Réduire la technosphère : Note de lecture

09-01-2018 lesakerfrancophone.fr 13 min #136810

Orlov

Par Frank Kaminski - Le 2 janvier 2018 - Source  Club Orlov

Quand la personne moyenne pense à la technologie, la première chose qui lui vient à l'esprit n'est pas le chien ou le chat de la famille. On ne peut pas non plus considérer une volée de poulets, un paquet de graines ou un sac de pommes de terre comme des exemples de technologie. Mais le penseur de la technologie, Dmitry Orlov, dans son livre « Réduire la technosphère » soutient que c'est exactement ce qu'ils sont. Dans le contexte d'une ferme rurale, un chien est un système de sécurité à domicile très avancé, les chats et les poulets sont un service de lutte antiparasitaire (ces derniers ciblant respectivement les rongeurs et les insectes) et les pommes de terre et les paquets de semences jouent un rôle indispensable en fournissant les besoins médicinaux dont dépendent les citadins et les usines pharmaceutiques. Ce sont tous des exemples de technologies « naturelles » de celles qui représentent, selon les mots d'Orlov, « les adaptations humaines des choses que la nature a produites chez d'autres espèces en tant que traits d'évolution ».

Le livre d'Orlov préconise une évolution vers ces types de technologies en s'éloignant des technologies destructrices et condamnées qui définissent actuellement nos vies dans le monde développé. Un tel changement est nécessaire en raison de l'insoutenabilité des technologies dominantes actuelles. La technosphère de la Terre s'agite comme dans un piège dans lequel elle doit croître ou mourir, et pour grandir, elle a besoin de plus en plus de ressources naturelles. Mais nous sommes maintenant dans une ère où beaucoup de ces ressources - du pétrole aux minéraux comme le lithium nécessaire pour faire des batteries de voitures électriques ou d'ordinateurs - sont proches ou ont passé leurs maximums de production. En plus des ressources, la technosphère a besoin de puits environnementaux dans lesquels déverser ses déchets, et ceux-ci aussi se raréfient. En conséquence, conclut Orlov, la technosphère est destinée à s'effondrer, et notre meilleur plan d'action est de la réduire au point où sa chute ne nous affectera pas plus gravement que nécessaire.

C'est sûrement le travail le plus profond d'Orlov, encore que ce livre couvre une quantité étonnante de territoires, et il le fait avec la combinaison gagnante habituelle d'Orlov, de recherche savante, d'un esprit rusé et de sagesse pratique, testée et réelle. Le présent examen s'efforce d'explorer certains de ses points clés ; mais soyez assuré que mon évaluation, aussi poussée qu'elle puisse paraître, ne présente le livre que sous des traits grossiers. Pour avoir l'histoire complète, je vous recommande fortement d'acheter le livre.

« Réduire la technosphère » commence par contester certaines croyances profondément ancrées et rarement questionnées sur la technologie. On suppose généralement que les machines modernes nous permettent de travailler plus efficacement que par le passé, qu'elles sont toujours meilleures, que les nouvelles innovations sont invariablement supérieures à ce qu'elles remplacent et que la technologie en général est la clé pour résoudre tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Pourtant, comme le montre Orlov, la preuve ne soutient pas ces assertions. Les efficacités supposées et la bienfaisance des technologies industrielles avancées d'aujourd'hui disparaissent lorsqu'on tient compte des externalités négatives.

Orlov réfute l'affirmation selon laquelle les outils et méthodes modernes sont plus efficaces que le travail manuel en soulignant que c'est le contraire qui semble être vrai. Loin de nous livrer une vision de terre promise de loisirs et d'accomplissement ultimes, nos gadgets nous ont amenés à mener des vies de plus en plus trépidantes, en raison de la nécessité de gagner de plus en plus d'argent pour se les payer tous. Ce qui s'avère souvent le plus efficace, c'est de se passer d'un appareil soi-disant censé nous faire gagner du temps. En ce qui concerne la croyance selon laquelle la technologie est toujours meilleure, Orlov observe que les océans de la Terre (pour prendre un exemple parmi tant d'autres qu'il cite) pourraient être différents. La surpêche, la pollution et l'absorption de l'excès de CO2 que nous rejetons dans l'atmosphère conduisent les mers vers un état primordial n'accueillant plus que les microbes et les méduses. Pour les océans, moins de notre technologie serait certainement un progrès. Et l'insistance que la technologie peut résoudre n'importe quel problème est contredite par les nombreuses crises pour lesquelles la technologie ne nous offre aucune perspective de salut, puisque c'est le développement technologique lui-même qui les provoque.

