Fidel Castro, l'autre nom de la Dignité

04/12/2017 5 min mondialisation.ca #135778

Un an après sa disparition le 25 novembre 2016, le leader de la Révolution cubaine perdure dans la mémoire collective comme le Héros des déshérités.

Arrière-cour des Etats-Unis pendant six décennies, Cuba était constamment humiliée dans son aspiration à la souveraineté. Malgré les trois guerres d'indépendance et les sacrifices innombrables du peuple de José Martí, Héros national et père spirituel de Fidel Castro, l'île de la Caraïbe a subi le joug oppresseur du puissant Voisin, désireux d'asseoir sa domination dans la région. Occupée militairement puis transformée en république néocoloniale, Cuba a vu ses gouvernements de l'époque contraints de se plier aux injonctions de Washington. Le peuple cubain, fier et vaillant, endurait affront après affront. Ainsi, en 1920, le Président Woodrow Wilson dépêcha le général Enoch H. Crowder à La Havane suite à la crise politique et financière qui frappait le pays et ne daigna même pas en informer le Président Cubain Manuel García Menocal. Ce dernier fit part de sa surprise à son homologue étasunien. La réponse de Washington fut humiliante : « Le Président des Etats-Unis ne considère pas nécessaire d'obtenir l'autorisation préalable du Président de Cuba pour envoyer un représentant spécial ». Telle était la Cuba prérévolutionnaire.

Profondément meurtri dans son désir de liberté, le peuple cubain a accueilli le triomphe de la Révolution cubaine de Fidel Castro en 1959 comme l'aboutissement d'une longue lutte initiée en 1868, lors de la première guerre d'indépendance. Architecte de la souveraineté nationale, Fidel Castro a revendiqué, armes à la main, le droit inaliénable de son peuple à l'autodétermination. En brisant les chaînes hégémoniques imposées par Washington, Fidel Castro a fait d'une petite île de la Caraïbe une puissance morale admirée et respectée par les peuples du Sud pour sa volonté indéfectible à choisir sa propre voie. Il est également devenu le symbole de la résistance à l'oppression et l'espoir des écrasés à une vie décente, loué pour son courage constant face à l'adversité et sa fidélité aux principes.

Malgré des ressources extrêmement limitées et un état de siège implacable imposé par les Etats-Unis pendant plus d'un demi-siècle, Fidel Castro a fait de Cuba un modèle pour les nations du Tiers-Monde, en universalisant l'accès à l'éducation, à la santé, à la culture, aux sports et aux loisirs. Il a ainsi prouvé aux yeux du monde qu'il était possible de mettre en place un système de protection sociale performant pour l'ensemble de la population, et de placer l'être humain au centre du projet sociétal, en dépit des limites matérielles et de l'hostilité pernicieuse de Washington. Cuba est aujourd'hui une référence mondiale en ce sens et démontre qu'il est possible de placer les catégories les plus vulnérables au centre du processus libérateur.

« La Patrie, c'est l'Humanité », disait José Martí. Fidel Castro, en plus de défendre le droit de son peuple à vivre debout, a fait montre de sa vocation d'internationaliste solidaire en apportant le concours généreux de Cuba pour toutes les causes nobles de l'émancipation humaine, contribuant ainsi de façon décisive à l'indépendance de l'Afrique australe et à la lutte contre le régime ségrégationniste de l'Apartheid. L'inoubliable Nelson Mandela synthétisera cette solidarité sans failles des Cubains en une réflexion : « Quel autre pays pourrait prétendre à plus d'altruisme que celui que Cuba a appliqué dans ses relations avec l'Afrique ? » Aujourd'hui encore, Cuba est toujours assiégée par Washington, et en dépit d'une situation économique difficile, elle continue à apporter son aide en matière d'éducation, de santé et d'assistance technique, aux pays du Sud, en envoyant des dizaines de milliers de médecins, enseignants, ingénieurs et techniciens.

Salim Lamrani

Université de La Réunion

Cet article a été publié en anglais par The Huffington Post :

huffingtonpost.com

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l'Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l'Université de La Réunion, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son nouvel ouvrage s'intitule Fidel Castro, héros des déshérités, Paris, Editions Estrella, 2016. Préface d'Ignacio Ramonet.

Contact : email protected ; email protected

Page Facebook : facebook.com

La source originale de cet article est The Huffington Post (La Réunion)
Copyright © Salim Lamrani, The Huffington Post (La Réunion), 2017

mondialisation.ca

 commentaire