Israa Ja'abis, la prisonnière palestinienne dont vous n'avez probablement jamais entendu parler

13/01/2018 3 min ism-france.org #136929

Par ISM-France et Agences

Israa Ja'abis a 32 ans, elle est mère de deux enfants et elle est originaire du quartier Jabal Almubaker de Jérusalem Occupée. Elle est institutrice de maternelle. Le 10 octobre 2015, elle circulait en voiture sur l'autoroute qui relie Jéricho à Jérusalem lorsque sa voiture a pris feu à cause de l'explosion d'une durite d'essence. L'incendie a fait exploser une bouteille de gaz qui se trouvait à l'arrière de sa voiture, où se trouvaient également un poste de télévision et divers équipements qu'elle transportait de sa maison familiale à Jéricho au domicile de Jérusalem Occupée qu'elle venait de louer pour préserver sa résidence jérusalémite. L'accident a eu lieu à 500 mètres d'un checkpoint militaire israélien.

Elle a été grièvement blessée et brûlée sur 50% de son corps, du visage aux membres inférieurs, et lors de son hospitalisation, elle a dû être amputée des 10 doigts. Elle souffre également de paralysie.

Les autorités d'occupation ont exploité l'accident pour l'accuser, sans preuve, d'avoir voulu commettre une attaque suicide et l'ont transférée à la prison Hasharon avant la fin de son traitement. Le service carcéral du régime sioniste lui refuse tout accès à un traitement hospitalier et elle ne peut compter que sur ses compagnes de prison pour l'aider dans la vie carcérale quotidienne.

En novembre dernier 2017, le tribunal militaire devant lequel elle a comparu l'a condamnée à 11 ans de prison, sans preuve, sur un dossier vide.

Lors d'une nouvelle comparution en appel le 10 janvier 2018, le tribunal a confirmé sa peine de 11 ans de prison.

Pour ne rien omettre des actes barbares que subissent les Palestiniens occupés, il faut savoir que le 21 mars 2016, les autorités du régime sioniste ont envoyé leurs bulldozers pour démolir la maison de Mohammed Ja'abis, le frère d'Israa, dans une punition collective qui touche une famille déjà terriblement éprouvée par la cruauté et l'injustice. (source)

ism-france.org

 commentaire