Le suicide assisté/l'euthanasie, un nouveau marché d'avenir ?

05/12/2017 5 min entelekheia.fr #135845

Que se passe-t-il quand un marché absorbe tous les téléphones portables, les ordinateurs, les vêtements, les cosmétiques, etc, qu'il peut supporter, en d'autres termes quand il est saturé ? Et quand parallèlement, la population qui l'entretient et garantit censément sa croissance perd peu à peu son pouvoir d'achat et surveille donc de plus en plus attentivement la gestion quotidienne de son pécule ?

Il lui faut chercher des recoins inexploités à cibler, c-à-d des segments où insérer des nouvelles tendances de consommation, même s'il faut pour cela mentir sur ses effets et/ou bousculer les repères anthropologiques dont dépend l'équilibre collectif de la société. L'un des derniers exemples de recoin jusqu'ici inexploité : le troisième âge. Est-ce dans ce contexte qu'il faut débattre de la promotion de l'euthanasie à laquelle nous assistons depuis grosso modo 2000 ? Il peut sembler monstrueux de même l'imaginer. Et pourtant, les indices sont bien là.

Aujourd'hui, les populations des pays développés présentent un point commun : elles vieillissent. Mieux, grâce aux avancées de la médecine, les plus de soixante-cinq ans représentent une tranche d'âge en plein développement, qui reste en bonne santé t vit plus longtemps. De plus, elle jouit en moyenne d'un bon pouvoir d'achat. Mais, bémol, c'est une population oisive, « improductive », dont le poids financier des retraites va rapidement poser un problème aux plus jeunes.

Comment amoindrir « le problème » des retraités tout en ouvrant un nouveau marché, le tout sous couvert de bons sentiments, par exemple sur « le droit à mourir dans la dignité » ? Réponse.

Mais avant de poursuivre votre lecture, vous prendrez bien un peu de Soylent vert ?

Par Tyler Durden
Paru sur Zerohedge sous le titre 3D-Printed Suicide-Machines Will Usher In a Silent Genocide

Une nouvelle 'machine à tuer' controversée, appelée 'Sarco' a été dévoilée par Exit International, une association pro-euthanasie dont le slogan est « Chaque adulte sain d'esprit a le droit de mettre en oeuvre des plans pour sa fin de vie, de façon à ce que sa mort soit fiable, paisible et au moment de son choix. »

Machine à euthanasie imprimée en 3-D.

La 'machine à suicide' hi-tech est une capsule livrée avec un cercueil détachable. La machine elle-même est réutilisable.

Le nouvel appareil a été exposé au cours d'une conférence d'Exit NuTech, au Canada, appelée « Nouvelles technologies pour une mort paisible de chacun par sa propre main » en octobre dernier.

La machine permettra à tous ceux qui ont accès au code de « finir leur vie paisiblement et de façon fiable en pressant simplement un bouton », selon Exit International.

Une fois le code d'accès entré et le sujet allongé dans la machine, la capsule se verrouille et relâche de l'azote liquide pour faire baisser le niveau d'oxygène, et la personne s'en va d'une mort paisible en quelques minutes. La capsule se détache ensuite de la machine 'Sarco' et peut être utilisée comme cercueil. La base peut être réutilisée et continuer son génocide silencieux, à très bon marché.

Machine imprimée en 3-D à azote liquide pour euthanasie à la demande.

Développée aux Pays-Bas par le directeur d'Exit, le Dr Mengele Philip Nitschke, et par l'ingénieur Alexander Bannink, la machine peut être imprimée en 3-D et assemblée n'importe où dans le monde. C'est un sujet d'inquiétude : puisque les machine sont imprimées, la technologie pourrait tomber dans de mauvaises mains. Pour empirer encore les choses, « les critères de design du Sarco seront gratuits, open-source et publiés sur Internet », a dit Exit International.

L'inventeur du 'Sarco', Philip Nitschke, dit que son développement rapproche le monde du but de l'association : que chaque personne en bonne santé mentale puisse choisir de finir sa vie d'une façon paisible et fiable au moment de son choix [On peut se demander comment sa machine compte filtrer ceux qui ne sont pas en pleine possession de leurs moyens, mais à ce stade terminal de décrochage de la réalité, pourquoi même poser la moindre question ? NdT]. Il a ajouté que la machine n'utilise pas de drogues interdites ou de manipulations compliquées ; tout ce dont elle a besoin est d'azote liquide.

Nitschke ajoute que le développement du 'Sarco' s'est fait en réponse « à la demande grandissante des personnes âgées, qui souhaitent de meilleures méthodes de suicide assisté ».

Comme nous l'avions déjà noté à propos du rapport ci-dessous de Visual Capitalist (en anglais), la population mondiale de 65 ans et plus est appelée à doubler, de 10 à 20% en 2050, ce qui laisse prévoir un boom de l'industrie du suicide assisté et de l'euthanasie dans un avenir proche.

Traduction et note d'introduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Photo de la page d'accueil Pixabay

entelekheia.fr

 commentaire