13/11/2017 11 min ism-france.org #135045

Intifada al-Quds en Palestine N° 21 - novembre 2017

Par CIREPAL

« J'ai éduqué mon fils Muhammad pendant 22 ans, et aujourd'hui, par son martyre, il m'éduque 100 ans dans la voie du combat et de la résistance » (le père du martyr Mohammad Bhissi, tombé le 30/10 dans le tunnel de la liberté à Khan Younes).
Deux ans après le déclenchement de l'Intifada al-Quds, en octobre 2015, les dirigeants sionistes reconnaissent leur échec à l'étouffer, malgré leur politique répressive et criminelle. Les opérations de la résistance frappent là où les résistants le peuvent.

Gaza, funérailles des martyrs du tunnel de la liberté
La répression de l'Autorité palestinienne s'ajoute à celle des sionistes pour empêcher l'élargissement d'une intifada qui se poursuit cependant, à son rythme. Dans les bourgs d'al-Quds, ou dans les villages de Ramallah, dans les villes d'al-Khalil et de Nablus, les Palestiniens affrontent quotidiennement l'occupant.

Fin octobre, l'entité coloniale lançait une attaque meurtrière contre un tunnel sous Khan Younes, creusé par les Brigades al-Quds, branche armée du Mouvement du Jihad islamique. 12 martyrs (10 du mouvement et 2 du Hamas), dirigeants et combattants, ont été tués, notamment par le gaz mortel injecté pour tuer. Ce tunnel fut conçu pour la libération des prisonniers palestiniens, par voie d'échange, après le kidnapping de sionistes.

Depuis ce jour-là, les dirigeants « israéliens » attendent la riposte du Mouvement du Jihad islamique, qui a promis également de libérer les corps des martyrs, que les sionistes ont déterrés dans le tunnel, et confisqués. Cette attaque intervient sur fond de « réconciliation palestinienne », sous l'égide de l'Egype, d'après laquelle les sanctions prises contre les Palestiniens de Gaza par l'Autorité palestinienne devraient être levées, lorsque le Hamas remettra les ministères et les voies de passage à l'Autorité palestinienne. Le Mouvement Hamas a accompli sa tâche, mais l'AP de Mahmoud Abbas réclame à présent autre chose : lui remettre les armes et les tunnels de la résistance, chose non incluse dans l'accord du Caire, et que toutes les formations de la résistance refusent, même les Brigades armées du Fateh, considérant que la Palestine n'est pas encore libérée.

Tout ceci se déroule sur fond de projets de liquidation de la question palestinienne, notamment le projet américain, qui cherche à rallier l'entité sioniste et des régimes arabes « amis » contre l'Iran et les mouvements de la résistance dans la région.

Martyrs palestiniens tombés en octobre 2017
Les dirigeants Arafat Abu Abdallah et Hassan Abu Hassanein, les combattants Ahmad Sbakhi, Ahmad Abu Armana, Hussam Sumayri, Amor Felit, Mohammad Bhissi, Ala' Abu Ghurab, Shadi Humari, Badr Musbah (Jihad islamique) et Mohammad Agha, Musbah Shbayr (Hamas), assassinés le 30/10, par un gaz mortel injecté dans le tunnel de Khan Younes dans la bande de Gaza.

Ziyad Shu'aybat, 55 ans, prisonnier libéré, de Bayt Sahour. Décédé suite à des maladies contractées pendant son emprisonnement (30/9), cadre dirigeant du Mouvement du Jihad islamique. Son décès rappelle étrangement celui du prisonnier libéré Jaafar Awad, décédé trois mois après sa libération, au mois d'avril 2015.

Mohammad Moussa, 26 ans, de Deir Ballout (Selfit), assassiné de sang froid au barrage militaire, fin octobre. Sa sœur a été blessée.

Résistance et résistants
Le 4/10, un colon est tué près de la ville de Kfar Qassem, dans les territoires occupés en 48, par deux jeunes résistants de Qabatia, dans la région de Jénine, Youssef Kamil et Mohammad Abul Rabb. Ils ont été arrêtés.

Au cours de la 2ème semaine du mois d'octobre, 7 opérations de la résistance ont eu lieu. Dans la ville de Ar'ara occupé en 48, un colon a été blessé par des jeunes lanceurs de pierre. Un autre a été blessé à Issawiya. Dans la ville d'Umm al-Fahem, un colon a été blessé et dans la colonie Efrat, deux colons également. Un groupe de jeunes attaquent une patrouille en lançant trois grenades, deux près de la mosquée Bilal Ibn Rabah, transformée et judaïsée en « Dôme de Rachel » et une autre près du tribunal militaire de Salem.

