31/12/2007 7 min #13701

POUR UN AUTRE ETAT AU SERVICE DU SALARIAT

::export from newsnet in AlterWorld by newsnet 71231::

Le trajet vers l’alterdémocratie est long, plus long que le pense certains camarades… Est-ce à dire alors qu’il ne faille pas s’aventurer plus avant? Evidemment cela ne participe pas directement d’une démarche d’ « éducation populaire tournée vers l’action » et encore moins d’un programme électoral.

En décrivant les caractéristiques fondamentales et distinctive d’une « autre démocratie / alterdémocratie : du trajet au but » bellaciao.org

je n’ignorais pas les mesures de rupture préconisées par ATTAC ni même celles défendues ailleurs. Reste qu’il n’est pas interdit de se poser la question non seulement de la pleine démocratie représentative mâtinée de démocratie participative (qui semble l’horizon de certaines mesures) mais encore d’une démocratie radicalement différente, une alterdémocratie.

Par contre, ce que j’aurais pu dire de plus en évoquant le trajet c’est de poser la question de l’Etat adapté. Car la théorie de la souveraineté-commission ne suffit pas car le champ économique n’est pas abordé. « La souveraineté-commission, une théorie transitoire vers l’alterdémocratie ? » france.attac.org

Etat adapté à l’alterdémocratie ? Plus qu’un changement de forme de l’Etat ou de régime donc. Question difficile car disons le nettement, l’alterdémocratie ne va pas s’épanouir avec l’Etat démocratico-libéral actuel (1) que l’on connaît mais avec un autre appareil d’Etat est néanmoins nécessaire, largement transformé par l’introduction des syndicats et des associations de consommateurs. La richesse et même accrue de la vie syndicale et associative est un gage contre le totalitarisme. x

I - UN « ALTER ETAT » COMME OUTIL D’UNE ALTERDEMOCRATIE

x Avant le dépérissement final de l’Etat capitaliste un autre Etat doit advenir : un Etat prolétarien ou un Etat populaire à dominante salariale. Car ainsi que l’indique B Friot, le salariat exploité, dominé, opprimé a vocation à s’ériger en classe universelle et avec lui les autres couches sociales dominées. Ce faisant, au fur et à mesure de la disparition de la bourgeoisie du moins du capital comme rapport social, le salariat libéré modifie les institutions, les institutions politiques et administratives. Une certaine division du travail subsistera mais fort différente de celle appliquée ici et maintenant.

Cela suppose de multiples dépassements sectoriels donc des conquêtes partielles avec effets cliquets ici et là mais aussi au terme d’une période longue de l’établissement de l’hégémonie salariale une rupture révolutionnaire opérant le basculement dans l’autre société et la constitution d’un Etat éco-socialiste articulant la « centrité » (J Bidet) pour la planification éco-socialiste et l’autogestion à la base, les « soviets » dans l’entreprise, les « conseils » dans les quartiers, les assemblées régionales de la planification démocratie des choix de production durables. Car il y aura besoin d’une croissance minimale (alter croissance car productrice de valeur d’usage et non de valeur d’échange liée à une décroissance de la production des armes lourdes) pour assurer le développement des écoles, des transports publics, des logements dignes et spacieux pour tous, des hôpitaux,

Pour cela il faut se battre sans discontinuer pour l’appropriation publique et sociale, pour la démarchandisation de la société sous de multiples aspects. Il faut aussi engager en même temps que la répartition des richesses une force réduction hebdomadaire du temps de travail pour laisser place aux activités citoyennes de construction d’un « autre monde » x

II - UN « ALTER ETAT » QUI RECONNAIT LA CONFLICTUALITE DE LA SOCIETE CIVILE

x Un Etat laïc éco-socialiste respectera la société civile et sera contre le totalitarisme.

A) Le gage de la reconnaissance de la diversité de la société civile : sans sexisme ni racisme

Dans les dictatures réactionnaires les femmes et les étrangers voient leurs droits réduits. Le sexisme et le racisme se répandent aisément. La laïcité ne sera pas confondue avec la guerre aux religions qui pourront toujours se pratiquer mais en respectant le cadre laïc. On ne peut guère se lancer en conjecture sur le point de savoir si les croyants vont on non s’inscrire dans la dynamique d’émancipation en créant une théologie de la libération. Reste que les éléments réactionnaires faisant le jeu du capital déchu seront contestés comme tous les autres.

