuses femmes.

La lutte pour la reconnaissance de l'existence des femmes -toutes -est l'épine dorsale du mouvement, les avancées et les conquêtes ont marqué des points d'inflexion, ce qui a aussi permis l'appropriation de l'identité féministe. Un acquis sur lequel, très probablement, on ne reviendra pas.

"Ni dieu, ni patron, ni mari"

Au-delà de leurs revendications - la lutte pour les droits et l'égalité des chances -, les féministes ont pu produire leur propre réflexion critique et leur propre théorie. La dynamique avec laquelle les méthodes d'intervention et les formulations politiques surgissent, fait des féminismes un ensemble puissant et difficile à contester. Par conséquent, les critiques contre le mouvement ou contre certaines formes plus radicales d'intervention politico-culturelle sont souvent superficielles, visant la disqualification plutôt que le débat de fond.

L'insertion des débats féministes au cœur de la société engendre, comme on peut s'y attendre avec tout débat général, une série de controverses. Cependant, ces discussions révèlent également le caractère hétéropatriarcal dans les constructions des récits hégémoniques. Ce qui devrait être un débat salutaire dans le but de discuter des causes et des conséquences du système d'oppression finit par reproduire et réaffirmer la logique en vigueur. Le débat devient un outil de violence de plus contre les femmes.

Tout cela serait un problème s'il n'y avait pas la fonction multidialectique du mouvement, associée à son profond enracinement social et militant. Le féminisme a son propre antidote. La réaction à la criminalisation et / ou à la tentative de disqualification du mouvement est instantanée. La bataille culturelle est en route et une construction claire de l'hégémonie féministe est en cours. Cette construction est menaçante et c'est aussi une conquête importante, outre son évidence.

Marche du forum féministe contre l'OMC, 2017 - Photo: LATFEM

Au cours des derniers mois, les critiques contre les féminismes ont occupé une place prépondérante dans de nombreux médias. La politisation du mouvement a été la cible principale des critiques émanant des secteurs conservateurs de la société. Le fait de n'avoir aucun argument valable génère la frustration de ceux qui cherchent à contrôler le sens commun d'en haut - et qui en général, gagnent en y mettant le paquet. Néanmoins, la lutte contre les féminismes finit par renforcer davantage le mouvement, car elle révèle la débilité de la promotion d'une guerre insensée où la haine pour les femmes transpire à chaque commentaire machiste. De fait, la tentative d'affaiblir le mouvement féministe le légitime.

La réaction à la perte de privilèges et à la campagne contre-systémique réussie est naturelle, dès lors qu'une remise en question constante menace les structures du pouvoir. Parmi les innombrables défis pour les féministes du 21ème siècle, peut-être le plus important est-il de traverser les espaces d'animosité qui ont tendance à s'accentuer au fur et à mesure que le mouvement gagne en force.

 tlaxcala-int.org

 Ajouter un commentaire