18/06/2006 14 min #1338

La Z-machine : une fusion "propre" sans radioactivité ni déchêts à portée de main

{::export from newsnet in Actu by w4lk date: 02/06/06}
La Z-machine : une fusion "propre", sans radioactivité ni déchêts, à portée de main.

Absence totale de réaction dans le secteur civil, scientifique et politique, dans la grande presse

Vif intérêt chez les militaires

Il reste une remarque assez triste. Puisque le résultat de Sandia semble être bien réel cela représente potentiellement un immense espoir pour l'humanité. Nous vivons à une époque où beaucoup de gens pensent que nous courons tête baissée vers l'apocalypse. La montée de la Chine et de l'Inde a des contre-coups dans l'ensemble du monde, qui ne feront que croître, rapidement. En Europe elle entraînera l'effondrement de tous les acquis sociaux, créera des tensions sociales et raciales intenses. Dans notre pays les candidats à la présidence, de Sakozy à Ségolène Royal, ne sont que les opportunistes et des "pantins sans ficelles", comme les qualifiait un lecteur dans un mail récent. Sarkozy surfe sur la peur. Ségolène Royal, qui n'a pas l'ombre d'un programme, se contente de répondre aux attaques en souriant, en soignant son look et se demandant quel tailleur elle va mettre aujourd'hui.

Le mensonge est partout. La presse ment, cache. Lors d'une émission de télévision récente, dans " On ne peut pas plaire à tout le monde ", le journaliste Claude Sérillon décrivait le journal télévisé comme un anesthésique, quotidien souhaité en fait par le téléspectateur. On pourrait le comparer à une dose quotidienne de tranquillisant. La pauvreté gagne dans des pays comme l'Egypte où les emplois disparaîssent, à cause de la concurrence étrangère et de la corruption. Car celle-ci est partout. Le système du bakschish est partout. En France c'est un minimum de 10 % pour avoir "un marché d'état" ou municipal. Dans les pays arabes, comptez 50 %, si vous voulez vendre des tanks ou des ordinateurs dans un pays quelconque, à verser discrètement sur un compte en Suisse, au bénéfice de quelques-un des 700 hommes de "lignée royale". En Afrique, montez à 80 %, sur le compte d'un chez d'Etat ou de ses ministres.

En Chine ou aux Indes c'est pareil, mais le système fonctionne mieux, "plus intelligemment". Aux Indes des paysans ses suicident, parce qu'ils se sont endettés, à cause de la sécheresse qui gagne, pour forer des puits, vis à vis d'usuriers sans scrupules. En Chine des paysans affamés, dont les rivères sont empoisonnées par des rejets toxiques sont réprimés violemment par l'armée.

Les médias vous servent votre dose quotidienne d'attentats à la voiture piégée, ici, là, partout. Quarante morts à Bagdad, dix en Afghanistan, etc. Personne n'y fait même plus attention. Des Africains se noient en essayant de gagner l'Europe pour ne pas mourir de faim. Cela me rappelle un séjour que j'avais fais jadis à Djibouti, quand on entendait, la nuit, les rafales tirées par les légionnaires sur les Ethiopiens qui tentaient de pénétrer dans l'enclave, du fait de la famine qui sévissait chez eux. Vous trouverez une chanson dans le site, que j'avais composée à cette époque, dont voici le dernier couplet :

A Djibouti, quand vient le soir

Au rendez-vous des sans-espoirs

Sur la ligne de démarcation

A l'heure où le bon français dort

Juchés en haut des miradors

Les adjudants font un carton

Le monde sera peut être à l'image de cette chanson, sous peu. Ca rappelle " Soleil Vert ", ou "les hommes riches" vivaient à l'abri de autes clôtures en barbelés électrifiés.

De Closets nous a présenté les RFID, l'avenir, selon ce Panglosse des temps modernes (mais il ne faut pas s'inquiéter, bien sûr). Un mot rapide, en fin d'émission, pour évoquer le fait qu'avec un tel système de distribution "on aurait peut être quelques petites problèmes d'emploi à résoudre".

