Un haut responsable américain avertit qu'il n'y a « pas beaucoup de temps » pour empêcher une guerre en Corée

05/12/2017 7 min mondialisation.ca #135832

Le conseiller américain à la sécurité nationale, H.R. McMaster, a averti samedi que le temps était compté pour tout règlement pacifique de la confrontation tendue avec la Corée du Nord au sujet de ses programmes nucléaires et de missiles.

Qualifiant la Corée du Nord de « plus grande menace immédiate pour les États-Unis », McMaster a déclaré : « Je pense que cela grandit chaque jour, ce qui signifie que nous sommes dans une course, vraiment, nous sommes dans une course pour résoudre ce problème. »

Se référant au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le conseiller à la sécurité nationale a déclaré : « Chaque fois qu'il lance un missile et un essai nucléaire, il va mieux ».

McMaster s'exprimait la semaine dernière au Forum Reagan sur la défense nationale en Californie après le tir d'essai de la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental (ICBM) qui pourrait avoir la capacité d'atteindre les États-Unis continentaux.

En réalité, les responsables du gouvernement Trump exagèrent grossièrement les capacités nucléaires de la Corée du Nord afin de justifier leur agression militaire contre le régime de Pyongyang. La portée du dernier missile essayé est incertaine, car sa charge utile, et donc sa capacité à transporter une tête nucléaire, n'est pas connue. De plus, il s'est brisé en vol, indiquant que la Corée du Nord ne possède pas encore de système capable de rentrer dans l'atmosphère.

Le gouvernement du président Donald Trump a déclaré à plusieurs reprises que « toutes les options sont sur la table », c'est-à-dire, y compris une attaque militaire massive. Lors du Conseil de sécurité de l'ONU la semaine dernière, l'ambassadeur américain à l'ONU, Nikki Haley, a menacé que « si la guerre venait, ne vous y trompez pas, le régime nord-coréen sera complètement détruit ».

Les États-Unis lancent aujourd'hui un autre exercice militaire majeur en commun avec la Corée du Sud, impliquant quelque 230 avions et 12 000 hommes dans une répétition à peine déguisée d'une guerre contre la Corée du Nord. Cette démonstration de force met en ligne six avions Raptors américains F-22 - les chasseurs furtifs les plus avancés qui seraient utilisés dans la première vague de toute attaque contre la Corée du Nord.

Un responsable sud-coréen de la défense a déclaré à CNN que les États-Unis envoyaient des dizaines de chasseurs haut-de-gamme, des bombardiers et des avions de soutien pour participer à l'exercice de combat aérien Vigilant Ace 18 qui dure une semaine. Ceux-ci comprennent six F-22, six F-35 et six EA-18G, ainsi que plus de 10 F-15C et F-16. Ils seront rejoints par des bombardiers stratégiques B-1 et des F-35 supplémentaires.

Le Pentagone renforce également ses systèmes anti-missiles et d'alerte en prévision de la guerre. Deux membres du Congrès américain, Mike Rogers et Adam Smith, ont déclaré samedi que la Missile Defence Agency (MDA) enquêtait sur des sites de la côte ouest des États-Unis pour l'installation de batteries de défense THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Des intercepteurs de défense à mi-parcours (GMD) à longue distance sont déjà installés en Alaska et en Californie.

Autre indication que les États-Unis se mettent sur le pied de guerre, les autorités d'Hawaï ont rétabli les tests mensuels d'alerte aux attaques nucléaires. L'alarme prévue à cet effet (l'Attack Warning Tone) a été déclenchée vendredi dernier pour la première fois depuis la fin de la Guerre froide.

Pyongyang a condamné les exercices aériens américano-sud-coréens. Un commentaire dans le journal officiel Rodong Sinmun dimanche a qualifié ces manœuvres de « provocation ouverte et totale » contre la Corée du Nord, « ce qui pourrait conduire à une guerre nucléaire à tout moment ».

Les États-Unis ont mis la Corée du Nord dans une impasse, imposant des sanctions économiques paralysantes au régime et le menaçant de guerre si le pays ne capitule pas devant les exigences de Washington de détruire son arsenal nucléaire et démanteler ses programmes nucléaires et de missiles. Pyongyang est bien conscient du sort tragique des dirigeants irakiens et libyens - Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi - qui ont cédé aux pressions américaines sur les soi-disant armes de destruction massive.

Le gouvernement Trump place imprudemment l'Asie et le monde au bord de la guerre nucléaire. La Corée du Nord ne sera jamais en mesure d'égaler l'armée la plus puissante du monde ou les milliers de têtes nucléaires de l'arsenal nucléaire américain. Face à des manœuvres militaires américaines répétées à proximité de ses frontières, les généraux nord-coréens pourraient conclure qu'ils doivent frapper d'abord pour éviter d'être anéantis.

Les avertissements de Washington selon lesquels le temps est compté ne font qu'augmenter le risque de guerre, que ce soit délibérément ou accidentellement.

McMaster a déclaré samedi : « Il existe des moyens de résoudre ce problème en deçà du conflit armé, mais c'est une course parce qu'il [Kim Jong-un] se rapproche de plus en plus, et il ne reste plus beaucoup de temps ».

Cependant, la solution « pacifique » de McMaster n'implique rien de moins qu'un blocus économique total de la Corée du Nord - un acte de guerre qui pourrait déclencher des actions désespérées de la part de Pyongyang. Il a appelé à des « sanctions beaucoup plus sévères » et à « l'application intégrale des sanctions qui sont en place ».

Les sanctions déjà en place comprennent des interdictions sur presque toutes les exportations nord-coréennes et sur une proportion importante de ses importations, ainsi que sur les finances et les investissements. Les États-Unis exigent maintenant que la Chine coupe l'approvisionnement en énergie de la Corée du Nord, ce qui provoquerait une crise économique et politique immédiate à Pyongyang.

McMaster a déclaré que la Chine devrait prendre des mesures unilatérales pour couper les importations de pétrole nord-coréen, ajoutant que « vous ne pouvez pas tirer un missile sans carburant ». Il a déclaré que lui et Trump pensaient qu'un embargo total sur le pétrole « serait approprié à ce moment ».

Face à la perspective d'une guerre à sa frontière nord, le gouvernement chinois a accédé à contrecœur aux précédentes demandes de sanctions américaines. Cependant, Pékin est hostile aux mesures qui pourraient conduire à une implosion à Pyongyang que Washington pourrait exploiter pour installer un régime pro-américain aux portes de la Chine.

L'escalade du conflit américain avec la Corée du Nord fait partie intégrante d'une stratégie américaine beaucoup plus large, qui a commencé avec le « pivot vers l'Asie » de l'administration Obama, afin de saper la position de la Chine économiquement et stratégiquement.

Le risque de guerre est aggravé par les luttes politiques internes intenses à Washington et la crise aiguë de l'administration Trump, au milieu de la montée du ressentiment populaire et de l'opposition à l'inégalité sociale. Assiégé de tous les côtés, Trump pourrait conclure que la moins mauvaise option est de lancer une guerre catastrophique pour détourner les immenses tensions sociales et politiques vers l'extérieur.

Peter Symonds

Article paru en anglais, WSWS, le 4 décembre 2017

Image à la une : US F-35B

La source originale de cet article est wsws.org
Copyright © Peter Symonds, wsws.org, 2017

mondialisation.ca

 commentaire