Libre accès au savoir : un carnage néolibéral se prépare. Il faut y répondre !

09-02-2018 legrandsoir.info 7 min #137831

Pascal MAILLARD

Le combat contre la sélection à l'entrée de l'université est peut-être le dernier avant la rupture définitive des frêles digues qui nous protègent encore de la lame de fond de la défonctionnarisation et de la libéralisation totale de l'éducation. Contre Parcoursup et son monde : 10 thèses pour rester lucide et résister à la politique de Macron.

À Olivier Long (illustrateur des tracts) et aux camarades de l'Université Paris 1,
À toutes celles et tous ceux qui luttent contre la sélection et son monde.

Nulle dramatisation dans ce qui suit, mais 10 affirmations, dont le caractère lapidaire est assumé. Les fleurs de rhétorique et les longues démonstrations sont d'une bien faible utilité quand la maison brûle. Macron et son gouvernement lancent une guerre ouverte contre la fonction publique, contre l'égalité des chances et contre le libre accès au savoir. Un carnage néolibéral se prépare. Il faut y répondre ! D'autant que la majorité des acteurs de l'éducation et nos concitoyens n'ont pas, semble-t-il, une pleine conscience des enjeux et des finalités des réformes que le gouvernement impose à notre pays. Alors, la veille d'une seconde Coordination nationale de l'éducation* - qui se doit d'être un succès !, 10 énoncés apodictiques, dont une alerte en direction des universitaires.

1. La plateforme Parcoursup, c'est l'arbitraire d'une prédiction d'orientation définie par des enseignants de Terminale désorientés ; c'est l'inégalité sociale d'un bonus accordé à celles et ceux qui disposent d'un patrimoine extra-scolaire, social ou culturel ; c'est un dispositif qui favorise celles et ceux qui en maîtrisent les codes. Jeu de piste ou loterie : la plus grande réussite de Parcoursup est de vous désorienter. Et pourquoi donc ?

2. L'objectif de Parcoursup et son monde (Loi relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, dite loi ORE, réforme du bac et du lycée) est de créer un grand marché dérégulé de l'éducation. Ce marché est déjà en place. Chers parents, chères lycéennes et chers lycéens, des dizaines d'officines privées sont prêtes à vous piller et remplaceront très bientôt les conseillers d'orientation, lesquels sont gratuits. L'une d'entre elle propose de choisir entre une formule Inspiration (320 euros) et une formule Sérénité (560 euros). Pour 810 euros il existe même une option « inscription internationale »**. Le rêve du patronat va s'accomplir : que les étudiants payent leur propre orientation, leur formation - l'augmentation des droits d'inscription est programmée - et au final, pourquoi pas, payent pour travailler !

3. Parcourus est la négation du libre choix pour chaque jeune de définir son avenir professionnel, de se réorienter ou encore du droit - parfaitement légitime ! - de ne pas savoir à 17 ans quelle voie professionnelle il/elle souhaite emprunter.

4. La conséquence mécanique de Parcoursup, c'est la guerre à tous les niveaux : guerre entre lycéens pour accéder aux meilleurs formations, guerre entre formations, entre universités et entre établissements secondaires, entre public et privé, entre pauvres et riches ; mais aussi tensions entre profs et élèves, entre enseignants et entre parents et profs de terminale. Et guerre entre enseignants-chercheurs pour devenir ou ne pas devenir des bureaucrates de la sélection.

5. Tout est déjà en place que pour que la sélection à l'entrée de l'université s'institutionnalise. Après des années de réductions budgétaires et de dégradation des conditions de travail, les universitaires sont majoritairement favorables à la mise en place d'une sélection qu'ils considèrent à tort comme un remède à leurs difficultés ; les présidents d'université y poussent ; les conseils d'administration des universités, chambres d'enregistrement dominées par des membres extérieurs et des majorités présidentielles, valideront capacités d'accueil et attendus.

