12/10/2017 7 min histoireetsociete.wordpress.com #133945

A propos de l'affaire Weinstein, retour sur le jeune Marx

Je n'en finis pas d'être stupéfaite par les dérives de la société des Etats-Unis, stupéfaite non par leur étrangeté mais par ce qu'elles sont si proches des nôtres, de nos dérives actuelles. Ce producteur dont on disait qu'il exerçait une influence plus grande sur Hollywood que la scientologie (sic), totalise une soixantaine de statuettes, quatre oscars pour le meilleur film, dont « The Artist ». « C'est un distributeur », dit Michel Hazanavicius, le réalisateur de « The Artist » et de cette pauvre chose sur Godard intitulé « le redoutable », c'est dire si le cinéma français a joué le jeu et s'est plié aux caprices de celui qui faisait la fortune ou non d'un réalisateur, si tout le monde s'est empressé à lui offrir du bétail comme s'ils étaient un quelconque dodo la saumure, ce métier-là chacun l'a fait sans parler d'Hilary Clinton et les Obama et tous les élus démocrates qui ont accepté ses financements quitte après à donner des leçons de vertu sans rien changer sur le fond. Cet hollywood qui vit de ce type d'individu et écarte un Eric Von Stroheim pour immoralité.

Disons le tout de suite ce type, une sorte de DSK, est un malade, un obsédé sexuel qui mérite un traitement comme bien d'autres que l'on met en prison sans autre forme de procès... Mais ce n'est pas de cela dont il est question mais bien de ce que le mal paraît en parfaite concordance avec le type d'individu qui sont les vainqueurs de ce monde. Hollywood étant la représentation et aussi la caricature de cette violence sociale que certains dans leur soif de possession jamais assouvie ont le droit d'exercer sur d'autres.

Il y a quelque chose d'extraordinaire dans ce petit monde démocrate qui prend ses distances avec le « prédateur » par pure hypocrisie puritaine sans jamais s'interroger sur ce qui est à la base de ce viol systématique de la « partenaire ».

Alors voilà, j'ai retrouvé un texte que j'avais écrit sur ce blog à propos du jeune Marx (celui des manuscrits de 1844) et du rapport entre les hommes et les femmes. N'oubliez pas qu'à cette époque-là Proudhon écrit des choses invraisemblables sur les femmes, sur leur infériorité naturelle comme il est violemment antisémite.

Les manuscrits de 1844 sont une œuvre de jeunesse, Marx y aborde l'économie politique, le communisme en humaniste, il pose à chaque détour de phrase la question : qu'est-ce que le capitalisme et sa science de l'enrichissement fait-elle de l'être humain? Sa pensée est d'une grande actualité puisqu'elle s'interroge sur la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793, qui portent une vision de l'être humain comme une « monade isolée repliée sur elle-même » et son fondement est donc le bellum omnium contra omnes, la guerre de tous contre tous, la concurrence. L'économie politique nie l'aliénation dans le travail, elle achète pour un temps déterminé, par contrat des hommes « libres », la vie humaine est un capital qui se vend, l'être humain est une machine à consommer... Cette aliénation teinte de son éther tous les rapports sociaux et parmi eux les plus génériques, celui de l'homme et de la femme...