Revenons à la société civile : Voici la définition de K MARX : « La société civile embrasse l’ensemble des rapports matériels des individus à l’intérieur d’un stade de développement déterminé des forces productives. Elle embrasse l’ensemble de la vie commerciale et industrielle, d’une étape et déborde par là même l’Etat et la nation, bien qu’elle doive par ailleurs s’affirmer à l’extérieur comme nationalité et s’organiser à l’intérieur comme Etat » in L’idéologie allemande (p 104)

La société civile est clivée par de multiples rapports sociaux dont le plus central est le rapport capital / travail. Les dictatures ont pour point commun de détruire ou « couper les ongles » des organisations de défenses et promotion du salariat. Ecraser la société civile revient en fait à interdire les syndicats et les partis de gauche pour laisser place aux grands patrons influents, aux religions et à leur « dignitaires » à la famille. L’Espagne de Franco, le Portugal de Salazar, la Grèce des colonels, l’Italie mussolinienne, la France de Pétain ont procédé ainsi avec des variations qui tiennent à leurs histoires spécifiques.

B) Contre le totalitarisme

L’Etat éco-socialiste ne reproduira pas le modèle stalinien au sens de l’Etat parti totalitaire.

Il ne s’agira pas de l’Etat d’un parti ni d’un homme. Des mesures seront prises pour contrecarrer la concentration des pouvoirs au sommet de l’Etat. La durée des mandats et leur renouvellement limité après élection (ex : 3 x 3 ans maxi) ne sont qu’une des garanties. Même la Haute Noblesse d’Etat (cf Bourdieu) perdra ses privilèges bureaucratiques.

Il n’y aura pas d’idélologie d’Etat officielle même si une idéologie dominante aura probablement supplanté la « pensée unique » néolibérale. Il n’y aura pas de presse d’Etat unique.

Il s’agira d’un Etat politique qui laissera place au droit (2), un Etat politique expression de la démocratie et instrument de celle-ci ne recouvrira pas la société civile d’une volonté disciplinaire (y compris contre les anarchistes). Il y aura certes des enjeux de pouvoir autour des médias, autour des polices privées du capital « finissant » comme de la police d’Etat. En fait l’Etat socialiste se construira sur une voie à la fois pacifique (solidarité accrue, plus d’égalité, beaucoup moins d’oppression, répartition des richesses) et conflictuelle. Mais il s’agira d’une conflictualité qui bridera les couches dominantes victimes du partage des richesses.

C) De quelques distinctions

Philippe DUJARDIN in « 1946, le droit mis en scène » distingue (p114) l’Etat total ou totalitaire de l’Etat tutélaire et de l’Etat totalitariste. Son propos concerne les Etats capitalistes.

Tutélaire est l’Etat qui s’érige en négation des corps intermédiaires traditionnels tout autant que des classes sociales et de leurs organisations. Cet Etat instaure entre le sujet individuel et lui une vacuité qui se donnera pour la garantie de la sûreté personnelle, qui sera, en fait, le lieu où s’abîmeront sûreté, liberté individuelle et collective « sitôt que le souverain le demande » (JJ Rousseau)

Totalitariste : se dit d’une forme caractéristique de l’Etat capitaliste, ou l’on prétend faire pièce à la « frammentarieta » de l’Etat libéral et du syndicalisme libre (Gentile) ou faire retour à l’unité supposé des temps « prépluralistes » (C Schmitt) en abolissant la distinction société civile/ Etat.

Christian DELARUE Commission « démocratie » d’ATTAC France

Notes : 1) David MANDEL : UNE CRITIQUE DE L’ETAT DEMOCRATIQUE bellaciao.org

2) Lire « L’Etat de droit en question » in « L’Etat de droit » : Travaux de la mission sur la modernisation de l’Etat publié sous la direction de Dominique COLAS - PUF nov 1987 Notamment :
De l’Etat de droit à l’Etat politique par Dominique ROUSSEAU
Le retour de l’Etat de droit. Le débat en France par Michel MIALLE

bellaciao.org

 commentaire