6. Les réformes Macron-Vidal-Blanquer ont une systématicité et s'imposent dans une stratégie du choc. Réforme du Bac (bac spécifique à chaque lycée = bac maison), réforme du lycée (lycée "modulaire"), loi ORE et politique de réduction du nombre de fonctionnaires participent d'une même logique : la défonctionarisation de l'éducation et de l'enseignement supérieur et leur entrée dans le secteur concurrentiel privé. La stratégie de l'empilement des réformes et leur imposition sans concertation - et en dehors de tout cadre légal pour ce qui est de la loi ORE - visent à empêcher les mobilisations et toute contestation démocratique.

7. Si les réformes Macron-Vidal-Blanquer s'imposent, les syndicats réformistes, que ce soit le Sgen-CFDT pour les personnel ou la Fage pour les étudiants, auront une responsabilité historique dans la mise en œuvre d'une politique de ségrégation sociale et de destruction de la fonction publique. Ils veulent débattre et pourquoi pas négocier le poids des chaînes, alors qu'il faut se battre et ne rien céder. Ils n'ont pas encore compris que Macron, c'est la politique de Sarkozy, avec le sourire et la com' en plus.

8. Mener le combat contre la sélection, c'est défendre la justice sociale, la démocratie et le libre accès au savoir. C'est aussi refuser que les compétences se substituent partout aux connaissances, c'est refuser que les formations soient calibrées en fonction des besoins du patronat, vieux rêve de la droite que Macron-Vidal vont exaucer. C'est défendre le principe que la connaissance n'est pas une marchandise, que l'accès au savoir est un droit humain fondamental et qu'à cette fin, l'Université publique doit être soutenue et doit rester ouverte à tous les bacheliers. C'est essentiel pour l'égalité des chances, pour le progrès social, mais c'est aussi fondamental pour l'université elle-même dont les fondements ont été évidés par dix années de réformes néolibérales et les valeurs à peu près réduites à néant. Selon Sophie Orange et Romuald Bodin, "APB et Parcoursup partagent le fait d'être des outils pensés par et pour les milieux sociaux les plus favorisés et risquent donc de produire la désorientation des moins favorisés là où il était censé la réduire".

9. Dans une importante « Recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques » la Conférence générale de l'UNESCO réunie à Paris au mois novembre 2017, liait étroitement la valeur de la recherche à celle des scientifiques eux-mêmes, dont l'accomplissement des tâches exige « des qualités d'intégrité et de maturité intellectuelle, alliant d'éminentes qualités intellectuelles et le respect des principes éthiques ». Aussi l'UNESCO recommande-t-elle ceci aux États membres :

« faire en sorte que tous leurs ressortissants, sans distinction de race, de couleur, d'ascendance, de sexe, de genre, d'orientation sexuelle, d'âge, de langue natale, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale, ethnique ou sociale, de condition économique ou sociale de naissance, ou de handicap, jouissent des mêmes possibilités d'acquérir une éducation et une formation initiales leur offrant les qualifications nécessaires aux carrières dans la recherche et le développement, et que tous ceux qui ont acquis cette aptitude jouissent de la même possibilité d'accès aux emplois existants dans la recherche scientifique. »

Ce que les universitaires ne mesurent pas encore, c'est que derrière l'accès à l'université pour les bacheliers se joue aussi l'accès à l'emploi scientifique et le statut même des fonctionnaires, le statut des enseignants-chercheurs que Pécresse n'avait pas réussi à casser en 2009 et que Macron entend remettre en cause. Quand les universitaires se rendront compte de ce qui se joue là, ce sera trop tard.

10. Parcoursup n'est pas qu'un dispositif technocratique. Cette plateforme porte en elle un modèle de société. Ce modèle - qui est celui de la compétition, de la concurrence et de la sélection - est mortifère pour toute civilisation.

Pascal MAILLARD, le 7 février 2018.

 blogs.mediapart.fr

 legrandsoir.info

 Ajouter un commentaire