Une technologie permettrait de changer l'avenir du monde : celle qui permettrait de disposer d'une source d'énergie non polluante, à gogo. Quand les possibilités de la fission ont commencé à être connues, les pionniers de l'électronucléaire de l'époque étaient persuadés "qu'on allait faire pousser des tomates dans le Sahara". Mais face à cela il y avait deux choses :

- Le problème de l'approvisionnement et le coût de la matière fissile

- La production de déchêts radioactifs

A cette époque, personne n'envisageait des catastrophes comme Three Miles Island ou Tchernobyl.

Tchernobyl, immédiatement après l'explosion du réacteur

Aujourd'hui on connaît le coût d'une telle politique. J'entends parfois des gens me dire que l'énergie par le nucléaire "c'est la solution", à condition d'enfouir des déchèts à durée de vie ... illimitée à l'échelle de vies humaines. C'est la position d'un ancien Ministre comme Claude Allègre, par exemple, et de bien d'autres qui ont ainsi l'impression "de faire preuve de réalisme". Je pense que de tels propos trahissent un manque d'ambition scientifique. On sait depuis longtemps qu'il existe une fusion non-polluante, mais les températures à envisager faisaient que cette technologie paraissait à beaucoup "irréaliste". Pour faire fusionner du Deutérium et du Tritium il faut 100 millions de degrés. Pour la fusion lithium-hydrogène il en fallait 500 et pour le mélange bore hydrogène il faut atteindre le milliard de degrés. Une température jamais atteinte sur Terre puisque la température au coeur d 'une bombe " H " , à hydrure de lithium, n'excède pas 500 millions de degrés (au coeur du Soleil, de 15 à 20 millions de degrés !).

La "fusion par confinement inertiel", par impulsions de brève durée n'avait jamais fonctionné (fusion par laser, fusion par faisceaux d'électrons). Du coup on s'est replié, après l'unique succès de Culham, en Angleterre (une seconde de fusion auto-entretenue dans un tokamak) vers la filière débouchant sur le projet ITER, cette "cathédrale pour ingénieurs". Or ces filières, qu'il s'agisse d'ITER ou de Megajoule (une technique de fusion par laser qui n'a même pas d'ambition de production d'énergie, seulement d'être "un simulateur de fonctionnement de bombes) sont extrêmement coûteuses et problématiques.

Soudain, cadeau, la Z-machine nous donne ... deux milliards de degrés, alors qu'on pensait tourner autour de quelques centièmes de cette valeur. Cette machine a fonctionné parce que soudain la focalisation de l'énergie s'est effectuée correctement. Le compression, le phénomène d'implosion se sont déroulés de manière stable. On était tellement habitué aux échecs qu'on n'y croyait plus, tout simplement. Cela va dans le sens de ce que j'ai toujours pensé : que la solution, pour la fusion, réside dans des systèmes impulsionnels et qu'une machine comme ITER, fonctionnant en continu, est une aberration.

La théorie peut découler de calculs d'épicier, du moins pour avoir des ordres de grandeur. Vous prenez des noyaux d'atome. Vous leur communiquez une vitesse V, centripète (vous les faites se précipiter les uns contre les autres). Dans le cas de la Z-machine c'est selon l'axe d'un système. Quand ils se rentrent dedans, leur énergie cinétique est convertie en énergie d'agitation thermique. Vous pouvez utiliser une formule comme :

1/2 m < V2 > = 3/2 k T

Explications un peu plus haut. Si vous doublez la vitesse au moment de l'impact vous quadruplez la température. A ce rythme-là, ça grimpe vite. Le tout est que cela fonctionne. A Sandia, miracle, ça a fonctionné. Le fait est indéniable, les mesures sont incontestables. La Nature, pour une fois, s'est montrée bonne fille et nous a donné deux milliards de degrés. En clair c'est :

L'Apocalypse ou l'Age d'Or, au choix

La focalisation de l'énergie a toujours donné des résultats étonnants. En 1905, l'implosion de bulles de vapeur provoque la fusion du bronze dans le phénomène de cavitation. Plus tard l'implosion de bulles de vapeur, créées cette fois par une impulsion ultrasonique dans le phénomène de sonoluminescence donne naissance à un plasma à 10.000°. Je n'exclus pas qu'on puisse un jour obtenir une sonofusion et j'estime que cette voie, fort peu coûteuse, devrait être explorée.

