13/10/2017 4 min tlaxcala-int.org #134009

Erdogan aux musulmans de Serbie : les peuples des Balkans doivent vivre en paix

ANA-MPA ΑΠΕ-ΜΠΕ

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a visité aujourd'hui la ville de Novi Pazar, capitale de la région du Sandjak en Serbie du sud-est. Le président turc a voyagé de Belgrade à Novi Pazar dans un hélicoptère de l'armée de l'air turque. Dans les jours précédents quatre hélicoptères turcs étaient arrivés en Serbie pour assurer les déplacements d'Erdogan et de sa suite. L'hélicoptère dans lequel était monté Erdogan a atterri sur le stade municipal de Novi Pazar, puis le président turc s'est rendu en voiture au centre-ville où il a été accueilli devant la mairie par le président de la SerbieAleksandar Vučić.

Les habitants de la ville ont réservé un accueil chaleureux au président turc. Le long de l'itinéraire suivi par le cortège des voitures officielles s'étaient massé des milliers de citoyens agitant des drapeaux turcs et acclamant bruyamment le président de la Turquie. Avant l'arrivée d'Erdogan, les rues du centre-ville et les bâtiments officiels de Novi Pazar avaient été décorées de drapeaux serbes, turcs et de ceux de la minorité musulmane bosniaque. Dans le centre-ville étaient accrochées de grandes bannières en langue turque souhaitant la bienvenue au président de la Turquie, ainsi que des portraits à son effigie.

Lors de la réunion des présidents Vučić et Erdogan avec les autorités locales, il a été annoncé que la Turquie, en plus d'assurer le financement de la rénovation du réseau routier du Sandjak, participerait également à la réalisation de la future autoroute devant relier la région à Belgrade et Sarajevo. S'adressant à des dizaines de milliers de citoyens assemblés au centre de Novi Pazar, Erdogan a tenu un discours consensuel, évoquant les relations entre les Serbes et les Musulmans bosniaques. Il a demandé à la population locale de maintenir des relations fraternelles avec les Serbes, afin d'assurer le développement et la prospérité de la région. « Le Sandjak est le trait d'union de l'amitié entre la Serbie et la Turquie. Nous autres, peuples des Balkans, devons vivre en paix parce que chaque fois que les interventions de l'étranger provoquent le chaos et les conflits, les peuples de la région sont seuls à en souffrir, jamais les étrangers, » a souligné Erdogan dans son discours. Il a promis que la Turquie serait toujours du côté des musulmans du Sandjak. « Votre bonheur est le nôtre, et votre douleur sera toujours notre douleur », a déclaré Erdogan en conclusion du discours prononcé dans le centre-ville de Novi Pazar.

Les présidents Vučić et Erdogan ont ensuite parcouru la principale rue piétonne de la ville au milieu des milliers de civils qui se bousculaient pour accueillir le président turc.

Le président turc Erdogan est particulièrement populaire au Sandjak principalement parce qu'il est le premier dirigeant turc à monter de l'intérêt pour la région et sa minorité musulmane. À plusieurs reprises, Ankara a joué le rôle de médiateur dans les relations de la minorité musulmane bosniaque avec les officiels de Belgrade. De plus, le fait est qu'Erdogan est intervenu de manière décisive dans la vie politique locale, fortement divisée, et est parvenu à convaincre les acteurs politiques de travailler ensemble sur les questions qui concernent la communauté musulmane. Des facteurs économiques contribuent également à ce que les citoyens du Sandjak voient dans la Turquie une « mère patrie ». Erdogan, alors qu'il n'était encore que Premier ministre, a encouragé les investissements turcs dans la région, tandis que la Turquie y a fait un grand travail sur le plan social. Des écoles maternelles et primaires, des hôpitaux, des maisons de retraite, ont été construits ou rénovés grâce à un financement accordé par le gouvernement turc.

D'autre part, il existe des liens de parenté entre certains musulmans du Sandjak et la population turque. En particulier, pendant la période 1945-1953, à l'époque de la première réforme agraire de Tito, 80.000 Musulmans qui avaient perdu leurs terres ont demandé et reçu l'autorisation d'émigrer en Turquie. Aujourd'hui, on estime que 300 000 citoyens turcs sont originaires du Sandjak, c'est pourquoi on dit souvent qu 'au Sandjak « il n'y a pas de famille qui n'ait au moins un parent en Turquie. »

tlaxcala-int.org

 commentaire