Au cours de la 3ème semaine du mois d'octobre, 6 opérations de la résistance ont blessé 3 sionistes, en Cisjordanie et al-Quds. A Abu Diss, un soldat a été blessé à la tête, par des pierres. Un colon a été blessé près de la colonie Maale Amos, près de Bayt Lahem. A Dhayshe, un soldat a été blessé par des pierres. Deux policiers de l'occupation sont blessés au cours d'affrontements dans al-Quds. Au cours de la quatrième semaine, un groupe de jeunes a visé une patrouille de l'occupation par des grenades, près de Jénine. Des affrontements ont eu lieu dans presque toute la Cisjordanie occupée, au cours desquels des bouteilles incendiaires ont été lancées.

Malgré le haut degré de répression, les dirigeants de l'occupation reconnaissent avoir échoué à étouffer l'Intifada al-Quds. Les dizaines de milliers d'arrestation menées au cours des deux années précédentes, et l'invasion militaire à l'intérieur des villes de la Cisjordanie, et les dizaines de barrages de l'armée n'ont pu stopper l'Intifada, d'après le commentaire sioniste de la deuxième chaîne de télévision de l'occupant. Le ministre de l'armée Lieberman réclame la peine de mort pour les résistants et l'ancien ministre Peretz affirme « nous sommes unis dans la guerre contre les meurtriers ». Pour Barak, « cette vague d'opérations refuse de s'arrêter et de se soumettre ». Le commentateur politique a conclu l'émission disant que l'Intifada al-Quds a placé les sionistes dans un climat permanent de crainte et d'hystérie, où aucun sioniste n'est à l'abri.

Répression et purification ethnico-religieuse
La colonisation de la Cisjordanie s'accentue : une nouvelle route coloniale dans la région d'al-Quds entre les bourgs d'al-Za'im et Anata est conçue pour couper la Cisjordanie de la ville d'al-Quds. Cette nouvelle route permettrait de voler de nouvelles terres et d'installer de nouvelles colonies.

Les colons de « Shilo », colonie située au sud de Nablus, ont inauguré un centre touristique donnant sur un lieu historique palestinien situé dans le village de Qaryout. Les sionistes poursuivent leur mythologie, en prétendant que ce lieu renferme une tombe datant de l'époque prétendument juive en Palestine. Dans la même région, les colons « Its-har » ont attaqué les villageois de Hawwara qui cueillaient les olives.

Le gouverneur militaire sioniste a émis un ordre de vol de 36 dunums des terres au nord de la vallée du Jourdain (al-Aghwar) pour raisons « sécuritaires ». La colonie « sauvage » de « Migron » devient une colonie « officielle » de l'entité sioniste. Le gouvernement de l'occupation a décidé de construire 86 unités de logement dans cette colonie installée « sauvagement » il y a 5 ans entre les colonies de « Ofra » et « Beit Il ».

Un nouveau plan est envisagé par l'entité coloniale pour protéger la colonisation de la Cisjordanie, avec un coût de 3,3 milliards de shekels, ce qui signifie que l'Intifada al-Quds rend l'occupation coûteuse. Le plan envisage d'installer des caméras sur les routes coloniales, de renforcer les émetteurs des téléphones pour répondre aux appels des colons « menacés », de construire des murs « intelligents » autour des colonies. Selon les sionistes, 20 colonies sur 120 bénéficient actuellement d'une protection « efficace ».

Le maire de la ville occupée d'al-Quds, le sioniste Nir Barakat, a déclaré un nouveau plan de colonisation dans les quartiers de la ville. Il entend construire une ville technologique ainsi qu'un parc de 70 ha, et des lieux de loisir. Il envisage également la construction de 830 unités de logement coloniales. Khalil Tifakji, directeur du centre cartographique dans l'association des études arabes, dans la ville d'al-Quds, a considéré que tous les plans et projets coloniaux prévus par l'occupant visent à restreindre la démographie palestinienne au profit des colons sionistes. Il a dénoncé un plan visant à construire une colonie sur le site de l'aéroport, sur les terres de Qalandia, au nord d'al-Quds. Cette colonie risque d'étouffer encore plus la ville d'al-Quds, encerclée à présent par les colonies, qui grignotent les terrains des bourgs maqdissis. D'autre part, la police de la colonisation a l'intention d'installer des caméras de surveillance dans la ville, et de mettre en place une unité supplémentaire composée de 200 policiers, pour surveiller la mosquée al-Aqsa.

Une député du parti de Netanyahu propose de séparer les bourgs maqdissis de la ville d'al-Quds, pour « rétablir » un équilibre démographique en faveur des colons. « Le plan Barko » critique l'extension de la ville colonisée d'al-Quds qui empêche sa judaïsation entière et propose de retirer les cartes de résidence des habitants maqdissis.