La percée opérée au Nouveau Mexique, à Sandia, en 2005 et révélée début 2006 appellerait une réaction immédiate, planétaire, avec constitution d'un projet commun (à quand un débat télévisé, en France ?). On peut se demander si cette réaction aura lieu, en tout cas en France, pour deux raisons.

- Ces résultats perturbent considérablement ces projets de " cathédrales pour ingénieurs " comme Megajoule et ITER

- A l'échelle internationale cette technologie de la "fusion sans fission" (dite " fusion pure ") peut donner naissance à une nouvelle génération d'armes thermonucléaires, s'affranchissant de la contrainte de l'enrichissement isotopique et permettant de créer des armes de très faible puissance, qui pourront donner lieu à une dissémination illimitée, planétaire, échappant totalement au contrôle de l' AIEA (Agence International pour l'Energie Atomique).

On rappelle que la nécessite d'utiliser une bombe A comme "allumette" impose une limite inférieure de 300 tonnes de TNT (pour les rares pays qui peuvent atteindre ce seuil technologique. Pour les autres c'est 1000 tonnes). Lorsqu'à l'apparition de la filière " de fusion pure " une bombe H (même une "mini-nuke") ne pouvait pas avoit une puissance inférieure à 300 ou 1000 tonnes de TNT. D'où dissémination des retombées radioactives, effet d'hiver nucléaire. Impossible d'attaquer un ennemi : cela vous retoùbe sur le museau, à cause de ces masses de déchètes emportés dans la stratosphère par le "jetstreams".

Des bombes H sans fission, non-polluantes, seraient des bombes parfaitement "propres", utilisables à des échelles géographiques énormes. Elles permettraient de réaliser des attaques massives, sans ces chocs en retour que constituent la dissémitaion de produits radioactifs et l'effet d'hiver nucléaire. On peut obtenir les très fortes intensités électriques avec de simples explosifs chimiques (générateur de Sakharov : des engins compacts, de faible poids et faible volume). Il reste à résoudre le problème de la rapidité de commutation. Mais a priori celui-ci n'est pas insoluble. Des gens envisagent déjà des tas de solution.

Côté français, soyez sans illusion. Les arguments cités plus haut pèsent leur poids, y compris au niveau Elyséen. En toute logique, le résultat de Sandia devrait suspendre immédiatement les travaux de montage des manips Megajoule et ITER. Mais ... vous n'y pensez pas. On arrête pas un diplodocus qui a pris sa course. On ne peut pas compromettre un aussi fantastique projet immobilier, un "projet de société" capable "d'irriguer un tissu industriel régional" et de fournir 20 années de vie de rêve à 2000 happy fews, qui sont au passage les décideurs de tels projets.

Ce qui est dramatique c'est que cette mobilisation internationale en faveur de l'étude d'un nucléaire propre ne se fera pas. Les projets qui apparaîtront seront des projets militaires, le plus discrets possibles. On serait tenté de s'écrier :

- Quoi ! Les scientifiques veulent-ils ou non le bien de l'humanité ?

Dans les développement techno-scientifiques ont trouve trois types de secteurs.

- Le secteur militaire, où la motivation est alors d'essence stratégique

- Le secteur du profit. Pas besoin de faire un dessin.

- Les "jouets pour gosses de riches " (Mégajoule, ITER, etc...)

Je pense que le résultat de la Z-machine pourrait marquer le début d'une ère nouvelle, qui irait bien au delà de la simple production d'énergie. Malcom Haines a bien du mal à expliquer pourquoi cette machine crache quatre fois plus d'énergie qu'on ne lui en injecte, alors que l'objet hyperdense qu'on crée est incapable de fournir la moindre énergie de fusion (le fer est la cendre absolue en matière de fusion. C'est ce qui s'accumule au centre des étoiles massives, dont elles ne savent plus que faire).

Alors ... il y aurait peut-être autre chose, de plus vertigineux, qui permettrait d'envisager à terme des transmutations. C'est à dire non seulement de l'énergie à gogo, non-polluante, mais aussi n'importe quelle matière première, partir du sable des chemins, de l'azote de l'air, de n'importe quoi.

