La Déclaration Balfour : étude de la duplicité britannique

01/11/2017 18 articles 5 min tlaxcala-int.org #134625

Avi Shlaim אבי שליים

Ce document qui a changé le cours de l'histoire aura cent ans jeudi prochain, mais la Grande-Bretagne ne reconnaît toujours pas le refus israélien du droit palestinien à l'autodétermination nationale - et sa propre complicité

Foreign Office
2 novembre 1917
Cher Lord Rothschild,

J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui. "Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays."

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.
Arthur James Balfour

La Déclaration Balfour, publiée le 2 novembre 1917, est un court texte qui a changé le cours de l'histoire. Elle a engagé le gouvernement britannique à soutenir la création d'un foyer national pour le peuple juif en Palestine, à condition que rien ne fût fait « pour porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine ».

À cette époque, les juifs ne constituaient que 10 % de la population de la Palestine : 60 000 juifs pour un peu plus de 600 000 Arabes. Pourtant, la Grande-Bretagne a choisi de reconnaître le droit à l'autodétermination nationale de la minuscule minorité et de le refuser catégoriquement à la majorité incontestée. Comme le décrivait l'auteur juif Arthur Koestler, c'était là une nation qui promettait à une autre nation la terre d'une troisième nation.

Certains récits contemporains ont présenté la Déclaration Balfour comme un geste désintéressé et même comme un noble projet chrétien visant à aider un peuple ancien à reconstituer sa vie nationale dans sa patrie ancestrale. Ces discours émanent du romantisme biblique de certains responsables britanniques et de leur sympathie pour le sort des juifs d'Europe de l'Est.

Les études qui ont suivi laissent entendre que la motivation principale de la publication de cette déclaration relevait d'un calcul froid servant les intérêts impériaux britanniques. On croyait, finalement à tort, que les intérêts de la Grande-Bretagne auraient été mieux servis par une alliance avec le mouvement sioniste en Palestine.

La Palestine contrôlait les lignes de communication de l'Empire britannique vers l'Extrême-Orient. La France, principal allié de la Grande-Bretagne dans la guerre contre l'Allemagne, était également un rival dans la course à l'influence en Palestine.

En vertu des accords secrets de Sykes-Picot de 1916, les deux pays ont divisé le Moyen-Orient en zones d'influence mais sont parvenus à un compromis au sujet d'une administration internationale de la Palestine. En aidant les sionistes à prendre le contrôle de la Palestine, les Britanniques espéraient s'assurer une présence dominante dans la région et exclure les Français. Pour décrire les Britanniques, les Français parlaient de la « perfide Albion ». La Déclaration Balfour était un excellent exemple de cette sempiternelle perfidie.

Les principales victimes de Balfour

Les principales victimes de la Déclaration Balfour ne furent toutefois pas les Français, mais les Arabes de Palestine. La déclaration était un document colonial européen classique bricolé par un petit groupe d'hommes avec une mentalité complètement colonialiste. Elle a été formulée au mépris total des droits politiques de la majorité de la population indigène.

Le secrétaire aux Affaires étrangères Arthur Balfour n'a fait aucun effort pour dissimuler son mépris pour les Arabes.

« Que le sionisme soit juste ou injuste, bon ou mauvais, il est enraciné dans des traditions séculaires, dans des besoins présents et des espoirs futurs d'une importance bien plus profonde que les désirs et préjugés des 700 000 Arabes qui habitent aujourd'hui cette vieille terre », a-t-il écrit en 1922. Il pourrait difficilement y avoir d'illustration plus frappante de ce qu'Edward Saïd appelait l'« épistémologie morale de l'impérialisme ».

Balfour n'était qu'un aristocrate anglais languissant. Le véritable moteur de la déclaration n'était pas Balfour, mais David Lloyd George, l'impétueux radical gallois qui était à la tête du gouvernement. En politique étrangère, Lloyd George était un impérialiste britannique démodé et un professionnel de l'accaparement de terres. Néanmoins, son soutien pour le sionisme ne reposait pas sur une évaluation judicieuse des intérêts britanniques, mais sur l'ignorance : il admirait les juifs, mais il les craignait également et il ne comprenait pas que les sionistes constituaient une minorité au sein d'une minorité.

Lire la suite

balfour.webflow.io

tlaxcala-int.org

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
Histoire 01/11/2017 6 min #134626

Les 100 ans de la déclaration de Balfour : le déclin tendanciel de l'impérialisme occidental

Tayeb El Mestari الطيب المستاري

La Première ministre britannique Theresa May a invité son homologue israélien Benyamin Netanyahou à célébrer, le 2 novembre 2017, le centenaire de la déclaration de Balfour et a rejeté la demande d'excuses formulée par les dirigeants palestiniens pour cette déclaration, qui est à l'origine de la création de l'État d'Israël.

