071218 4 min

l'innommable

Nicolas et Pimprenelle, dormez bien les petits.
Qu'il continue, quoi qu'il fasse cet être ne fera jamais que dégoûter les gens autour de lui par la gravité de l'ampleur de ce qu'il néglige et l'innocuité fantasmagorique de ce en quoi il croit.
Il y a juste que les gens ont voté pour lui, en raison de l'appui médiatique et donc : d'une manipulation, et que ceci est une question d'une préoccupante gravité.
En se rendant compte de ce que le retard mental de cet être coûte à la société (car pour moi mon diagnostique de psychopathie est légitime et prouvable - et j'ajoute que toute maladie est involontaire et donc que c'est mal de se moquer), alors apparaîtra au grand jour la triste réalité : que le peuple a pu se faire manipuler, que la démocratie, était contrôlable, et falsifiable.
Au fur et à mesure les gens vont mieux voir la vraie nature de ce retard avec pour preuve ses conséquences matérielles, et il est vrai que ce n'est pas évident de le voir au début. Pour la plupart. Même Bush a su la dissimuler assez. Il faut avouer quand même que comme dans bon nombre de cas de psychopathie, celui-ci concentre et exerce continuellement une très grande intelligence stratégique (surtout elle est machiavélique en général).
Mais surtout le peuple va découvrir des choses qu'il aurait pu voir, qu'il aurait dû savoir, voire même qu'il aurait dû questionner. Ce ne sont que des faits accumulés qui traduisent le genre d'ambiance de cet excellent article de Danièle Bleitrach. Cela aussi n'est pas évident, mais pourtant nous sommes entrés dans une ère où chacun est indispensable, et où la confiance prend une valeur mesurable en euros, où l'autorité en soi ressentie comme une névrose, où on prouve sa compétence par son écoute avant toute chose, (etc etc) ce n'était pas évident de penser qu'il fallait questionner les présidentiables sur des soupçons de duplicité ou d'incompétence. En général pour le peuple, il part du principe (et a du mal à s'en défaire) que le présidentiable est, par le simple fait d'être là où il est, compétent, honnête et intelligent. (tandis que certains aiment son côté Bernard Tapie).
C'est dès lors qu'il apparaissait fortuit voire déplacé de suggérer, comme je l'ai fait, de faire obligatoirement passer des tests psychotechniques et psychoaffectifs aux candidats, juste pour voir si leur cerveau marche bien.
Car après out il est bien question de « convoquer » la presse la plus burlesque pour distraire le public des questions qui font que, soit notre avenir sera misérable, soit il sera exemplaire, au choix mais en tous cas c'est maintenant que ça se décide. Or précisément, la psychopathie peut se définir par cette sorte de distraction obsessionnelle. Il faut dire que le fait de passer à côté du plus important systématiquement, et d'attacher beaucoup d'attention à l'inutile mais névralgique, n'est pas non plus une chose rare et exceptionnelle.
Mais après ça, en voyant que depuis son élection le sujet a passé la moitié de son temps en vacances, et l'autre moitié à la politique dont : une moitié à dire à l'opposition "c'est pas la peine de vous fatiguer les gars", et un autre à vendre des armes ayant pour but de faire saigner les gens, en observant ce triste résultat, en voyant s'envoler de façon traditionnelle les promesses pré-électorales, fussent-elles inappropriées en vérité, et avec toute la promotion qui a été faite sur le principe avant-gardiste de « rupture », il va se passer qu'elle va devoir avoir lieu.
Merci Sarko de faire la promotion de la révolution.

-
A propos de mettre un nom sur l'innommable, ce qui est une notion très importante car on a vu que ce qui ne peut être nommé, ne peut légitimement pas être pris en considération par un public, je souhaite à tout le monde de lire ce monument historique vivant (en moins canonique), de Manuel De Diéguez : w41k.com

8119