Reuters: Les oligarques tentent de ne pas « se faire remarquer » à côté de Poutine de peur de se voir imposer des sanctions

03/12/2017 5 min histoireetsociete.wordpress.com #135726

Cet article du KPRF repris de Reuter, témoigne de la manière dont l'oligarchie russe est prête y compris à « lâcher » le président Poutine devant la menace de sanctions financières de l'UE et des USA. Il s'agit d'imposer à la veille des élections une pression sur le gouvernement pour qu'il renonce à une politique d'indépendance nationale. Le KPRF ne cesse de démontrer que tant qu'il y aura une oligarchie dominant l'économie, le pays ne pourra pas avoir une politique d'indépendance nationale, même si Poutine et son entourage y prétendent (note et traduction de Danielle Bleitrach)

2 décembre 2017 13h00

Le président russe Vladimir Poutine et le président de VTB Andrei Kostin (de gauche à droite) Forum d'investissement de VTB Capital « Russia Calling! » En 2016. Photo: Artem Korotaev / TASS

Les représentants de l'élite commerciale russe doivent se distancer du président Vladimir Poutine, car cela peut les soumettre aux sanctions américaines. La menace d'introduire de nouvelles restrictions a fait du dirigeant russe un «atout toxique» pour eux. Ceci est rapporté jeudi par Reuters

L'agence a interviewé deux douzaines de personnes dans les cercles commerciaux et politiques russes. Beaucoup d'entre eux ont parlé de « l'atmosphère de peur et d'anxiété » parmi les hommes d'affaires qui ont peur de tomber sous les sanctions américaines. « Les gens sont frustrés. La situation est tendue. S'ils te reconnaissent aussi près de Poutine - va et prouve que ce n'est pas le cas. Il est difficile de maintenir ses actifs contre les Etats-Unis «, a expliqué la source Reuters dans une grande société russe. L'interlocuteur de l'agence, entouré d'un homme d'affaires qui figure parmi les 100 Russes les plus riches selon le magazine Forbes, a déclaré que son patron a décidé de ne plus apparaître lors des événements publics, où Poutine est présent. C'est la solution qu'il a choisie pour ne pas attirer l'attention des responsables américains.

Une autre source de Reuters, proche d'un autre homme d'affaires russe de la liste Forbes, a déclaré que « tout le monde a peur pour lui-même, ils ont peur des sanctions personnelles. » L'une des 100 personnes les plus riches de Russie a déclaré que ses contacts politiques ne peuvent pas lui dire s'il y a des menaces de sanctions. Selon lui, pour se protéger, il n'y a qu'une issue: sortir du pays.

« Le leadership (le pays) ne croit pas que les sanctions rendent la situation difficile. Ils vivent tous dans la réalité parallèle. Personne ne veut écouter les hommes d'affaires », s'est-il plaint.

Une source de haut rang dans une grande société russe estime que les tactiques américaines « font tout pour s'en prendre à ceux qui soutiennent Poutine, de sorte qu'ils finissent par dire - eh bien, faites ce que vous voulez. » « Surtout avant les élections », a ajouté la source.

La même opinion a été exprimée au Kremlin. Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré que les autorités américaines utilisaient des sanctions anti-russes pour tenter de monter de riches partisans du président Vladimir Poutine contre lui.

« Nous sommes convaincus que c'est le cas », a déclaré Peskov aux journalistes, répondant à la question pertinente d'une agence internationale qui avait été reçue par le service de presse du Kremlin.

Le porte-parole de la présidence a également répondu à la question de savoir s'il ne pense pas que ces efforts des autorités américaines soient programmés pour les prochaines élections présidentielles en Russie en mars 2018.

« Nous sommes convaincus de cela », a souligné Peskov.

Il a également dit que le Kremlin ne sait rien du fait que quelques uns des représentants de l'élite des affaires russes a accusé l'entourage du président et personnellement Vladimir Poutine de favoriser les sanctions imposées par l'Occident.

« Si certains médias savent que certains représentants d'élites commerciales font de telles déclarations, nous vous serions reconnaissants si vous nous disiez qui c'est. Ceci, bien sûr, est une blague «, a déclaré Peskov.

À la fin de janvier 2018, le Congrès devrait présenter un rapport sur les politiciens et les hommes d'affaires les plus importants proches des dirigeants russes. Les avocats au courant de la loi sur l'aggravation des sanctions contre la Russie, ont déclaré à Reuters que ce rapport n'aura pas de force juridique. Mais en même temps, il y a un risque accru pour les entreprises qui font des affaires avec des organisations russes en raison de la loi sur l'aggravation des sanctions signée par le président américain Donald Trump.

histoireetsociete.wordpress.com

 commentaire