Histoire 01/11/2017 4 min #134628

Déclaration Balfour, la violence du texte

Par Bruno Guigue

La lecture occasionnelle du Figaro permet parfois de dénicher quelques perles ! Je cite : "La Déclaration Balfour est l'un des documents diplomatiques les plus importants de l'histoire du Moyen-Orient au XXe siècle : la promesse d'un foyer national juif en Palestine ; le sionisme politique obtient une garantie juridique internationale" (Véronique Laroche-Signorile, 31/10).

Murs 02/11/2017 7 min #134647

Le péché originel de Balfour

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Il n'y avait jamais eu rien de tel: un empire promettant une terre qu'il n'avait pas encore conquise à un peuple qui n'y vivait pas, sans le demander aux habitants. Il n'y a pas d'autre manière de décrire l'incroyable témérité colonialiste qui se dégage de chaque lettre de la Déclaration Balfour, qui date de cent ans.

Palestine 02/11/2017 34 min #134653

La Palestine, un siècle après la Première Guerre Mondiale et la Déclaration Balfour

Par Walid Khalidi | 19/03/2014

I.
Nous voici réunis aujourd'hui pour célébrer le deuxième anniversaire du Centre d'Études Palestiniennes de la SOAS. Je suis honoré d'avoir été invité à présenter cette première Conférence Annuelle. Il est hautement gratifiant pour moi de m'adresser à vous au nom d'une organisation sœur- l'IPS- qui vient de célébrer son cinquantième anniversaire comme institution de recherche indépendante, privée, non-partisane, à but non-lucratif et orientée vers le service public.

documentaires 03/11/2017 15 min #134678

Balfour, cent ans après : la réalité qui continue de couvrir Israël de honte

Photo prise en octobre 2017 : la route du haut est réservée aux véhicules israéliens, le tunnel aux Palestiniens (MEE)

Un siècle après la Déclaration Balfour, le traitement réservé aux Palestiniens n'est pas seulement physiquement dégradant pour eux. Il est également moralement dégradant pour les Israéliens.

Par Peter Oborne | 29 Octobre 2017

CISJORDANIE OCCUPÉE - Il y a exactement cent ans aujourd'hui, le ministre britannique des Affaires étrangères Arthur Balfour écrivait sa célèbre lettre à Walter Rothschild, dans laquelle il promettait l'aide de la Grande-Bretagne pour créer un « foyer national pour le peuple juif » en Palestine.

Histoire 03/11/2017 5 min #134683

Centenaire de la déclaration de Balfour: Un acte fondateur du conflit en Palestine

La Déclaration Balfour est à l'origine du conflit le plus long du Moyen-Orient, en amont de tous les autres. Les empires coloniaux se sont effondrés, la guerre froide s'est terminée, mais l'incendie que cette lettre a allumé brûle toujours. Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, secrétaire au Foreign Office britannique, écrit au financier Lionel Rothschild :

Histoire 04/11/2017 25 min #134732

La Déclaration Balfour Cent ans de larmes et de sang pour le peuple de Palestine

« L'apartheid l'annexion, les déplacements de masse et les sanctions collectives sont devenus l'essence des politiques de l'Etat israélien. » Richard Falk Ancien rapporteur spécial de l'O.N.U.

« Celui qui m'a transformé en réfugié m'a transformé en bombe. » Mahmoud Darwich (Immense poète palestinien)

Il y a cent ans jour pour jour un ministre britannique du nom de Balfour décidait de spolier un pays de sa Terre pour la donner à des individus qui pour la plupart ne sont pas nés en Palestine mais en Europe centrale ; Comme cela sera le cas de l'idéologue du sionisme Théodore Herzl journaliste hongrois comme cela sera le cas de Jabotinsky et de tous les dirigeants israéliens qui sont dans leur immense majorité des ashkénazes peut être des natifs russes, ukrainiens moldaves qui faisaient partie du royaume Khazar dont on sait que le roi s'est converti au judaïsme, évènement relaté par Arthur Koestler dans son ouvrage : « la treizième tribu d'Israël ».

Murs 07/11/2017 #134802

Plusieurs milliers de manifestants à Londres contre la déclaration Balfour

Grande manifestation très tonique ce samedi à Londres malgré la pluie. Des milliers de personnes, souvent venues en famille, ont protesté contre le droit que s'est arrogé la Grande-Bretagne en 1917 de donner aux sionistes ce qui ne lui appartenait pas, et d'ouvrir ainsi la porte au nettoyage ethnique des Palestiniens qui s'ensuivit.

Les manifestants réclamaient, outre

Palestine 07/11/2017 26 min #134806

L'après Balfour: 100 ans d'histoire et d'occasions manquées

Palestinian woman hangs a Map of Palestine during An initiative entitled » Palestine in every home » in Gaza.