Délire technologique, comme dirait un célèbre imbécile ? Rappelez-vous :

Soyez réaliste, envisagez l'impossible

Et l'impossible est à nos portes. Après le résultat de la Z-machine on est plus à un impossible près.

Ca me rappelle une phrase de Souriau :

Le bon sens, que d'autres appellent utopie....

Si on avait non seulement de l'énergie à profusion mais aussi des matières premières en quantité illimitées (qui deviendraient alors des "matières secondes"), que deviendraient les structures de pouvoir, partout ? Comment prétendre "détenir des richesses", et, grâce à celles-ci, acheter, corrompre, dominer, si le concept de richesse perdait soudain son sens ?

En se limitant au possibilités offertes par "la fusion pure", non-polluante, sans déchêts, exploitée à des fins civiles, il serait possible, en conjuguant les efforts des nations de changer le destin de la planète, relativement rapidement. L'espoir, soudain, aurait droit de cité. On pourrait creuser des canaux, apporter de l'eau à ceux qui en manquent. On pourrait désaler l'eau de mer. On pourrait installer des champs dans les déserts, des serres dans les étendues glacées. On pourrait se véhiculer sans empuantir l'atmosphère. Tout deviendrait possible.

Je suis triste parce que j'ai peur que cela ne se fasse pas. Ce qui m'inquiète c'est l'absence de réaction dans la grande presse et dans la presse scientifique, dans les milieux politiques ou même ... chez les écologistes ! Les seul à s'émouvoir sont les militaires qui voient dans ces engins des "mini-nukes", des vrais, enfin, non-polluantes, utilisables ("reliable", diraient les anglo-saxons, "vendables" diraient les Français, légendaires marchands de canons). Le pouvoir, le pouvoir, à portée de main, de fusil, de missile....

Au lieu de manifester dans les rues en réclamant la "décroissance", en criant "non au nucléaire", les hommes et les femmes devraient réclamer que ces études sur la fusion non-polluante soient placées au rang des plus hautes priorités. Sachez au passage qu'un réacteur de ce type ne pourrait pas exploser. Et quand bien même cela se produirait il répandrait autour de lui ses déchets, c'est à dire ... de l'hélium. Une idée nouvelle, étrange, mais vraie.

Les gens comprendront-ils ils ? Dans mon site je gagne mille nouveaux lecteurs par an. C'est une petite voix. Je sais que je suis lu par pas mal de gens, issus des milieux les plus divers (dont les militairess, de leur propre aveu). Je ne parle pas, je crie du mieux que je peux pour essayer de percer la chape de silence qui nous étouffe. Je crie " les solutions existent. Ne désespérez pas. L'avenir n'est écrit nulle part. L'Apocalypse, la grande Jacquerie planétaire ne sont pas inévitables. Tout dépend de nous. Au lieu de subir notre destin, notre avenir, nous avons soudain le pouvoir d'agir sur lui. La Nature vient de nous faire un fantastique cadeau, saisissons-le sans attendre nom d'une pipe ! ".

Serai-je entendu ? Est-ce que tout cela ne va pas se perdre dans le bruit de fond général ?

Je lis les mails que j'ai reçus depuis mise en ligne de ce dossier. Certains scientifiques réagissent, positivement. D'autres suggèrent qu'une tentative soit menée en direction des politiciens-écologistes afin de les sensibiliser à ces problèmes. Pour eux il s'agirait d'un virage à 90°. La solution des problèmes des humains se situerait dans le ... nucléaire. Mais pas celui que nous avons chevauché jusqu'ici. Il faudrait se tourner vers un autre monde, celui de la fusion sans pollution, sans radioactivité, sans déchêts. Je m'aperçois en me basant sur les messages d'étonnement de pas mal de lecteurs que beaucoup ignoraient même que ces filière soient envisageables. Tout cela constitue une idée totalement nouvelle pour eux. Il est vrai, et gardez cette phrase en tête, que dans la manip de Sandia

On a produit une température cent fois plus élevée qu'au centre du soleil

et quatre fois plus élevée qu'au coeur de nos plus puissantes bombes à hydrogène

jp-petit.com

 commentaire