«Monsanto doit faire ses valises et quitter le Venezuela»

23/10/2017 6 min mondialisation.ca #134295

Emma Ortega, agricultrice installée dans l'Etat d'Aragua, été élue le 30 juillet dernier comme députée pour le Secteur Paysans et Pêcheurs à l'Assemblée Nationale Constituante (ANC). La télévision alternative Alba TV a eu l'occasion de discuter avec elle à propos l'importance de la Loi sur les Semences conquise par la Révolution, du quotidien des femmes paysannes au Venezuela et des difficultés que rencontre le gouvernement bolivarien dans la mise en place des conditions devant mener à la souveraineté alimentaire selon le modèle communal.

Les semences et les transnationales

Pour Emma Ortega, la Loi sur les Semences qui interdit les OGM et défend les semences autochtones « est non négociable », il faut profiter de l'Assemblée Constituante pour lui donner pleinement un rang constitutionnel « en raison de l'autonomie que représente pour le pays le fait de disposer de ses propres semences ». Selon elle, après l'engagement dans une politique orientée vers la préservation de nos semences avec la création d'instances comme l'Institut National de Recherche Agricole ou l'Institut National de Santé Agricole Intégrale (INSAI), le moment est venu de lever le rideau sur le fait que nous restons dépendants de sociétés productrices de semences capitalistes : « les transnationales sont présentes dans nos structures gouvernementales, ce qu'il faut dénoncer, car leur intérêt est de soutenir le modèle capitaliste et agro-industriel dans nos campagnes ».

Si notre politique agricole est basée sur l'agriculture verte, « il est indubitable que Monsanto reste dans les coulisses pour influencer nos décisions et c'est ce qu'il faut dénoncer, Monsanto doit faire ses valises et quitter le Venezuela. On nous dira probablement que nous ne disposons pas de substituts, mais nous les avons, ils sont là, connus de la population et des techniciens qui ne sont pas rivés à une politique agricole dans laquelle le paysan ne fait que fournir la matière première à ceux qui la transforment ».

La politique agricole appliquée jusqu'à présent est fragmentée, nous devons systématiser une agriculture qui n'aurait pas seulement à voir avec des kilos et des quintaux mais aurait un rapport directe avec les acteurs (trices) sociaux(ales), le processus de production et ses implications «.

C'est pourquoi il faut valoriser la vie des paysans et des habitants des campagnes, garantir leur entière sécurité -pas seulement physique mais aussi sociale - en leur offrant une infrastructure de soutien à la production agricole, »depuis des routes jusqu'à l'électricité, des centres de collecte, de transport, tout cela faisant partie des investissements devant être faits dans l'agriculture paysanne pour consolider les espaces qu'occupe la paysannerie ».

Malgré ces contradictions, Ortega fait remarquer que les étalages des rues des villes sont remplis d'auyamas (potirons), piments doux, de tubercules comme l'ocumo, la yucca, de poivrons et de tomates. « Une production existe dans le pays, la paysannerie est présente, ce sont les aliments liés à l'agro-industrie qui nous posent problème ».

Elle s'interroge sur le fait qu'au cours de visites dans des régions comme Calabozo dans l'Etat de Guárico, elle a observé qu'il s'y produit bien du riz, mais que celui qui est commercialisé est importé. « Se pourrait-il que notre riz soit mis en sacs importés et ainsi vendu plus cher? »

« Ils naissent à la campagne et meurent dans les villes »

Selon elle, les lacunes de notre politique agricole et le fait de ne pas offrir d'opportunités aux jeunes couples paysans favorise leur déplacement vers les villes où ils finissent attrapés dans les rets de la délinquance. Lorsqu'ils doivent s'éloigner à cause d'un conflit ou d'un délit qu'ils ont commis, ils se réfugient de nouveau à la campagne, dans des endroits dont ils connaissent la territorialité et comment s'y meut l'économie. Et ce sont eux qui pillent et violent, « ce sont des délinquants ruraux pour ainsi dire ».

« Je croyais que c'était nous, les femmes, qui étions les plus lésées, mais ce sont finalement les jeunes dont l'espérance de vie est de 24 ans à peine dans cette dynamique qui les fait naître à la campagne pour mourir dans la délinquance », dit Emma. Pour elle, la « Gran Mision Vivienda Venezuela » (Grande Mission Logement Venezuela) est admirable, bien que trop centrée sur les villes ; elle devrait aussi s'étendre dans aux campagnes à travers des programmes ruraux afin de remédier à l'exode des jeunes couples paysans.

« Quand les femmes vont de l'avant, aucun homme ne recule »

Ortega rappelle que la titularisation des terres est transversale à l'économie, le politique et le social, domaines dans lesquels les femmes sont théoriquement les premières concernées, mais la loi donne la priorité aux femmes chefs de famille, laissant en marge des milliers de femmes paysannes qui vivent en union libre; de fait ou consensuelle, car lors de l'enregistrement, c'est l'homme qui finit par devenir le seul titulaire des terres au vu de sa carte d'identité où il apparaît comme célibataire. Elle considère tout aussi nécessaire d'établir une titularisation commune entre l'homme, la femme qui travaille aux champs et leurs enfants.

Vidéo de l'entrevue intégrale :

Article original en espagnol : Monsanto debe empezar a hacer sus maletas en Venezuela », AlbaTV, le 18 octobre 2017

Traduction : Frédérique Buhl pour Venezuela Infos

La source originale de cet article est AlbaTV
Copyright © Emma Ortega, AlbaTV, 2017

mondialisation.ca

 commentaire