Bitcoin : monnaie capitaliste

04/12/2017 13 min investigaction.net #135781

04 Déc 2017

Article de : Emmanuel Wathelet

Un événement historique s'est produit mercredi passé : en tant que propriétaire de Bitcoins, vous auriez reçu 10.000$ en vendant un seul d'entre eux ! Sachant qu'il ne valait que 0.001$ en 2009... Pour l'instant, on maîtrise mal les enjeux. Qui gagne, qui perd? Quel est l'avenir du Bitcoin? Cette monnaie est-elle vraiment une alternative au système actuel? Une monnaie pirate, une monnaie de révolté, une monnaie underground? Rien n'est moins sûr.

Le principe fondamental de l'argent

Imaginons que vous vouliez manger des pois chiches. Ça tombe bien, votre voisin en a justement ! Vous avez un paquet de sucre que vous voudriez échanger contre sa boîte de pois chiches mais, pas de chance, il a aussi du sucre et n'est pas intéressé par le vôtre. Lui, ce qu'il voudrait, c'est des carottes...que vous n'avez pas. Vous risquez bien de ne pas manger de pois chiches ce soir ! Sauf qu'une invention formidable vous permet malgré tout d'effectuer cet échange : l'argent. Comment cela fonctionne-t-il ? Très simple : la valeur de chaque produit est « traduite » en une unité universelle. Ainsi, mon sucre vaudra par exemple 1.5 Radis (le Radis étant l'unité de mesure dans mon exemple) et la boîte de pois chiches 0.70 Radis. Il me suffit de donner ces 0.70 Radis à mon voisin qui pourra les utiliser pour acheter ses carottes.

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Print Collection, The New York Public Library. (1834 - 1839). Monnaies brésiliennes de diverses epoques. (1,2,6, 7. Couivre; 3,5. Argent; 4. Or.) Retrieved from digitalcollections.nypl.org

Diverses monnaies brésiliennes

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l'argent n'a pas de « valeur en soi ». Mon billet de « Radis » est en papier, et ce n'est pas le caractère - même luxueux - du papier qui lui confère sa valeur. La valeur de mon billet de « Radis » vient de ce qu'il est un « valant pour » : il « vaut pour » n'importe quel produit pouvant s'échanger avec lui.

Et le Bitcoin ?

Le Bitcoin est une monnaie « comme les autres ». Comme mon fictif Radis, des Euros ou des Dollars, il est possible d'utiliser des Bitcoins comme unité universelle permettant d'acheter tout et n'importe quoi : des carottes, des applications sur Internet, de la drogue ou encore d'autres monnaies. Mais, en même temps, ce n'est pas une monnaie « comme les autres ». La différence la plus évidente, c'est que le Bitcoin est une monnaie immatérielle, il n'existe pas de pièces et de billets de Bitcoins. Les achats avec Bitcoins se feront donc toujours via des moyens électroniques. On dit également que le Bitcoin est une crypto-monnaie. Derrière ce terme se cache deux caractéristiques qui peuvent paraître contradictoires : la garantie de l'anonymat d'une part, la garantie de la traçabilité d'autre part. En clair, quand on échange des Bitcoins, on peut être certain que le Bitcoin appartenait bien à quelqu'un d'autre auparavant, même si on n'en connaît pas l'identité. Il n'y a donc pas de fausse monnaie possible.

Ce tour de force, normalement de la responsabilité d'une banque - qui s'assure, lorsque vous faites par exemple un virement à quelqu'un, que vous disposiez bien, en effet, de cet argent - est rendu possible par une invention fascinante : les blockchains. Les blockchains sont, dans ce contexte, des « carnets » dans lesquels sont listés, dans des « blocs » (comme des « pages du carnet ») tous les échanges en Bitcoins effectués sur toute la planète d'une personne vers une autre personne (en fait d'un compte vers un autre compte puisqu'un cryptage permet l'anonymat). La copie de cette « liste » n'est pas gardée en mémoire à un endroit particulier mais de façon décentralisée, chez tous les utilisateurs. Évidemment, comme il y a énormément de transactions en même temps, il y a un risque d'avoir des « listes » légèrement différentes d'un utilisateur à un autre. Pour s'assurer qu'il n'existe « qu'une seule liste », à chaque fois qu'une page (un « bloc ») est remplie, la résolution d'un calcul est exigée. Le « bloc » de celui qui a résolu le calcul, pour peu que le reste du réseau valide en effet son contenu en reconnaissant toutes les transactions qu'il contient, vient compléter le reste de la « liste » (le reste du carnet). C'est sur cette nouvelle base commune que le prochain bloc peut alors être rempli, et ainsi de suite.