Une nouvelle route coloniale a été tracée (route 316) pour relier la région d'al-Khalil à la ville occupée de Beer Saba' et les colonies sionistes dans le Naqab pour développer l'économie des colonies implantées dans al-Khalil.

Judaïsation accentuée de la ville d'al-Nasra, en Galilée : les autorités de l'occupation et ses bras coloniaux essaient de s'emparer de la ville palestinienne et notamment de son souk populaire, en prétendant avoir trouvé des vestiges juifs. Des investisseurs commencent à acheter les vieilles maisons, offrant des sommes vertigineuses aux propriétaires, qui vivent souvent à l'étranger, et qui n'ont pas les moyens financiers de réparer leurs maisons.

Les Palestiniens de la ville de Qalanswa, occupée en 48, protestent contre les menaces de démolition de leurs maisons. 3 manifestants ont été arrêtés, dont le propriétaire d'une maison menacée, Mohammad Awda (16/10)

Au cours du mois de la cueillette des olives, les colons protégés par les militaires ont détruit des centaines d'oliviers et ont attaqué les cultivateurs palestiniens. Dans la ville d'al-Khalil, les colons ont attaqué la population dans plusieurs quartiers de la ville et une délégation britannique venue soutenir les Palestiniens. Ils ont lancé des pierres et tiré des coups de feu pour leur interdire l'appel à la prière. Les colons de « Itmar » ont volé, le 28/10, les olives cueillies dans le village de Awarta, à l'est de Nablus.

Au cours du mois, 26 maisons et structures ont été démolies en Cisjordanie (al-Quds y compris) et dans al-Naqab occupé. Les démolitions ont eu lieu à Selwan, Bayt Hanina, Sour Baher, Jabal al-Baba, al-Awja, Yatta, Khirbet Yanoun. Le village non reconnu d'al-Araqib dans al-Naqab a été démoli pour la 120ème fois. La municipalité sioniste d'al-Lid a ordonné la démolition de la maison de la famille al-Faqir, sous le prétexte qu'elle a été construite sans permis, le 21/10. Le 23/10, deux maisons ont été démolies dans al-Naqab, dans les villages de Wadi Naam et Zarnouq. Le président du comité local du village Wadi Naam a déclaré que le Naqab est visé ces jours-ci par une des vagues les plus violentes menées par l'occupant pour démolir les maisons et expulser leurs habitants.

490 Palestiniens ont été arrêtés au cours du mois d'octobre, 120 Palestiniens ont été blessés, dont 14 à Khan Younes, lors de l'attaque du tunnel. Le 24/10, l'occupant a mené une rafle dans al-Issawiya, bourg d'al-Quds, arrêtant 51 Palestiniens, en majorité des enfants. Il a fouillé des dizaines de maisons. Il prétend répondre aux manifestations et jets de pierre contre les voitures de l'occupation. Pour les Palestiniens, cette rafle est une « punition collective » contre les habitants d'al-Issawiya.

Les médias et les journalistes palestiniens sont la cible de l'occupation : le 18/10, l'occupant a investi 8 compagnies médiatiques situées à Ramallah et les a fermées, les accusant d'incitation à la « violence ». Il a arrêté le directeur de Transmedia et son frère, Amer al-Ju'bari. Tout le matériel a été volé A Nablus, l'occupant a investi les locaux de la chaîne Falastin al-Yom, à Bayt Lahem, la compagnies Palmedia a été investie et son matériel volé. Deux journalistes de la chaîne Al-Aqsa sont arrêtés le 2/10 : il s'agit de Ameer Abu Aram et Ala' Titi.

Le résistant prisonnier Ziyad Awad a été condamné à deux perpétuités pour avoir tué un officier « israélien » en 2014. Le résistant était un prisonnier libéré dans le cadre de l'échange d'octobre 2011.

(...)

Retrouvez l'article dans son intégralité sur le site CIREPAL, le Centre d'information sur la résistance en Palestine.

Thèmes développés:
- Profanation des lieux saints
- Dans les prisons de l'occupation
- La liste noire des normalisateurs et lutte contre la normalisation
- La presse palestinienne
- Pire que Balfour (Editorial de al-Istiqlal, fin octobre, N°1012, bihebdomadaire qui paraît dans la bande de Gaza).
- Communiqués et déclarations :
Yehya Senwar,
Sheikh Nafez Azzam
Daoud Shihab
FPLP
Monseigneur Atallah Hanna
- Du côté de l'Autorité palestinienne
- Dans la colonie

Source : CIREPAL

ism-france.org

 commentaire