Les Usa ratent une belle occasion de faire progresser la paix pendant les Olympiques

13-02-2018 3 articles 7 min mondialisation.ca #137934

Lors d'un dîner soigneusement planifié en l'honneur de Kim Yong Nam, le chef officiel de la délégation nord-coréenne, et du vice-président des USA Mike Pence, le président sud-coréen Moon a déclaré qu'il espérait qu'on se souvienne des Olympiques d'hiver de PyeongChang comme un « jour spécial quand a commencé la paix ». Mais le vice-président Mike Pence a fait de son mieux pour empêcher que cela se produise. Il a raté l'occasion lancée par Moon de promouvoir la paix sur la péninsule coréenne. L'ouverture historique entre la Corée du Nord et la Corée du Sud pendant les Olympiques était l'occasion tout indiquée, mais Pence a géré la situation comme un ado mal dégrossi.

Lors d'un dîner de réception au cours duquel le président Moon a cherché à ouvrir le dialogue entre les USA et la Corée du Nord, Pence a mis tout en œuvre pour éviter de parler aux Nord-Coréens. Selon Reuters, Pence est arrivé en retard à la réception et a fait part à Moon de son intention de quitter tout de suite après la séance de photo, mais Moon lui a demandé de « venir saluer des amis ». Moon essayait de créer un dialogue pour favoriser la paix, mais Pence a fait le tour de la table en serrant la main de tout le monde à l'exception de Kim Yong Nam de la Corée du Nord.

Pence a fait un tour de table en saluant et serrant la main de tous, sauf à Kim Yong Nam de la Corée du Nord, qui était assis entre le secrétaire général de l'ONU Guterres et le président du CIO Bach.

Anna Fifield [(@annafifield)] 9 février 2018

Reuters rapporte que Moon a dit ceci :

« Certains n'aimeraient pas se retrouver dans la même salle que d'autres si ce n'était des Olympiques d'hiver de PyeongChang. Mais ce qui importe avant tout, c'est d'être ensemble. »

Cette affirmation semble se rapporter au comportement de Pence. L'organe de presse politique institutionnel Politico l'a qualifié d'occasion manquée :

La visite du vice-président Mike Pence à la ville olympique de PyeongChang, en Corée du Sud, s'est amorcée vendredi par une occasion manquée avec les représentants de la Corée du Nord, que le vice-président a apparemment cherché à éviter lors d'une réception diplomatique précédant les cérémonies d'ouverture.

Le retard de Pence a fait en sorte que le plan de salle pour le dîner a été modifié. Pence a alors raté de nouveau une occasion créée par Moon. Le plan de salle initial prévoyait que Pence serait assis entre son épouse à sa gauche et Moon à sa droite, et qu'il ferait face à Kim de l'autre côté de la table ronde, qui se trouvait entre le secrétaire général de l'ONU António Guterres et le président du Comité international olympique Thomas Bach. Qui sait si la nature de la conversation aurait pu favoriser le processus de paix, mais Pence a refusé de saisir l'occasion.

[961973460359614464?ref_src=twsrc%5Etfw§9 février 2018]

:twitter]

Pence a quitté les lieux au bout de cinq minutes. Reuters rapporte que Pence a raté le dessert symbolique appelé « un plat d'espoir », « du chocolat noir en forme de barbelé déposé sur une carte de la péninsule coréenne faite de chocolat bleu, une représentation de la frontière hautement militarisée qui sépare le pays hôte des Jeux, la Corée du Sud, et son vieil ennemi du Nord. »

Reuters rapporte que la réponse diplomatique de l'administration Moon était en réaction aux tactiques d'évitement de Pence :

« Une source au sein de l'administration Moon a déclaré que l'absence de Pence à la réception n'était qu'un 'simple accroc' à un événement diplomatique autrement couronné de succès. »

Au stade olympique, Pence était assis une rangée devant les Nord-Coréens. Malgré la présence de Kim Jong Yo (la sœur de Kim Jong Un) à proximité, la toute première membre de la famille régnante en Corée du Nord à être entré en Corée du Sud depuis 1953, Pence n'a jamais cherché à lui parler. L'article destiné aux médias précisait que Pence « n'a pas eu d'interaction » avec Kim Jong Yo. Le New York Magazine a indiqué que Pence a « évité tout contact visuel » avec la représentante coréenne. Une autre occasion de paix ratée.

