Référendum en Équateur

02-02-2018 7 articles tlaxcala-int.org 4 min #137585

Various Authors - مؤلفين مختلفين - Auteurs divers- AAVV-d.a.

par  Atilio A. Boron,  Stella Calloni,  Theotônio dos Santos et  Fernando Buen Abad Domínguez

Le dimanche 4 février, les citoyens équatoriens devront se rendre aux urnes pour voter lors d'un référendum convoqué par le gouvernement, en violation flagrante des règles constitutionnelles, pour décider si l'un de leurs plus illustres fils, Rafael Correa Delgado, sera définitivement banni de la vie politique nationale. C'est là, et pas ailleurs, l'objectif du référendum, une question qui doit être camouflée par l'incorporation d'autres questions pour empêcher que l'attaque ad hominen du gouvernement de Lenín Moreno contre son prédécesseur soit clairement visualisée. Il va sans dire que l'élimination de Correa Delgado du paysage politique équatorien est une vieille aspiration de la droite que le président actuel a étonnamment adoptée comme sienne.

Cette action ne peut et ne doit pas rester tue face à l'immoralité qui consiste à condamner à un ostracisme politique perpétuel l'un des meilleurs présidents de l'histoire équatorienne, qui a mis fin à une période d'extrême instabilité politique, économique et sociale, et un homme profondément attaché à la nécessité de promouvoir l'unité de Notre Amérique.

L'Équateur est actuellement un pays soumis pour la communication à l'oligarchie médiatique, qui agit avec la complaisance d'un gouvernement qui a choisi, de façon suicidaire, de laisser la gestion de la communication sociale aux mains des grandes entreprises médiatiques. Dans ces conditions, la possibilité qu'une population mal informée et manipulée par les médias puisse répondre de manière positive à la consultation officielle et mettre un terme à la vie politique de l'ancien Président Correa Delgado est une source de profonde consternation pour toutes les forces progressistes et de gauche d'Amérique latine et des Caraïbes. C'est à sa clarté idéologique, à son attachement aux idéaux des pères fondateurs de la Grande Patrie, à son authentique vocation latino-américaine, que nous devons des décisions fondamentales pour la marche de nos peuples vers leur Deuxième Indépendance Définitive.

En accord avec ces sources d'inspiration, il a offert son pays comme siège de l'Unasur, fournissant à cette institution (aujourd'hui punie par la réaction de droite qui prévaut dans plusieurs pays de la région) des installations magnifiques au milieu du monde. Il a également eu le courage d'exiger le départ des troupes US de la base de Manta et a rendu un immense service, inestimable, à la cause de la liberté de la presse et d'expression à l'échelle mondiale en offrant l'asile diplomatique à Julian Assange dans l'ambassade de l'Équateur au Royaume-Uni.

Au cours de son gouvernement, l'Équateur a été un point de référence pour tous les mouvements et toutes les forces sociales qui, dans les cinq continents, recherchaient un meilleur destin pour leur peuple. Rafael Correa Delgado a été un dirigeant qui a résisté farouchement aux attaques brutales des classes dirigeantes de son pays et de l'empire US, qui n'ont épargné aucun recours, légal ou illégal, pacifique ou violent, pour faire échouer son gouvernement, et n'y ont pas réussi. Une victoire possible du oui à la deuxième question du référendum condamnerait l'Equateur à se passer, pour toujours, de la contribution de sa figure politique la plus importante des 50 dernières années et d'un président qui a terminé ses 10 ans de gouvernement avec un taux d'approbation de 62 pour cent malgré les effets déstabilisants de la chute des prix internationaux du pétrole et les coûts énormes de la reconstruction après le tremblement de terre de 2016 qui a dévasté la province de Manabí.

Un dirigeant immensément populaire, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Équateur, qui a changé définitivement et définitivement son pays, risque aujourd'hui d'être banni pour toujours de la vie politique équatorienne. Cela serait une perte pour l'Equateur, pour nous tous Latino-Américains et Caribéens.

