Manifeste : Une élection sans Lula serait frauduleuse

20-01-2018 5 articles legrandsoir.info 3 min #137145

Christian RODRIGUEZ

La tentative pour fixer au 24 janvier, soit en un temps record, la date du jugement en appel du procès de Lula n'a rien de légal. Il s'agit d'un pur acte de persécution politique du leader le plus populaire du pays. Le recours à ce moyen vicié, intervenir dans le processus électoral, a lieu car le coup qu'a constitué l'impeachment de Dilma Rousseff n'a pas produit un régime politique de stabilité conservatrice sur le long terme.

La stratégie actuellement, après avoir éloigné Dilma de la Présidence de la République, est de démolir le code du travail, menacer la sécurité sociale, privatiser la Petrobras, Electrobras et les banques publiques, et abandonner une politique extérieure digne et active.

La réforme du code du travail et le plafond des dépenses publiques n'ont pas attiré les investissements étrangers promis, qui auraient pu soutenir, en 2018, la campagne électorale d'un gouvernement aligné au néolibéralisme. Devant l'impopularité des politiques menées, ces secteurs n'ont pour l'instant pas réussi à construire une candidature viable à la présidence de la République.

Lula monte dans les sondages dans tous les scénarios de premier et second tour. Il peut même gagner au premier tour. Un scénario de victoire de Lula signifierait l'échec du coup d'Etat, et rendrait possible un nouveau cycle politique.

De ce fait, pour empêcher la candidature de Lula, tout est bon : condamnation au tribunal de Porto Alegre, institution du semi-parlementarisme ou même repousser les élections. Rien n'est écarté. Ces actions sont l'arsenal malfaisant de forces politiques qui méprisent la démocratie.

Une persécution totalement politique, que ne sera vaincue que sur le terrain de la politique. Plus qu'un problème tactique ou électoral, la victoire ou la défaite dans ce combat aura des conséquence stratégiques et de long terme.

Le Brésil est à un moment de croisée des chemins : ou bien nous restaurons les droits sociaux et l'Etat démocratique de Droit, ou bien nous serons vaincus et nous assisterons à l'installation définitive d'une société de capitalisme dérégulé, fondée sur la surexploitation des travailleurs. Ce type de société a besoin d'un Etat doté d'instruments d'Exception pour réprimer les universités, les intellectuels, les travailleurs, les femmes, la jeunesse, les pauvres, les noirs. Réprimer, enfin, tous les exploités et opprimés qui se soulèveraient contre le nouveau système.

La question de la persécution de Lula ne concerne donc pas seulement le PT ou la gauche, mais tous les citoyens brésiliens et les démocrates du monde entier dont fait partie La France Insoumise. Comme jamais auparavant dans les combats de notre génération, ce qui est en jeu aujourd'hui est l'avenir de la démocratie.

Signez la pétition :

change.org

Christian RODRIGUEZ

legrandsoir.info

 Commenter

modules attachés ordre chronologique
26-01-2018 bastamag.net 4 min #137361

Lula condamné : fin de partie pour la gauche brésilienne ?

12 ans et un mois. C'est la peine prononcée mercredi 24 janvier à l'encontre de l'ex-président brésilien Lula lors de son jugement en appel. Les trois juges d'un tribunal régional de Porto Alegre ont décidé de confirmer le premier verdict du juge anti-corruption Sergio Moro, et même de le durcir en augmentant la peine d'un tiers. La condamnation porte sur des accusations de corruption passive et de blanchiment d'argent : l'ancien président de gauche aurait reçu, comme pot-de-vin de l'entreprise de construction OA, un appartement à Porto Alegre, et se serait fait financer des travaux dans cet appartement par l'entreprise.

Justice 28-01-2018 legrandsoir.info 3 min #137407

Brésil : l'interrogatoire hallucinant de Lula

Christian RODRIGUEZ

Attention, ceci n'est pas une blague, ou pour employer le terme à la mode : une fake news. Accusé de corruption pour posséder un triplex et condamné depuis, sans preuves, à 12 ans et 1 mois de prison, Lula a répondu aux questions du juge Sérgio Moro.

Voici la transcription hallucinante de l 'interrogatoire :

- L'appartement est à vous ?

Justice 29-01-2018 2 articles bastamag.net 5 min #137458

Condamnation de Lula : « Une justice arbitraire pour le seul profit d'un projet politique antisocial et inégalitaire »

Que penser de la condamnation de l'ancien président de gauche brésilien, Lula, à 12 ans de prison pour corruption. « Cette justice sélective et arbitraire vient ainsi, opportunément, écarter un candidat qui a de bonnes chances de remporter le scrutin présidentiel d'octobre 2018 », rappellent plusieurs chercheurs et militants associatifs Brésiliens et Français dans cette tribune.

Justice 10-02-2018 medelu.org #137866

Retour sur une condamnation sans preuve : le cas Lula au Brésil ou la judiciarisation de la vie politique

Dans cette vidéo, Christophe Ventura revient sur les enjeux et les suites de la confirmation de la condamnation de l'ancien président brésilien par le tribunal fédéral de Porto Alegre (24 janvier 2018) pour corruption passive et blanchiment d'argent.

Le cas Lula est un cas de « Lawfare » (utilisation abusive des armes juridiques à des fins de persécution politique).

Référencé par :