11/10/2017 4 min histoireetsociete.wordpress.com #133902

Etre communiste et au nom de notre jeunesse, on ne peut pas s'adapter à cette société

Bon maintenant je me dois d'intervenir parce que j'en ai assez des irresponsables qui refusent de voir ce qui se passe et combien la majorité des jeunes est prise en otage par des petits salopards. Hier, il y a eu la manif à Marseille, en arrivant au cours Lieautaud vers Castellane une bande de jeunes au balcon faisait semblant de nous acclamer, en fait ils tenaient des petits écriteaux style le bon coin: « cherche à vendre ma voiture » ou cherche une place pour paris », etc... nous étions pour eux avec le grand nombre de tête grise un objet de dérision. parmi eux des jeunes d'origine africaine et maghrébine qui se prenaient comme les autres pour des « vainqueurs ». Ce devait être une école de gestion privée ou une start up et visiblement leur idole c'était macron. leur idéologie se répand, c'est celle du mépris pour les pauvres, pour les vieux, pour tous les vaincus.

mais il y a pire, j'ai élevé mon petit fils adoptif d'origine algérienne, dans le débat autour de Spinoza et le matérialisme, depuis sa plus tendre enfance nous discutons de ces questions. Cet enfant de 18 ans, alors qu'il venait de réussir à son bac avec mention, a fait une énorme bêtise, il a accompli un attentat passionnel sur sa copine, son premier amour, une relation totalement toxique, fort heureusement, la jeune fille est vivante et n'a pas de séquelle, mais voici plus d'un an que cet enfant est aux beaumettes, confronté à la violence de l'univers carcéral. Il va passer aux assises. Mais le pire est que désormais pour avoir voulu mener un débat religieux avec un co-détenu totalement radicalisé il est la proie d'une bande qui se montre de plus en plus menaçante. Il est accusé d'être mécréant, maudit par Allah. A la fin du mois d'aout ils lui ont cassé la machoire et il a désormais des broches, après un mois à l'hopital, il est retourné en prison, son nouveau co-détenu était un obsédé de daech, il parlait à peine français, non content de lui prendre tout ce qu'il avait y compris la nourriture, il a déclaré qu'il allait le tuer parce que le coeur de mon petit fils était mauvais et qu'Allah l'ordonnait. je me demande même quelle est ma part de responsabilité dans cette situation puisque le débat religieux a surgi parce que mon petit fils lisait un des livres que je lui ait apporté à savoir Stephen Hawkings, le physicien qui s'interroge effectivement sur l'existence de dieu.

Autre expérience, mon frère est dentiste dans une des pires cités de marseille et il est respecté par tout le monde. Il me dit « vous les communistes, vous êtes fous, vous ne voyez pas la réalité, dans cette cité il y a des gens très bien, des jeunes qui étudient, mais il y a une double mafia qui a pris le pouvoir, celle de la drogue et celle de l'imam qui agit en relation étroite avec eux et font régner la terreur religieuse en particulier sur les filles.

Alors nil n'est plus que moi convaincue de la nécessité de dénoncer l'islamophobie parce que le premier exemple que j'ai donné de la corruption de la jeunesse est hors religion, et malheureusement c'est celle que je crois majoritaire chez nos jeunes quelles que soient leurs origines. Mais il faut également arrêter cette incroyable naïveté sur la terreur que font régner les gens radicalisés sur la jeunesse, prise entre le mépris des vaincus, le consumérisme et la peur de ces malades. Sommes-nous capables d'arrêter la complaisance que nous manifestons trop souvent à l'égard des uns et des autres et de comprendre l'état réel de notre société. peut-être cela nous aidera-t-il à ne plus concevoir l'évolution du PCF comme une « modernisation », une « adaptation » à la société, mais bien comme un instrument de lutte contre cette corruption dont notre jeunesse fait les frais.

Voici des années, des décennies que nous n'avons plus de projet, seulement des stratégies défensives pour tenter de sauver ce qu'on conquis par les luttes nos propres parents et dont nous cessons de nous laisser déposséder.

Pourquoi je tiens à conserver le nom de communiste, celui de parti communiste, parce que ce nom demeure la seule mémoire qui existe d'un autre temps celui où la révolution toujours plus nécessaire était leur objectif, et que celle-ci était une espérance et pas une crainte qui a favorisé ces conquêtes.

danielle Bleitrach

histoireetsociete.wordpress.com

 commentaire