Nous appelons les Équatoriennes et Équatoriens à réfléchir pour ne pas commettre une erreur aussi gigantesque et laisser ouverte la possibilité que le citoyen Rafael Correa Delgado continue d'être un protagoniste actif de la vie politique de ce pays et de toute Notre Amérique.

 tlaxcala-int.org

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
04-02-2018 legrandsoir.info 6 min #137645

Equateur : La voiture de Rafael Correa attaquée par des partisans de Lenin Moreno

Bolivar Infos

Photo : la voiture de Rafael Correa vandalisé

En 2017, Rafael Correa, ancien président de l'Equateur avait choisi de devenir enseignant en Belgique, pays de sa femme, où il pouvait sortir librement dans la rue et n'avait pas de crainte pour sa famille.
Son ancien vice-président, Lenin Moreno, qu'il avait soutenu, se rallie aux idées de droite et organise un référendum sur la limitation du nombre de mandats à la présidence, afin de rendre impossible une éventuelle nouvelle présidence du trop populaire Rafael Correa.

06-02-2018 medelu.org 17 min #137700

En Equateur, le référendum de la discorde

A tan sólo ocho meses de iniciado el gobierno del presidente Lenín Moreno, y con la convocatoria al Referéndum y Consulta Popular el próximo 4 de febrero, se confirma el rompimiento del Partido Alianza País y el antagonismo entre el expresidente Rafael Correa y el actual mandatario. Moreno, iniciado su gobierno, instauró un diálogo con diversos sectores anticorreistas que le enemistaron muy rápido con su antiguo copartidario, quien las consideró como concesiones a la derecha y un acto de traición con la Revolución Ciudadana [1].

06-02-2018 legrandsoir.info 2 min #137710

Equateur : Le Oui l'emporte largement au referendum

Christian RODRIGUEZ

Avec 82% de participation et une moyenne d'environ 65% des suffrages aux 7 questions posées, le OUI l'emporte largement au referendum voulu par le président Lenín Moreno.

Le but était d'interdire à Rafael Correa de se représenter à la prochaine élection présidentielle et il semble bien que le but soit atteint par celui qui fût son vice-président et dont il a soutenu la candidature à la dernière élection.

07-02-2018 medelu.org 13 min #137757

Au Honduras, tout est mal qui finit mal

Membre du Parti national (PN, droite), Juan Orlando Hernández - surnommé « JOH » - a été investi pour un deuxième mandat (2018-2022), dans le Stade national de Tegucigalpa, la capitale du Honduras, le 27 janvier. S'il a pu compter sur la présence de représentants d'organismes internationaux et de délégations diplomatiques souvent composées de simples secrétaires ou chargés d'affaires, aucun chef d'Etat ou de gouvernement étranger n'avait fait le déplacement.

08-02-2018 medelu.org 7 min #137800

Equateur : après le référendum ?

La victoire pour le « Si » (Oui) - entre 63 % et 73 % des suffrages obtenus selon les questions dans le contexte d'une participation de près de 75 % - aux sept questions du référendum et de la consultation populaire ouvre une nouvelle situation politique en Equateur.

Le gouvernement de Lenin Moreno sort-il renforcé de ce score obtenu en mobilisant une coalition de forces allant de la droite (majoritaire dans le résultat du « Oui ») à certaines modestes organisations de gauche ? Rafael Correa, à la tête d'un capital électoral obtenu de 36 % des suffrages (le plus important toutes forces confondues), a-t-il un avenir politique dans le pays tandis qu'il se voit barrer la possibilité de tout retour à la présidence ?

13-02-2018 tlaxcala-int.org 4 min #137951

Ecuador: ¿y la economía después del triunfo del sí en el referendo?

Juan José Paz y Miño Cepeda

Ninguna de las 7 preguntas en las que el SI obtuvo la mayoría de votos en la consulta popular del pasado 4 de febrero (2018) se refiere al modelo económico. Sin embargo, para las derechas empresariales y para las derechas políticas, no solo existe un pronunciamiento para "descorreizar" al Estado y a la sociedad (una tesis abiertamente neomacartista), sino que el "pueblo" se ha pronunciado por el cambio del modelo económico.