De la tradition

03/12/2017 19 min lesakerfrancophone.fr #135723

Par Patrice-Hans Perrier - Le 21 mai 2015 - Source Carnets d'un promeneur

La Cité de Carcassone

La tradition, à toutes les époques, représente la « substantifique moelle » de l'ethos collectif. On parle de la durée historique sur le « long terme », de la « mémoire collective » ou du rôle méta-historique des archétypes qui tiennent le rôle d'agrégateurs des mythes fondateurs de la cité. La cité représente l'ordre consensuel qui cimente les libertés individuelles dans un contexte où toute citoyenneté qui se respecte ne peut agir qu'à travers le consensus civique. La Charte de la cité est comparable à une forme de « pacte républicain » qui ordonnance un « vivre ensemble » qui, autrement, ne serait qu'une chimère en l'espèce. Toutefois, c'est la tradition, comme force dépositaire de la mémoire collective, qui donne sa raison d'être à la vie citoyenne. Privée de tradition, la cité est condamnée à se transformer en univers concentrationnaire.

Le mémoire collective et ses enjeux

Si cette volonté, cette injonction d'être moderne, ne cesse de bouleverser les conditions de la vie commune, de faire se succéder les révolutions aux révolutions, sans jamais parvenir à se satisfaire, sans jamais parvenir à un point où nous puissions nous reposer en disant : « voici enfin le terme de notre entreprise », si cette volonté ou cette injonction ne se saisit jamais de son objet, qu'est-ce que cela veut dire ?

- Pierre Manent, dans « Les Métamorphoses de la cité - Essai sur la dynamique de l'Occident »

Cette perte des repères de la mémoire collective qui affecte nos sociétés occidentales postmodernes s'apparente, manifestement, à une fuite en avant mortifère. Et, nous l'observons tous les jours, cette fuite semble nous entraîner vers le gouffre abyssal d'une « antimatière historique », pour reprendre une catégorie conceptuelle mise en avant par Philippe Grasset. Nous serions entrés, d'après certains historiens, dans l'ère de la postmodernité à la suite de la Seconde Guerre mondiale. C'est donc dire que ceux qui ont le pouvoir d'écrire l'histoire ont décrété la fin de la modernité, c'est-à-dire le délitement de cette « époque des Lumières » à l'intérieur de laquelle le « mythe du progrès » jouait un rôle d'agrégation et de consentement essentiel. Mais, vers où sommes-nous donc entraînés ?

Qu'il nous soit permis de reprendre une intervention d'Éric Basillais, un commentateur particulièrement actif sur le site Dedefensa.org. Ce dernier soulignait, à la suite d'un article intitulé « Vertigo », que « si subversion il y a, elle tient à un habitus marchand (l'échange, la monnaie...) dans un premier sens historique ; et à une subversion du COSMOS (en CHAOS au final) si l'on songe (et croit) aux Eschatologies de la TRADITION (hindoue, germanique, celtique...) ». À l'instar d'Éric Basillais, nous estimons que la tradition constitue, bel et bien, un processus métahistorique d'agrégation des cultures et des cultes, dans un sens fondateur. Ainsi donc, la TRADITION, peu importe les enjeux idéologiques ou spirituels, est le lit sur lequel prendra forme une nouvelle société, une nouvelle cité.

C'est par la médiation de la mémoire traditionnelle que s'accompliront la dissolution d'une cité et sa refondation dans un nouvel espace de représentation. La tradition est immémoriale, a-historique, indépendante des lectures orientées de l'histoire humaine et dépositaire d'une mémoire collective qui permet aux générations de se succéder en espérant pouvoir approfondir le legs de leurs géniteurs. La tradition, au sens universel, représente la mémoire de l'humanité, non pas un ensemble de prescriptions se rattachant à une culture en particulier.

C'est ce qui a poussé Mircea Eliade à professer que les rituels qui se répètent in illo tempore, en dehors de la contemporanéité, à une autre époque, permettent aux archétypes de survivre et d'irriguer la mémoire collective. Une mémoire collective correctement irriguée fera en sorte que les citoyens puissent approfondir leur passage en cette vie, donner un sens à leur existence. Pour paraphraser Eliade, on pourrait souligner que les places sacrées de la cité le deviennent parce qu'une collectivité y a accompli, sur le long terme, « des rites qui répètent symboliquement l'acte de la Création ». La tradition, si l'on approfondit cette vision des choses, est manifestement indépendante de l'« habitus Marchand », pour reprendre l'expression d'Éric Basillais. Voilà pourquoi l'« ordre marchand » tente de « liquéfier » nos sociétés postmodernes, pour que rien ne vienne entraver la libre circulation des commodités. Les commodités sont des valences qui permettent au pouvoir de dominer l'espace et le temps, d'acheter l'« humaine condition » et de transformer la cité en univers concentrationnaire.