C'est aussi à l'occasion de la résolution de ce calcul que de nouveaux Bitcoins sont créés : comme ce calcul demande de grandes ressources, les ordinateurs effectuant ce « travail » sont rémunérés en Bitcoins créés à cette occasion, comme le travail d'extraction de l'or dans une mine. Pas seulement, en fait. Les « mineurs » (c'est par ce terme qu'on nomme les ordinateurs et, par conséquent les personnes qui se trouvent derrière) sont aussi rémunérés en percevant des commissions sur chaque transaction effectuée, comme n'importe quel autre système de paiement par carte où une commission est également prélevée.

Un élément important est qu'on sait que la création de Bitcoins est théoriquement infinie mais est, en pratique, amenée à se tarir : petit à petit, les « mineurs » ne seront plus rémunérés par la création de nouveaux Bitcoins mais majoritairement par des commissions sur les transactions. On sait même précisément quand ce phénomène se produira : lorsqu'il y aura plus ou moins 21 millions de Bitcoins sur le marché.

Pourquoi faire en sorte que de nouveaux Bitcoins ne soient plus créés ? C'est assez simple à comprendre. À mesure que de nouveaux Bitcoins sont créés, la valeur de chacun de ceux-ci diminue. En effet, ce qui est rare est cher. Dans n'importe quelle économie, on ne peut faire « tourner la planche à billets » sans arrêt, sous peine de dévaluer fortement la monnaie et assister à une importante inflation. Certes tout le monde aurait « beaucoup d'argent », mais cet argent ne vaudrait rien du tout ! En ce qui concerne les monnaies traditionnelles, c'est le rôle des banques centrales de contrôler cette inflation via les politiques monétaires. Comme le Bitcoin est décentralisé, il n'y a pas de banque centrale pour le contrôler. La quantité limitée de Bitcoins répond dès lors en partie à ce problème.

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Photography Collection, The New York Public Library. (1936). Federal Reserve Bldg., Manhattan. Retrieved from digitalcollections.nypl.org

Federal Reserve, Manhattan

Pourtant, aujourd'hui, c'est justement le contraire qui se passe. Alors que des Bitcoins continuent à être créés, ils valent de plus en plus. Essayons de comprendre.

D'abord, s'il est vrai que de nouveaux Bitcoins sont créés, les calculs nécessaires pour y parvenir sont de plus en plus difficiles - ce qui réinstaure un phénomène de « rareté ». Effectuer ces calculs n'est pas à la portée de n'importe qui. Il faut une puissance de calcul gigantesque, des infrastructures importantes, également très gourmandes en énergie. En fait, « miner » du Bitcoin n'est pas très rentable, sauf pour quelques acteurs économiques et dans des lieux singuliers (comme dans les pays où l'électricité est bon marché, par exemple en Chine). Ce qui est rare étant aussi ce qui est cher, cela explique que le Bitcoin continue, sur le long terme, à prendre de la valeur.

Ensuite, comme sur tout marché, la loi de l'offre et de la demande est applicable : tant que des gens voudront acheter des Bitcoins, le Bitcoin continuera de prendre de la valeur. Ce qui est fort demandé coûte plus cher et continue de prendre de la valeur, surtout lorsque le phénomène est associé à de la rareté.

Échange ou spéculation ?

C'est ici qu'il est intéressant de revenir au principe même de l'utilité de l'argent. Si l'argent n'a pas de « valeur en soi » mais n'est qu'un « valant pour », c'est-à-dire un outil pour faciliter les échanges, il n'y aurait aucune raison de thésauriser et donc peu de raison de vouloir accumuler des Bitcoins. Beaucoup des lecteurs du Radis pourront investir leur argent dans une entreprise via des actions, dans une maison, etc. mais savent que laisser de l'argent dormir sur un compte d'épargne rapporte peu. Pourquoi, dans ce cas, y a-t-il une telle demande de Bitcoins aujourd'hui ? Ce serait d'autant moins compréhensible que le Bitcoin est une monnaie comme une autre, avec laquelle on procède à des échanges similaires !

En réalité, l'énorme demande et le succès du Bitcoin ne sont pas liés à sa qualité d'être une monnaie permettant l'échange. Au contraire. Les acheteurs du Bitcoin voient en cette monnaie dont le succès n'est pas (encore) démenti l'opportunité de gagner de l'argent en pariant sur le fait que le cours va continuer de grimper. Pour faire simple, il s'agit de spéculation. Et comme il n'y a pas de banque centrale pour contrôler les cours de façon top-down via des politiques monétaires, il en résulte une extrême volatilité. Par exemple, en trois jours seulement début novembre, le Bitcoin avait perdu 1000$ pour finalement ensuite repartir de façon croissante.

Vous allez me dire : pourquoi pas ? Si certains veulent prendre des risques avec de l'argent fictif qui ne renvoie qu'à lui-même, où est le problème ? Après tout, si le cours chute après l'achat de Bitcoins et que tout est perdu, les spéculateurs n'auront que la monnaie de leur pièce, si j'ose dire. C'est à ce moment, à mon avis, qu'il convient de garder son esprit critique.