Danielle Bleitrach

« C'est dans le rapport à l'égard de la femme, proie et servante de la volupté collective, que s'exprime l'infinie dégradation dans laquelle se trouve l'homme vis-à-vis de lui-même. En effet, le secret de ce rapport entre l'homme et lui-même trouve son expression non équivoque, nette, manifeste, dévoilée dans le rapport de l'homme à la femme et dans la manière dont est compris le rapport générique naturel et immédiat (1 ). Le rapport immédiat, naturel, nécessaire, de l'homme à l'homme se confond avec le rapport de l'homme à la femme. Dans ce rapport générique naturel, le rapport de l'homme à la nature est immédiatement son propre rapport à l'homme, de même que le rapport à l'homme est directement son propre rapport à la nature, sa propre détermination naturelle. Dans ce rapport apparaît donc de façon sensible, comme un fait concret, à quel point l'essence humaine est devenue naturelle pour l'homme, à quel point la nature est devenue essence humaine de l'homme (2 ). En partant de ce rapport, on peut donc juger le niveau culturel de l'homme. Du caractère de ce rapport résulte la mesure dans laquelle l'homme est devenu pour lui-même être générique, homme, et c'est compris comme tel ; le rapport de l'homme à la femme est le rapport le plus naturel de l'homme à l'homme. On y voit donc jusqu'à quel point le comportement naturel de l'homme est devenu humain, jusqu'à quel point l'essence humaine est devenue pour lui essence naturelle, jusqu'à quel point sa nature humaine est devenue pour lui essence naturelle, jusqu'à quel point sa nature humaine est devenue pour lui-même nature. Dans ce rapport apparaît aussi dans quelle mesure le besoin de l'homme est devenu un besoin humain, donc dans quelle mesure l'autre homme en tant que tel est devenu un besoin pour l'homme, dans quelle mesure l'homme dans son existence la plus individuelle est en même temps un être social. »(3 )

Quand il est question des femmes et de la politique il faut toujours en revenir aux catégories fondatrices d'Aristote (dans la Politique), il y distingue deux types de relations : la relation entre les propriétaires de la circonscription administrative appelé Demos (d'où la démocratie) qui sont des relations politiques entre égaux et la relation despotique celle qui unit le propriétaire-citoyen aux femmes, aux enfants et aux esclaves. Sur ces êtres inférieurs à des degrés divers, il a tous les droits, ils font partie de sa propriété. Ils ont une valeur d'usage, celle de la nécessité de la production et de la reproduction. C'est le monde du silence et celui des sans droits, celui dont la parole est inutile, babillage, récriminations, et vaines plaintes. Alors que le monde politique est celui de la loi, du contrat d'égalité, une relation abstraite et largement fictive puisqu'il y a des riches et des pauvres, mais même ce que l'on appellera un jour les « petits blancs » sont plus que les femmes et les esclaves.

On dit que le Marx des manuscrits de 1844 est le jeune Marx encore plein de Hegel, en fait le Marx du Capital est en gestation et singulièrement toute la section I du livre I du Capital qui porte justement sur la valeur, sur le contrat qui unit le propriétaire des moyens de production au salarié. C'est l'élaboration d'une nouvelle ère politique, celle de la révolution française, mais aussi celle du Capital une véritable schizophrénie où l'être humain est déchiré entre les aspirations idéalistes des droits de l'homme et la trivialité despotique de l'exploitation. Nous en sommes encore là. Et la dualité du traitement réservé aux femmes, la maman et la putain, le galant caballero hispanique violant avec une rare brutalité ou comme au Mexique, à Juarez multipliant les morts impunies, toutes ces figures de l'insupportable dualité de l'être humain de la « modernité »... C'est pour cela que le mythe de la virginité n'est pas simple voile : tiens le voile, la membrane, le refus de voir, la méduse, le sexe de la femme peint par Courbet, il s'agit toujours du refus de voir sa propre aliénation dont Marx montre le lien avec la religion. Les chiffres officiels montrent que 74% des femmes boliviennes subissent des relations de violence. Une des gloires des communistes qu'il s'agisse des Cubains, des FARC, des Népalais a toujours été de faire avancer l'émancipation de la femme, de les intégrer en tant qu'êtres politiques et combattants, ayant droit à la parole, même si les communistes en tant qu'individus ne sont pas abstraits de l'aliénation du monde qu'ils combattent. Il faut des lois très sévères, ainsi Cuba a hérité du temps de la guérilla une loi qui punit de mort le viol.

(1) Marx considère avec Fourier que le degré d'émancipation est indiqué dans le degré d'émancipation de la femme (cf. La sainte famille).
(2) « l'essence humaine n'est pas une abstraction inhérente à l'individu pris à part. Dans sa réalité c'est l'ensemble des rapports sociaux. Sixième thèse à Feurbach.

Troisième manuscrit, p.145

histoireetsociete.wordpress.com

 commentaire