La TRADITION représente, pour l'imperium, l'ennemi numéro 1 à abattre, vaille que vaille.

Nous avons pris le parti de lancer un débat herméneutique qui portera sur le rôle de la TRADITION au cœur de la cité humaine. Ce mortier spirituel aura permis aux sociétés de s'ériger sur le mode d'une cité symbolique favorisant l'épanouissement de l'humanité en définitive. Toute société qui se coupe de la tradition est condamnée, à brève échéance, à se muer en univers concentrationnaire, à devenir l'« agora du chaos » [dixit PHP]. Loin de nous l'idée de perpétuer une vision nostalgique, pittoresque, de l'histoire. Il nous importe, a contrario, de partager avec nos lecteurs notre appréhension viscérale du délitement d'une tradition menacée par la vision luciférienne d'un « progrès illimité », véritable deus ex machina au service de la « volonté de puissance » de nos maîtres réels. En espérant qu'un authentique débat puisse naître à la suite de notre analyse.

Les fondations de la cité

La cité, la polis, est la première forme politique. Elle est la condition de production ou la matrice d'une forme de vie nouvelle, la vie politique, la vie dans laquelle les hommes se gouvernent eux-mêmes et savent qu'ils se gouvernent eux-mêmes. Cette forme de vie peut prendre des formes diverses, car il y a différentes manières de se gouverner.

- Pierre Manent, dans Les Métamorphoses de la cité - Essai sur la dynamique de l'Occident

Nous tenterons, malgré l'étendue du sujet, de cerner l'importance de la tradition comme source immémoriale. La cité grecque représentant l'apex de la médiation (politique) des rapports citoyens, elle nous sert de représentation symbolique d'un stade de gouvernance qui semble indépassable au moment de composer notre analyse. Mais, outre le fait qu'elle permette d'organiser la collectivité, qu'est-ce qui fonde la cité ?

Pierre Manent, chercheur en sciences sociales, nous rappelle que « les auteurs grecs (Aristote et consorts) n'ignoraient pas l'existence d'autres formes politiques que la cité, s'ils montraient peu d'intérêt pour elles. Ils connaissaient fort bien deux autres formes politiques au moins, à savoir la tribu - ethnos - et l'empire (en particulier l'empire perse qui s'imposa plus d'une fois à leur attention !). On pourrait ajouter une quatrième forme, celle des monarchies tribales... ». La nation, pour sa part, est une structure politique forgée tout au long d'une modernité qui allait tenter de fédérer des ensembles de cités qui, autrement, seraient condamnées à se faire la guerre. Les nations de la postmodernité tiendraient-elles le rôle des antiques cités ? Les nouvelles formes d'unions fédérales devenant le mortier de cette gouvernance mondiale tant abhorrée par ce qu'il est convenu d'appeler la « dissidence ».

Certains anarchistes, pour leur part, professent que la polis génère un état d'enfermement qui brime les droits fondamentaux de ses sujets au profit d'une concentration de pouvoir entre les mains d'une élite prédatrice. Leur vision d'une autogestion fédérée par une constellation de syndicats en interrelation dynamique nous fait penser au monde tribal des anciennes nations amérindiennes. Cette vision idyllique d'un univers tribal « non concentrationnaire » ne semble pas tenir compte du fait que la guerre ait toujours été une condition naturelle de cet état d'organisation politique primitive.

La guerre permanente était, aussi, une condition naturelle inhérente au rayonnement de la cité grecque. Toutefois, comme le souligne Pierre Manent, «... le politique ancien est un éducateur inséparablement politique et moral qui s'efforce de susciter dans l'âme des citoyens les dispositions morales 'les plus nobles et plus justes' ». Si la cité moderne a pacifié nos ardeurs guerrières, c'est l'appât du gain qui est devenu le modus operandi d'une politique qui revêt toute les apparences d'une médiation entre des intérêts financiers qui menacent la pax republicana. Pour simplifier, on pourrait dire que les philosophes étaient les politiques (politiciens) de l'Antiquité, alors que les épiciers (pris dans un sens négatif) sont les politiques de la postmodernité.

