La méthode Obama révélée par Trump

04/12/2017 6 min entelekheia.fr #135770

Par Margaret Kimberley
Paru sur Black Agenda Report sous le titre Obama's Crimes are Revealed Under Trump

« La guerre contre le Yémen a commencé en 2015, avec l'approbation et l'assistance militaire de l'administration Obama. »

Barack Obama n'était pas le président du moindre mal. Il a toujours été un mal plus efficace. Les classes dominantes avaient désespérément besoin d'un visage nouveau et attrayant pour mener à bien leur terrible agenda. George W. Bush et les Républicains éveillaient trop de sentiments négatifs et n'étaient donc plus à même de faire aboutir leurs complots impérialistes. Ils étaient mauvais pour l'image de marque, et ont été mis à la porte jusqu'à nouvel ordre.

Obama n'a certainement pas déçu ses clients. Il a affirmé que les USA étaient exceptionnels et indispensables, et qu'aucun autre pays n'avait de droits qu'ils devaient respecter. Il a réussi à réaliser quelques-uns des rêves des néocons au cours de ses tentatives pour faire aboutir le Project For a New American Century [le 'Projet pour un nouveau siècle américain' était un think tank néocon washingtonien proche de George W. Bush qui s'était signalé par la publication, en 2002, d'un rapport intitulé « Rebuilding America's Defenses: Strategy, Forces and Resources for a New Century » (« Reconstruction des défenses américaines : Stratégie, forces et ressources pour un nouveau siècle »). Il exposait, entre autres, « Présentement, les États-Unis n'ont pas de rival mondial. La stratégie de base des USA doit viser à préserver et à étendre cette position avantageuse aussi loin dans l'avenir que possible », NdT].
Il a détruit la Libye, soutenu un coup d'État contre un gouvernement élu en Ukraine et tenté un changement de régime en Syrie.

Du sang a été versé, des vies ont été perdues dans le monde entier sous la doctrine Obama des droits des USA à l'hégémonie mondiale. Mais les médias grand public et la plupart des Démocrates se sont tus. Aujourd'hui, Trump est à la Maison-Blanche et le mal qu'Obama a mis en place est soudainement mis en lumière.

En 2016, des rapports ont émergé selon lesquels des migrants africains sont réduits en esclavage en Libye. J'avais rapporté ces atrocités dans Black Agenda Report en avril dernier, mais la plupart des médias américains n'avaient pas trouvé l'information digne de leur intérêt.

« Obama a détruit la Libye, soutenu un coup d'État contre un gouvernement élu en Ukraine et tenté un changement de régime en Syrie. »

La guerre génocidaire contre le Yémen a également été traitée par le silence. Les crimes de guerre ont commencé en 2015, avec l'approbation et l'assistance militaire de l'administration Obama. L'Arabie Saoudite était également leur principal partenaire criminel dans l'assaut contre la Libye et la Syrie.

Les Démocrates du Congrès ont soutenu ces meurtres de masse. S'ils avaient des objections, ils les ont gardées pour eux. Aujourd'hui, la Libye et le Yémen font l'actualité, non pas parce que de nouvelles vocations de conciliateurs se sont fait jour ou qu'il s'en inquiètent réellement. Ces questions primordiales sont utilisées contre Trump, qui a hérité de l'aventurisme meurtrier du président « Espoir et Changement ».

NdT: De fait, Obama a bombardé pas moins de sept pays au cours de ses mandats, soit un total de 26 171 bombes pour la seule année 2016, 3000 de plus qu'en 2015. Sans compter les drones, dont le décompte des attaques n'est pas communiqué aux médias. Source : The independent independent.co.uk

Black Agenda Report et les médias internationaux ont révélé les horreurs subies par les migrants africains en Libye depuis que ce pays a été ciblé par les États-Unis et l'OTAN en 2011. L'Arabie Saoudite tue des Yéménites depuis deux ans. Aujourd'hui, même des anciens officiels de l'administration Obama, comme l'ex-ambassadrice aux Nations-Unies Samantha Power, expriment un faux sentiment de choc horrifié face aux politiques auxquelles ils ont contribué. « Les États-Unis auraient dû suspendre depuis longtemps leur soutien à la coalition menée par l'Arabie Saoudite qui, en plus de tuer des milliers de civils par des bombardements, est aujourd'hui en train d'affamer les gens. Ça suffit comme ça. » Power pense, ou du moins espère que le reste du monde est amnésique quand elle poste sur Twitter.

« Des officiels de l'administration Obama, comme l'ex-ambassadrice aux Nations-Unies Samantha Power, expriment un faux sentiment de choc horrifié face aux politiques auxquelles ils ont contribué. »

Les troubles internes de la famille régnante saoudienne et sa proximité avec le président Trump facilitent la vie de ceux qui s'étaient tus jusqu'ici. Bien sûr, ils s'en inquiètent autant qu'auparavant, c'est-à-dire pas du tout. Mais aujourd'hui, ils ont une cible, et son nom est Donald Trump. Ils utilisent des crimes de guerre pour l'atteindre, au cas où le Russiagate ne suffise pas à l'abattre.

Il y a une collusion certaine, mais pas entre Trump et Poutine. Elle existe entre les élites des médias grand public et le Parti démocrate, qui tentent d'accomplir quelque chose qu'ils ont raté par les votes et qu'ils sont encore en train de rater, parce que leurs plans échouent dans le monde entier.

L'intouchabilité d'Obama perdure alors même que ses violations des droits de l'homme sont révélées. Son nom est rarement relié aux catastrophes qu'il a déclenchées. Ses amis continuent de le couvrir et de laisser son nom hors de la liste des responsables, bien qu'il ait été à la tête du gang.

« Le nom d'Obama est rarement relié aux catastrophes qu'il a déclenchées. »

Le programme 60 minutes de CBS news a démontré comment le subterfuge est mené à bien. Ils ont fini par couvrir la famine et l'épidémie de choléra qui ravagent le Yémen, mais n'ont pas mentionné la façon dont les USA ont aidé à commettre ces crimes. Ils ont également menti et blâmé l'Iran pour ces souffrances, alors que ce pays n'a rien à y voir. L'Iran est de fait une cible perpétuelle pour les Saoudiens, mais cette information très facile à prouver est trop inconfortable pour être révélée par CBS.

C'est une bonne chose que le monde ait appris la réalité des migrants réduits en esclavage en Libye. Il est bon que les crimes de guerre des Saoudiens contre le Yémen obtiennent enfin une attention médiatique. Mais aucun des criminels ne devrait échapper à la justice. Barack Obama, ses Secrétaires d'État Hillary Clinton et John Kerry, et toute l'OTAN ont du sang sur les mains. Ce fait ne soit pas être oublié et doit toujours revenir sur la table de la discussion et des actions.

Traduction Entelekheia
Photo : Zone bombardée, Yémen

entelekheia.fr

 commentaire