Une perspective de gauche sur le Bitcoin

Dans sa philosophie, le Bitcoin est un pur produit du libertarianisme. Cette doctrine pose la liberté de l'individu comme essentielle, l'individu et le droit de propriété sur tout ce qu'il aurait acquis. Une conception qui rejette l'État et toute institution qui viserait à limiter (par exemple, dans le cas du Bitcoin, par une politique monétaire) ou à contraindre les individus dans leurs rapports économiques et sociaux. Éthiquement, le principe de non-agression est d'application : pas question d'agresser physiquement les autres. Mais en pratique, ça ne tient pas la route. Des actions engagées librement causent régulièrement des dommages aux autres sans que la volonté de faire du tort soit explicite. Par exemple, une entreprise « libre », devant réaliser des profits pour survivre, prendra des mesures de réduction de coûts qui toucheront ses employés mais aussi la concurrence. Par conséquent, le libertarianisme favorise surtout une jungle où seuls subsistent les plus forts.

Quel rapport avec le Bitcoin ? Eh bien, le Bitcoin ressemble précisément à cette jungle dépourvue de pouvoir régulateur. Et le Bitcoin n'existe pas non plus hors du contexte capitaliste. Si une série d'acteurs économiques - un ami, une sœur ou que sais-je - décident de spéculer « gentiment » (avec des montants assez bas) sur le Bitcoin, ils prennent leurs propres risques ; mais des acteurs de plus en plus gros proposent maintenant d'investir dans le Bitcoin via des produits financiers particuliers. Certes, étant donné la volatilité de cette monnaie, le risque est grand. Mais est grande aussi l'opportunité de gagner beaucoup en peu de temps. Et c'est bien ça qui les intéresse ! Depuis les débuts du capitalisme, le problème a toujours été de maximiser les profits en trouvant des débouchés pour ses excès de capitaux. Ainsi, les excès de capitaux obtenus grâce au vol des ressources de l'Amérique et les empires coloniaux ont permis à l'Occident de prendre les devants lors de la Première Révolution industrielle. Cette dernière a, évidemment, permis de renforcer l'avantage concurrentiel, produisant de nouveaux capitaux en excès qu'il fallait réinvestir. Un réinvestissement certes, mais toujours dans l'idée de maximiser le profit : d'où l'intérêt de l'exploitation des hommes dans les colonies et ensuite de l'exploitation des matières premières. Mais lorsqu'il n'y a plus ni hommes ni territoires à conquérir, il faut se disputer ce que chacun s'est déjà accaparé et c'est ainsi que naissent les guerres mondiales.

Le Bitcoin est, à ce titre, un excellent moyen pour les capitalistes « libres » d'utiliser leurs excédents de capitaux en espérant de super profits sans lever le petit doigt et, en bons libertariens, sans que leur action soit mises à mal par quelque pouvoir dominant. Difficile à dire si, déjà aujourd'hui, certaines institutions sont prêtes à se mettre en péril en jouant à ce nouveau casino, mais rien n'indique qu'elles ne le seraient pas, bien au contraire. Or, que se passe-t-il lorsqu'une grande institution bancaire met sa propre existence en danger ? Lors de la crise amorcée en 2008, les États ont considéré que les banques étaient « too big to fail ». Ils ont donc été obligés de les renflouer, pour « limiter la casse ». Une nouvelle fois, on assisterait à une privatisation des profits (tant que ça marche, les acteurs privés qui en ont les moyens se remplissent les poches) et une socialisation des pertes (quand ça foire, les acteurs publics sont obligés d'en payer le prix, ce qui a des conséquences directes sur les budgets nationaux, notamment en termes de dépenses sociales). À noter que ce genre de problèmes émerge de causes combinées : pas seulement une perte de confiance subite dans le Bitcoin, mais une conjonction de facteurs qui se renforcent mutuellement avec un événement déclencheur comme l'a pu l'être la crise des subprimes en 2008.

Une dernière réflexion me semble importante : on pourrait croire que les Bitcoins se créent dans un éther sans l'intervention de personne. Rien de plus faux. Les machines qui permettent de réaliser les calculs sont remplis de métaux, dont des minerais de conflits (ce sont des ordinateurs qui travaillent). À la base, de vrais mineurs, ouvriers, en chair et en os, sous-payés pour leur travail et très loin des opportunités de la spéculation. Ces mêmes machines consomment également énormément d'énergie et constituent de ce fait un coût environnemental sérieux. De mon point de vue, le Bitcoin s'inscrit parfaitement dans la logique capitaliste et, s'il constitue une prouesse technique et résulte d'une conception brillante, il n'en demeure pas moins une monnaie qui détourne la fonction première et saine de l'argent pour en faire un outil capitaliste de spéculation risquant de toucher à terme les mêmes personnes déjà dominées.

Source: Investig'Action et le Blog du radis

Illustration: Antana

investigaction.net

 commentaire