Qu'est-ce qui fonde la cité ? C'est la famille ; le récit de l'Iliade est sans équivoque sur la question. Lorsque le troyen Pâris enlève la belle Hélène, il provoque la colère des Grecs et, de fil en aiguille, le siège de la ville de Troie se met en place sur la base d'une saga familiale. Ce sont les liens filiaux, en dépit des rançons exigées, qui sont en jeu et non pas une volonté de puissance automotrice. Toutefois, les héros de cette tragédie épique sont emportés par la folie de l'hubris et sont les auteurs de forfaits impardonnables. Un retournement de la destinée fera en sorte qu'Achille (le champion des Grecs) finisse par céder aux supplications du roi Priam traversant les lignes ennemies pour réclamer la dépouille de son fils Hector. Il s'agit d'un moment-clef du récit construit par Homère. L'auteur y démontre que c'est en raison du respect de la filiation que les vainqueurs finiront par se montrer cléments.

On pourrait, facilement, opposer l'idéal de la cité (le rayonnement des familles patriciennes) à celui de l'imperium (le nivellement des citoyens afin qu'ils deviennent des sujets consentants). Que s'est-il passé, en Occident, pour que l'idéal de la cité finisse par imploser sous la pression d'un imperium protéiforme et « multicartes »?

Dominique Venner, historien français décédé en 2013, déplore, comme tant d'autres, cette perte de mémoire qui afflige nos élites intellectuelles (...) et il ne se gène pas pour pointer du doigt cette « métaphysique de l'illimité » qui semble avoir fourni à l'imperium ses meilleurs munitions. Venner admire la sagesse antique des stoïciens qui s'appuyait, entre autres, sur le respect des limites qui sont imparties à la nature environnante. Il souligne, à l'intérieur de son dernier essai 1, que « la limite n'est pas seulement la frontière où quelque chose s'arrête. La limite signifie ce par quoi quelque chose se rassemble, manifestant sa plénitude ». Cette notion de borne, ou de limite, recoupe toute la question, combien controversée, des frontières, de l'identité et de la filiation. Dominique Venner rend justice à la contribution du philosophe Martin Heidegger, notamment pour son essai intitulé Être et Temps, qui a su définir « le monde contemporain par la disparition de la mesure et de la limite ».

Le rituel de la consommation

Mais, comment sommes-nous passés d'une civilisation agraire, à l'écoute des rythmes de la nature, à cet espèce de VORTEX du commerce qui désintègre tous nos habitus, nos lieux communs ? La mémoire collective se déploie sur le cours d'une histoire longue, elle consiste en une agrégation de rites qui fondent leurs pratiques sur des cités pérennes. Le commerce, à contrario, nécessite une fluidité constante, des flux tendus qui permettent de produire, écouler, échanger, retourner, recycler, détruire et recommencer le cycle de la production-consommation de manière quasi instantanée. Consommer c'est oublier qui nous sommes, puisque la marchandise impose son langage propre au sein de nos agoras qui sont devenues des places marchandes. Le commerce ne constitue pas un problème en soi ; c'est son développement sans limite et son instrumentalisation au profil de la sphère financière qui blessent. Guy Debord, nous le répétons, n'aurait pas hésité à affirmer que « c'est la marchandise qui nous consomme » en définitive.

La consommation demeure le seul rituel toléré par l'ordre marchand. À l'instar de la marchandise qui se déplace, suivant les flux monétaires, nos habitudes de consommation sont instables, elles induisent des rituels qui ne sont fondés que sur des concepts arbitraires. Dans de telles conditions, la cité se dissout et, invariablement, les rapports citoyens se distendent. Curieusement, plusieurs grandes « marques » commerciales se sont glissées, telles des parasites, sous la dépouille de termes empruntés à la mythologie. Ainsi, les chaussures Nike ont été affublées du nom de la déesse grecque de la VICTOIRE (Niké). Idem pour les voitures Mazda, empruntant au dieu perse Ahura Mazdâ la prérogative d'être un « Seigneur de la Sagesse ». Les commodités du monde marchand se sont infiltrées à travers tous les pores de la cité, au point de permettre à la caste aux manettes d'investir nos repères symboliques afin de les récupérer.

