Honduras : Keybridge Communication et le blanchiment de l'image de la «narco-démocratie»

09-01-2018 mondialisation.ca 6 min #136777

Le 7 août 2016, la firme de relations publiques Keybridge Communications a été engagée par le Gouvernement du Honduras pour fournir un service de moyens et de contrôle pour blanchir l'image de l'actuelle administration gouvernementale affectée par l'implication de fonctionnaires d'Etat dans le crime organisé et par la haut degré de violence dont souffrent les Honduriens, une situation qui affecte définitivement l'image du pays et fait baisser les investissements étrangers.

Keybridge, sur son site, signale que « notre équipe d'écrivains, de concepteurs, d'experts en internet et en stratégies de médias est spécialisée dans la mise en forme des informations. » En d'autres termes, Keybridge s'est consacré, ces derniers mois, de Washington, à influencer les médias sur les hypothétiques réussites de l'administration de Juan Orlando Hernandez concernant la diminution de la violence dans le pays et les réussites éventuelles dans la guerre contre les drogues.

Dans le domaine de la post-vérité et des fausses informations, les entreprises qui se consacrent aux relations publiques remplissent la fonction de transformer la réalité en faveur d'intérêts politiques. Dans le cas du Honduras, la soi-disant diminution des homicides est devenue un énorme succès pour Juan Orlando Hernández (JOH) qui s'attribue son efficacité grâce à sa politique de « main dure », dissimulant le fait que la violence a augmenté au Honduras précisément après le coup d'Etat de 2009 et surtout sous le Gouvernement discutable de Porfirio Lobo dont Juan Orlando Hernández faisait partie.

Keybridge déclare avoir la capacité de placer des articles d'opinion (Op-Eds) dans presque toutes les villes des Etats-Unis, par exemple dans le Wall Strret Journal, le Washington Post, USA Today, le Los Angeles Daily News. Les écrivains fantômes de Keybridge se sont chargés de « l »légitimer » le régime actuel, réussissant à convaincre une énorme audience de lecteurs étasuniens des soi-disant avancées du Honduras dans la lutte contre le trafic de drogues et la corruption alors que pour nous, qui vivons au Honduras, survivre est un miracle face à l'absence d'un Etat de loi et à cause de l'intimité qui existe entre les forces de sécurité et le crime organisé.

L'utilisation de firmes de relations publiques à des fins politiques n'est pas une nouveauté. Cependant, ces dernières années, l'engagement de certaines compagnies de relations publiques est devenu un pas essentiel pour manipuler l'opinion publique à propos de sujets controversés.

Keybridge a été engagée par Sally Pipes qui a dirigé une campagne furibonde contre le système de santé voulu par Barack Obama (Obamacare) en utilisant les chaînes de distribution des articles d'opinion de la firme Keybridge.

Les firmes de relations publiques étasuniennes ont manipulé les élections en invoquant le fantôme de la violence tribale comme c'est arrivé aux dernières élections au Kenia, quand Harris Media - une entreprise qui a son siège au Texas - a créé 2 sites internet Real Raila et Uhura for Us destinés à susciter la panique parmi les électeurs d'opposition avec la nettoyage ethnique.

Au Honduras, le fantôme d'Hugo Chávez est utilisé comme outil pour déchaîner la peur dans la population concernant l'arrivée d'un soi-disant régime communiste géré par le binôme Nasralla-Zelaya. Cette même campagne est utilisée à Washington, propageant l'idée parmi les membres du parti Républicain de la perte éventuelle de l'une de ses colonies d'outre-mer les plus fidèles aux mandats de l'Empire.

Le Honduras a signé un contrat avec le cabinet de conseil Mckinsey en juin 2015 pour concevoir un plan national destiné à créer des emplois et à renforcer les défuntes villes modèles - pilier économique des Gouvernements Lobo-Hernandez - ressuscitées dans le cadre de la propagande électorale en les transformant en bouées de sauvetage face à l'incapacité du Gouvernement à attirer les investissements étrangers dans un pays soumis à la violence.

Les villes modèles sont été conçues par Paul Romer - actuel vice-président et Economiste en Chef de la Banque Mondiale - qui s'est retiré de cet essai de gouvernement en manifestant son rejet du caractère autocratique de JOH et des libertaires d'extrême-droite qui collaboraient avec son Gouvernement. « C'est comme une aristocratie. Une fois qu'ils la contrôlent, ils décident qui peut être associé à leur club et jamais ce n'est soumis à la décision du peuple. »

Les villes modèles ou Zones d'Emploi et de Développement Economique (ZEDE), à la différence des milliers de Zones Economiques Spéciales qui existent de par le monde, impliquent la sous-traitance de la justice et de la sécurité, donnant lieu à d'éventuelles villes-nation indépendantes à l'intérieur du territoire national. Dans la version des ZEDE mise en place par le Gouvernement actuel, plus de 20 communautés sur les 47 qui existent au Honduras sont dans les zones d'influence des zones désignées pour les villes modèles.

Apparemment, il y a d'énormes intérêts économiques à maintenir l'actuel Gouvernement au pouvoir malgré l'illégalité du régime actuel. Les expériences en gouvernement comme les villes modèles (ZEDE) se réaffirment en tant qu'axe des administrations Lobo-Hernández, ce qui comprend la vente du pays aux enchères et la fracture de l'actuel Etat-Nation.

Le rôle joué par Keybridge -la "Boutique de la post-vérité"- aura de sévères conséquences pour le peuple hondurien qui subit déjà les dictatures du binôme Lobo-Hernández qui, avec le soutien des libertaires d'extrême-droite étasuniens mettront en place grâce à l'entreprise Mckinsey les nouvelles formes de dictature du XXI° siècle sous le manteau de l'égoïsme éthique préconisé par Ayn Rand.

Organización Fraternal Negra Hondureña, OFRANEH

Article original en espagnol:  Honduras. KeybridgenCommunication y el lavado de imagen de la "narcodemocracia" del Estado centroamericano, Resumen latinoamericano, le 5 janvier 2018.

Traduction Françoise Lopez pour  Bolivar Infos

La source originale de cet article est  Resumen latinoamericano
Copyright ©  OFRANEH,  Resumen latinoamericano, 2018

 mondialisation.ca
 Ajouter un commentaire