15/09/2017 4 min tlaxcala-int.org #133049

Argentine : des milliers de manifestants ont protesté devant l'ambassade sioniste contre la visite du génocidaire Benjamin Netanyahou

Resumen Latinoamericano

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé ce mardi 12 septembre jusqu'à l'Ambassade d'Israël pour protester contre la présence en Argentine de Benjamin Netanyahou, qui a été qualifié à de nombreuses reprises de « criminel de guerre » et de génocidaire ».

Convoquées par le Comité Argentin de Solidarité avec le Peuple Palestinien, de nombreuses organisations sociales et politiques ont également critiqué très durement les « relations charnelles » entre Netanyahou et Macri, dénonçant le fait que le Premier ministre israélien vient encore vendre des armes(les mêmes qui sont utilisées pour tuer des Palestiniens) et pour réprimer les mouvements de protestation sociale contre le gouvernement de droite argentin.

Les couplets de ce qui est déjà un hymne destiné à condamner les dictateurs et les tortionnaires latino-américains ont résonné dans les rues de Buenos Aires : « Il va lui arriver ce qui est arrivé aux Nazis, où qu'il aille on ira le chercher », cette fois-ci dirigés contre le visiteur haï, pendant que des centaines de drapeaux palestiniens et plusieurs drapeaux de la Syrie victorieuse étaient brandis.

Étaient également présents de nombreux représentants de la communauté arabe et différents dirigeants des lutte populaires argentines.

Devant l'ambassade sioniste, la foule a crié « Assassins, assassins », pendant que Graciela Rosenblum, présidente de la Ligue Argentine des Droits de l'Homme, lisait au nom de toutes les organisations présentes un document dans lequel étaient énumérées les dizaines d'atrocité commises par Israël contre le peuple palestinien. Tilda Rabi, au nom d'une autre organisation liée au Comité, a lu une note de protestation contre la détention arbitraire qui frappe deux militants des Assemblées du Peuple, qui ont été kidnappés vendredi par un groupe d'agents du Mossad, emmenés à l'ambassade israélienne, déshabillés, frappés, interrogés puis menacés de mort.

Le rassemblement s'est achevé sur la prestation de deux jeunes rappeuses du groupe Palestina Monamur et du chanteur de hip hop Daniel de Vita, qui ont ému toute l'assistance en entonnant a capella et avec une très grande force son succès « Né en Palestine ».

Photos de María Torrellas et Jorge Form (Resumen Latinoamericano)

tlaxcala-int.org

 commentaire