Wall Street représente l'Acropole, ou cité des dieux. Les centres commerciaux tiennent la place de temples de la consommation. Les vendeurs ressemblent, à s'y méprendre, à des prêtres officiant au culte de l'achat compulsif et salutaire. Les marques affichées sur les bannières servent à nommer les divinités tutélaires de la cité marchande. Et, in fine, les logos commerciaux se sont substitués au logos, c'est-à-dire le discours de la raison des antiques philosophes. Les logos commerciaux nous propulsent en arrière, à l'époque des hiéroglyphes, en s'imposant comme « signes moteurs » de la communication. Il n'y a qu'à observer les nouvelles formes d'écriture tronquée utilisées pour transmettre des message-textes via nos téléphones « intelligents » pour comprendre l'étendue des dommages. De facto, on pourrait parler de « troubles moteurs » de la communication. Ainsi donc, c'est toute la syntaxe des rapports langagiers qui est déconstruite, déstructurée, au gré d'une communication humaine calquée sur celle des échanges marchands.

Le Léviathan de la sphère marchande

Qu'est-ce qui nous prouve que les fondations de la cité aient été pulvérisées par l'ordre marchand en fin de parcours ? Le fait qu'un ancien cimetière soit converti en centre d'achat, ou qu'une église désaffectée se métamorphose en édifice à condominiums, tout cela nous interpelle. Il n'est pas surprenant, dans un tel contexte, d'assister à la multiplication de profanations qui visent les cimetières, et autres nécropoles (cités des morts), où ont été enterrés nos ancêtres. Ceux et celles qui profanent et souillent les sites sacrés de nos cités dévoyées agissent au profit de l'ordre marchand. Il s'agit de banaliser, de néantiser, tous les lieux de la mémoire collective qui conservent (pour combien de temps ?) une part inviolable de cette tradition immémoriale. Lorsque certaines églises étaient érigées sur les décombres d'anciens sites de rituels païens, il ne s'agissait pas de souiller la mémoire collective en abrogeant la symbolique initiale des lieux. La tradition avait, donc, été respectée dans une certaine mesure. Le Genius loci (Esprit du lieu) n'avait pas été transgressé.

À l'heure du néolibéralisme, dans un contexte où de puissants intérêts privés investissent les espaces de la cité, tous nos rites immémoriaux sont menacés d'extermination. Enterrer ses morts constitue une pratique universelle qui aura contribué à façonner nos espaces collectifs. De nos jours, par souci d'économie et au nom de la protection de l'environnement, nous utilisons la crémation (ici, nous ne remettons pas cette pratique en question) afin de faire disparaître toute trace du défunt et l'urne funéraire, posée tel un bibelot sur une console, a définitivement pris la place de la pierre tombale. Les morts n'ont plus droit de cité, ils sont devenus des itinérants, sans domicile fixe, qui, passant d'une main à l'autre, ne peuvent même plus reposer en paix ! Tout doit circuler dans le monde marchand. Même les morts...

Pierre Manent souligne, dans son essai intitulé « Les métamorphoses de la cité » 2, que la caste des guerriers dans le monde de l'ancienne Grèce constituait le « petit nombre » des citoyens aux commandes de la polis. Outre leurs prérogatives guerrières, les patriciens s'adonnaient, aussi, au commerce qui permettait à la cité de s'épanouir en tissant des liens avec d'autres cités concurrentes. Maîtres du commerce, les patriciens ne possédaient pas de grandes richesses, hormis des propriétés terriennes et des titres se rapportant aux tombeaux des ancêtres. Il ajuste le tir en précisant que le petit nombre était surtout propriétaire de rites - rites funéraires, rites de mariage -, tandis que le grand nombre n'avait que la nudité de sa nature animale. Le grand nombre était extérieur au genos, ou à l'ordre des « familles », comme plus tard l'étranger (métèque) « proprement dit » sera étranger à la cité. L'auteur cerne, avec précision, la notion capiton de filiation, dans le sens d'une passation de prérogatives qui n'ont rien à voir avec une quelconque fortune personnelle. Nul besoin, ici, de discuter (ou de nous disputer) des limites objectives de cette démocratie primitive limitée aux descendants (patriciens) d'une haute lignée. Le point de cette observation portant sur l'importance des rites funéraires dans le cadre d'une transmission de la mémoire collective, sorte de « génome » de la cité.