Le vice-président Pence, si proche et si loin à la fois de Kim Jong Yo de la Corée du Nord. Pas le moindre contact visuel n'a été établi.

Le vice-président Mike Pence, deuxième à partir de la droite à la première rangée, est assis entre son épouse Karen Pence et le premier ministre japonais Shinzo Abe, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2018 à PyeongChang. Derrière Pence se trouve Kim Jong Yo de la Corée du Nord. À gauche se trouve le premier ministre Moon de la Corée du Sud et son épouse.

En présence de Pence, le président sud-coréen Moon Jae-in a serré la main de Kim Yo Jong, créant du même coup un moment historique capté sur une photographie qui a suscité chez bien des gens un espoir de paix entre la Corée du Nord et la Corée du Sud et d'amorce vers l'unification et la fin des hostilités.

Une autre démonstration d'unité a eu lieu lorsque deux membres de l'équipe coréenne unifiée de hockey féminin, une de la Corée du Nord, l'autre de la Corée du Sud, ont porté le flambeau olympique et gravi les escaliers jusqu'à la vasque olympique lors des cérémonies d'ouverture. Elles ont remis le flambeau à la patineuse artistique Yuna Kim, une Sud-Coréenne qui a remporté une médaille d'or en 2010 et une médaille d'argent en 2014, qui a ensuite allumé la vasque olympique.

Un moment historique d'unité, quand deux membres de l'équipe coréenne unifiée de hockey féminin ont porté la flamme olympique au dernier tronçon de son trajet lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2018 à PyeongChang. Park Jong-ah de la Corée du Sud et Jong Su-hyon de la Corée du Nord ont porté le flambeau ensemble sur le podium et gravi les escaliers menant à la base de la vasque olympique.

Nous reconnaissons que ces images de poignées de mains et de gestes amicaux entre les Nord-Coréens et les Sud-Coréens ainsi que d'athlètes qui marchent ensemble dans le stade olympique ne sont pas garants de la paix sur la péninsule coréenne. La route menant à la paix est longue et tortueuse et bien des choses restent à négocier. Mais la paix devient plus difficile à obtenir lorsque les USA menacent de « casser le nez » aux Coréens du Nord, se comportent comme des ados intimidateurs et parlent de frappe militaire préventive. Pence a incarné ce qu'il y a de pire dans la politique étrangère étasunienne par son comportement puéril lors des Olympiques.

Kevin Zeese

Toutes les images de cet article, à l'exception de l'image principale, proviennent de l'auteur.

Article original en anglais :

US Misses Opportunity for Peace Progress at Olympics, publié le 10 février 2018

Traduit par Daniel pour Mondialisation.ca

Kevin Zeese est codirecteur du mouvement Popular Resistance , à qui l'on doit cet article.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Kevin Zeese, Mondialisation.ca, 2018

mondialisation.ca

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
13-02-2018 7 min #137946

Les Usa mal à l'aise face à l'amitié inter-coréenne

Par M K Bhadrakumar
Paru sur Indian Punchline sous le titre US feels uneasy about inter-Korean amity

Le leader de la Corée du Nord Kim Jong-un a bouleversé toutes les prédictions apocalyptiques selon lesquelles, dès la fin des Jeux olympiques, les tensions entre les deux Corées réapparaîtraient.

documentaires 14-02-2018 8 min #137979

Corée : les Jeux olympiques d'hiver 2018 sous l'ombre de la guerre

Les Jeux Olympiques d'hiver de 2018 se sont ouverts en Corée du Sud vendredi dernier sous le thème officiel de « paix », avec une cérémonie comprenant une représentation chorégraphique aux chandelles d'une colombe blanche et une interprétation de « Imagine » de John Lennon. Le Comité International Olympique a déclaré qu'elle enverrait un « puissant message de paix au monde ».