À la lumière de ces éléments, l'argument de ce livre pour remettre sous contrôle nos choix technologiques est aussi sensible que passionné. Ingénieur de formation, Orlov propose un programme systématique pour réduire notre dépendance à la technosphère, chaque bout de technologie à la fois. Sa méthodologie comprend un ensemble d'équations plutôt simples que les lecteurs peuvent utiliser pour vérifier toutes les technologies dans leur vie en fonction de leurs ratios relatifs coût / bénéfice. Un ratio coût / bénéfice est calculé à l'aide de 32 critères, qui comprennent des éléments comme savoir si une technologie donnée est artificielle ou naturelle, industrielle ou artisanale, nouvelle ou déjà utilisée et exclusive ou « open source ». À titre d'illustration, Orlov effectue les calculs pour certaines technologies significatives de notre époque, y compris l'informatique mobile, les véhicules à moteur, la science de la vulgarisation de la vie, le génie génétique et la production d'énergie nucléaire. Il examine également un certain nombre de choses que les gens ne considèrent généralement pas comme une technologie, comme une religion organisée, l'enseignement supérieur, le prêt à usure international, le lobby des combustibles fossiles, le système juridique, le système politique bipartite et le terrorisme par procuration.

Au centre de son argument, il y a l'idée que le terme « technologie » est beaucoup plus large que ne le laisserait supposer son usage populaire. Le type de technologie dont nous avons le plus l'habitude est celui qui applique des méthodes scientifiques rigoureuses aux problèmes liés à l'industrie et à l'ingénierie. Pourtant, Orlov affirme que beaucoup de nos technologies sont de nature sociale et politique. Il décrit le lobby américain sur les combustibles fossiles ; le système juridique ; le système d'enseignement supérieur ; le système bipartite et la religion organisée, pour revenir à certains des exemples les plus troublants de « technologies politiques » en vigueur en Amérique. (Il utilise également l'expression « machines politiques » pour les décrire, et sa conception des deux termes est similaire à ce que l'on entend souvent par « racket »). L'une de leurs fonctions principales est d'inculquer de fausses croyances aux gens afin de les contrôler et de les aveugler au risque de continuer sur notre chemin technologique actuel. Par exemple, l'industrie des combustibles fossiles a longtemps cherché à nier la réalité du changement climatique anthropique, de peur que la sensibilisation généralisée de cette menace réelle ne freine la demande pour ses produits.

Les technologies délétères évoquées ci-dessus font partie de la technosphère de la Terre, qui peut peut-être s'appeler plus succinctement l'antithèse de la biosphère. La plupart des définitions de la technosphère se limitent à ses propriétés physiques comme la somme de toutes les structures construites par l'homme. Cependant, la position d'Orlov est beaucoup plus pénétrante. Pour lui, c'est « une entité unique, unifiée, globale, contrôlante, croissante, destructrice, existant au-delà de la raison humaine ou de la moralité, qui doit être stoppée quel qu'en soit le coût ». La chose la plus insidieuse est qu'elle nous a asservis à sa volonté, tout en nous incitant à penser que nous sommes responsables. Nous permettons à des algorithmes de sites de rencontres de nous élever comme du bétail, d'entraîner nos enfants à plaire aux machines en se classant aux meilleures places dans des tests standardisés et de nous laisser influencer par les stimuli médiatiques pour « bien » voter, comme autant d'animaux de laboratoire. De plus, d'innombrables personnes dépendent de la technosphère pour leur survie : sans dialyse, injections d'insuline et médicaments, beaucoup de gens mourraient.

La réponse d'Orlov à l'arrêt de la technosphère commence par l'utilisation des 32 critères évoqués précédemment pour évaluer impitoyablement chaque technologie que nous utilisons. Avec cette analyse, nous pouvons grandement réduire notre dépendance à l'égard de technologies hautement nocives et non bénéfiques et maximiser notre utilisation de celles qui sont moins nuisibles et plus bénéfiques. Orlov fait référence à ce processus en tant que création et mise en œuvre d'une hiérarchie technologique des coûts et des bénéfices. Cette hiérarchie classe les technologies en ordre décroissant en fonction de leur potentiel de nuisance.

Celles qui sont au sommet sont celles qui ont le plus besoin d'être réduites ou même abandonnées. Pour Orlov, cela inclut la technologie de l'énergie nucléaire, la nanotechnologie, le génie génétique et d'autres choses dont il estime qu'elles ont un « potentiel de dommages illimités ». À l'extrême opposé, le bas de la liste est occupé par des technologies sans danger, quasi naturelles. Parce que ces dernières ne causent aucun dommage écologique, elles sont celles qui devraient le plus nous attirer.