Les puissantes guildes marchandes de la Renaissance permettront au grand capital de circuler et de concurrencer le pouvoir tutélaire des patriciens. L'auteur Thomas Hobbes, dans son célèbre traité intitulé « Léviathan », oppose le droit naturel à un contrat social qui représenterait les fondations politiques de toute société évoluée. Une société où tout un chacun tire sur la couverture peut se désagréger sous l'effet délétère de la guerre civile et dégénérer en chaos. Rappelons que le terme Léviathan représentait le monstre du chaos primitif dans la mythologie phénicienne. C'est précisément la figure symbolique du chaos qui semble menacer une tradition par laquelle se fondent les « rapports citoyens durables ». Et c'est la notion moderne de progrès illimité qui conforte toute la politique d'une sphère marchande emportée par une hubris sans vergogne. Pierre Hadot, un spécialiste cité par Dominique Venner, nous prévient que le « oui » stoïcien est un consentement à la rationalité du monde, l'affirmation dionysiaque de l'existence dont parle Nietzsche est un « oui » donné à l'irrationalité, à la cruauté aveugle de la vie, à la volonté de puissance par-delà le bien et le mal.

L'hubris au service d'une volonté de puissance démoniaque

Nous sommes rendus au terme de notre analyse critique et nous devons conclure, faute de temps et d'énergie. Qu'il nous soit permis de revenir sur cette notion d'« affirmation dionysiaque de l'existence » afin d'expliciter le rôle de la « contre-culture » au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Prétextant une étape inévitable, au cœur d'un fallacieux processus de libération, les activistes à l'œuvre dans les coulisses de Mai 68 ont moussé l'« affirmation dionysiaque de l'existence » dans un contexte où l'« État profond » souhaitait accélérer le cours des choses. « Il est interdit d'interdire » deviendra l'antienne d'une communication au service de la dissolution des repères identitaires qui auraient dû, normalement, guider l'éclosion des forces vives du « baby boom » de l'après-guerre.

Jim Morrison, chantre emporté par une hubris débridée, déclame vouloir « faire l'amour à sa mère et tuer son père ». Brisant le tabou fondateur de la famille, unité de base de la cité, Morrison inaugure, tel un prophète de malheur, une nouvelle ère. Cette ultime provocation agira comme le « geste fondateur » d'une « rébellion sans cause ». La jeunesse paumée de l'Amérique se mettra à danser en solitaire dans les discothèques, en répétant, pour paraphraser le philosophe Michel Clouscard, la gestuelle d'une rébellion supposément révolutionnaire. Il s'agissait, pour dire vrai, de se mouler aux exigences de la nouvelle « société de consommation » afin d'épouser les gestes d'un automate programmé dans ses moindres affects par les « sorciers » de la « contre-culture ». Et, à coup de drogues de plus en plus dures, il sera possible de rendre amnésique la jeunesse pour qu'elle ne soit plus JAMAIS capable de renouer avec ses racines.

Patrice-Hans Perrier

Patrice-Hans Perrier est un journaliste indépendant qui s'est penché sur les Affaires municipales et le développement urbain durant une bonne quinzaine d'années. De fil en aiguille, il a acquis une maîtrise fine de l'analyse critique et un style littéraire qui se bonifie avec le temps. Disciple des penseurs de la lucidité - à l'instar des Guy Debord ou Hannah Arendt - Perrier se passionne pour l'éthique et tout ce qui concerne la culture étudiée de manière non-réductionniste. Dénonçant le marxisme culturel et ses avatars, Patrice-Hans Perrier s'attaque à produire une critique qui ambitionne de stimuler la pensée critique de ses lecteurs. Passant du journalisme à l'analyse critique, l'auteur québécois fourbit ses armes avant de passer au genre littéraire. De nouvelles avenues s'ouvriront bientôt et, d'ici là, vous pouvez le retrouver sur son propre site : patricehansperrier.wordpress.com.

Bibliographie

  1. « Un samouraï d'Occident - Le Bréviaire des insoumis », une source de références incontournable achevé en 2013. Écrit par Dominique Venner, 316 pages - ISBN : 978-2-36371-073-4. Édité par Pierre-Guillaume de Roux, 2013
  2. « Les Métamorphoses de la cité - Essai sur la dynamique de l'Occident, une étude synoptique de l'histoire politique de l'Occident » achevé en 2010. Écrit par Pierre Manent, 424 pages - ISBN : 978-2-0812-7092-3. Édité par Flammarion, 2010

lesakerfrancophone.fr

newsnet 17/12/03 11:42
«... le politique ancien est un éducateur inséparablement politique et moral qui s'efforce de susciter dans l'âme des citoyens les dispositions morales 'les plus nobles et plus justes' ». Si la cité moderne a pacifié nos ardeurs guerrières, c'est l'appât du gain qui est devenu le modus operandi d'une politique qui revêt toute les apparences d'une médiation entre des intérêts financiers qui menacent la pax republicana.
 commentaire