Traduction : Dominique Muselet /Chroniquepalestine

Photo by Mohammed Asad. Palestinian woman hangs a Map of Palestine during An initiative entitled » Palestine in every home » in Gaza.

documentaires 09/11/2017 6 min #134886

La guerre de la sémantique

Lord Arthur James Balfour, à l'époque ministre britannique des Affaires étrangères, et la lettre qu'il a adressée au banquier sioniste lord Lionel Walter Rothschild « de la part du gouvernement de Sa Majesté », le 2 novembre 1917. Photo d'archives/AFP

Georges CORM | 04/11/2017

La déclaration Balfour a ouvert au Proche-Orient une guerre sémantique qui n'en finit plus d'enfler à propos de la Palestine de façon générale, mais aussi des différentes sociétés du Levant.

Murs 11/11/2017 16 min #134965

De la déclaration Balfour

PERSONNE

On pouvait lire dans le Times du 26 octobre dernier : « L'appel direct récemment adressé par plus de 250 institutions, communautés et organisations dans tout le pays au gouvernement de Sa Majesté « en faveur de la reconstitution de la Palestine comme foyer pour le peuple juif » est trop significatif pour ne pas mériter la plus sérieuse attention.

Palestine 15/11/2017 2 articles 9 min #135129

Ca baigne, en Palestine comme en Israël

Cet article montre bien que les responsables du mouvement de solidarité avec les Palestiniens qui ont tout misé sur la campagne internationale Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), ont bercé le public d'illusions en lui faisant croire que cette action - à l'image de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud - allait isoler Israël, frapper son économie, stopper ses opérations militaires.

Murs 15/11/2017 6 min #135131

Déclaration Balfour : la Grande-Bretagne a rompu sa faible promesse envers les Palestiniens

Par Jonathan Cook - Le 3 novembre 2017 - Source CounterPunch
Il y a plus qu'une pointe d'ironie dans la décision du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou d'assister à un dîner de célébration cette semaine à Londres avec son homologue britannique, Theresa May, marquant le centenaire de la déclaration Balfour.

Palestine 15/11/2017 14 min #135137

La déclaration Balfour : Endurer la criminalité coloniale Nous, Palestiniens, savons ce qui s'est réellement passé

Par Susan Abulhawa

Susan Abulhawa est un écrivain palestino-américain et auteur de deux livres sur la Palestine : Les Matins de Jénine, trad. de Michèle Valencia, éditions Buchet/Chastel, 2008 - rééd. Pocket,2009. Et Le Bleu entre le ciel et la mer « The Blue between Sky and Water », trad. de Nordine Haddad, éditions Denoël, 2016. Elle est lauréate du Prix Lorientales 2017.

08.11.2017 - Au cours des deux dernières semaines, on a écrit et dit beaucoup de choses pour commémorer la publication de la Déclaration Balfour et les 100 ans qui se sont écoulés depuis.

Histoire 16/11/2017 11 min #135145

Déclaration Balfour, Histoire et occultation

Gilad Atzmon جيلاد أتزمون گيلاد آتزمون

Dans cette conférence tenue à Keep Talking, à Londres le 7/11/2017, Atzmon développe une analyse sur ce que l'historicité de la Déclaration Balfour vise à occulter : un siècle d'hégémonie politique juive en Grande-Bretagne et ailleurs

Palestine 28/11/2017 25 min #135541

Centenaire Balfour : La Palestine cent ans après

David Ben Gourion, premier chef du gouvernement israélien, le 18 juillet 1948, dans les semaines qui suivirent la déclaration unilatérale d'indépendance de l'État Hébreu.

LA PERMANENCE DU GÉOTROPISME OCCIDENTAL OU LE COMPLEXE DE GIBRALTAR

Il serait fastidieux et vain de dresser une chronologie de l'Histoire de la Palestine, c'est-à-dire le récit linéaire des événements tels qu'ils se sont produits depuis la promesse Balfour jusqu'à nos jours, plus exactement depuis la promesse de création d'un Foyer National Juif en Palestine, jusqu'à la prolifération et la consolidation de bantoustans sous occupation israélienne, autour des grandes agglomérations urbaines palestiniennes, Ramallah, Bethléem, Naplouse, Hébron et Djénine.

Histoire 05/12/2017 12 min #135839

70 ans de promesses non tenues : l'histoire inédite du plan de partage

1948 - Image de la Nakba, l'expulsion des Palestiniens de leur terre ancestrale par les milices sionistes - Photo : Archives

Comment l'absence d'un article dans une résolution a été exploité par Israël pour justifier son occupation.

Par Ramzy Baroud | 21 novembre 2017

Lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 2334 en décembre 2016, les dirigeants israéliens ont bouilli.