Il n'est pas nécessaire, selon Orlov, que tout le monde soit complètement tourné vers ces technologies quasi naturelles dans ses choix. D'une part, Orlov reconnaît que beaucoup de gens trouveraient cela prohibitif en pratique ; et d'un autre côté, Orlov se décrit lui-même comme technologiste qui voit de la valeur dans une grande partie de la technologie dominante d'aujourd'hui. (Encore une fois, sa vision est celle d'une technosphère rétrécie, pas complètement éliminée). Ainsi, même si vous ne pouvez pas vous passer d'une automobile ou d'un lave-linge, vous pourriez grandement réduire votre dépendance à l'égard de tels objets. Plutôt que de posséder votre propre voiture, vous et le reste de votre collectivité pourriez avoir une petite flotte de véhicules à occupation multiple. Et au lieu que chaque ménage de votre quartier ait sa propre machine à laver, il pourrait y avoir une seule buanderie communautaire. Quand il s'agit de réduire son utilisation d'Internet, Orlov suggère que les gens puissent composer des courriels et lire les documents téléchargés hors ligne, puis revenir en ligne pendant peut-être une heure par jour pour envoyer toutes leurs communications électroniques en un seul lot.

Que faisons-nous face à une technologie dont le potentiel de dommages est inconnu ? Dans de tels cas, Orlov conseille d'utiliser le principe de précaution, qui stipule que nous devrions renoncer à adopter toute technologie dont le potentiel de préjudice est inconnu ou contesté, en faveur de celle dont la propension au mal est connue.

L'auteur identifie un arsenal d'outils pouvant être utilisés pour combattre les technologies présentant un potentiel élevé de dommages. Orlov les nomme « anti-technologies » parce qu'elles fonctionnent pour annuler d'autres technologies. Elles comprennent des instruments pour la défense contre les armes offensives ; des méthodes pour défier et vaincre les tactiques oppressives d'application de la loi ; et des façons de rendre les choses vivantes et non vivantes indétectables ou méconnaissables, afin de les immuniser contre les pouvoirs de classification et de contrôle de la technosphère. Certaines anti-technologies représentent un avantage énorme en terme de coût par rapport aux choses contre lesquelles elles sont employées. Par exemple, un générateur d'étincelles fait maison peut détruire tout un système de communication radio et une LED infrarouge bon marché peut être utilisée pour aveugler une configuration de surveillance vidéo onéreuse.

« Réduire la technosphère » examine également les modes de vie alternatifs qui peuvent aider à vivre en dehors du contrôle de la technosphère. En tant que marin assidu et passionné de vie bon marché, Orlov est un grand fan de deux options en particulier : les voiliers d'habitation et les petites maisons. Il favorise les premiers en raison de leur avantage en termes de mobilité, dans le cas où les conditions sur un site particulier deviennent intenables. Mais pour ceux qui ne vivent pas près de l'eau, il considère les petites maisons comme la meilleure chose à faire. Et il les considère comme des « facilitateurs » inestimables en raison de leur capacité à aider les gens à répondre à leurs propres besoins de manière efficace et efficiente sans la technosphère.

La partie la plus stimulante de ce livre est son étude des façons dont différents penseurs ont tenté de définir la technosphère. Cette section commence par une analyse approfondie de « La Technique ou l'enjeu du siècle » par le regretté penseur français Jacques Ellul  1. De tous les gens qui ont critiqué la technologie jusqu'à présent, Ellul est, de l'avis d'Orlov, celui qui a le plus appréhendé la véritable nature de la technosphère, et il l'a fait il y a plus de six décennies (la version originale française de son livre publié en 1954). Malheureusement, Ellul a échoué à trouver des réponses à notre situation difficile. Orlov se tourne ensuite vers le tristement célèbre «  Manifeste d'Unabomber » de Ted Kaczynski, qui lui offre une solution. Alors qu'Orlov condamne les méthodes utilisées par Kaczynski pour répandre son message, il trouve beaucoup de valeur dans le Manifeste lui-même en tant que schéma de la « révolution contre le système industriel » envisagé par Kaczynski.

Dans « Réduire la technosphère » Orlov défie la foi quasi-universelle de notre société dans le progrès, réfléchit sur le fait que trop de développement technologique, comme trop de tout, peut être une mauvaise chose. « Dans n'importe quelle activité, écrit-il, il faut une quantité optimale, et trop est tout aussi mauvais que pas assez. » Orlov est l'un des brillants esprits qui travaillent actuellement sur la meilleure façon de gérer le futur effondrement industriel et lire son travail est si gratifiant qu'il est difficile d'imaginer où son maximum d'optimalité pourrait être.

Frank Kaminski

Le  livre de Dmitry Orlov est l'un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l'on nomme aujourd'hui : « collapsologie », c'est à-dire l'étude de l'effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

  1. Paris : Armand Colin, 1954. Paris : Économica, 1990 & 2008

 lesakerfrancophone.fr
 Ajouter un commentaire