14/12/2007 2 min #13271

Hilary Clinton promet, emplie de foi, qu'elle « terminera la guerre en Irak »

A l'image d'après les candidats qui débattaient saluent la foule de façon synchrone et hypnotique, comme le font tous les acteurs à la fin de leur représentation théâtrale.

Entre ces deux moments, bien qu'on ait été coupés en plein milieu d'un élan patriotique, je crois à peu près certain qu'aucun des autres candidats, du public ou aucun animateur, aucun journaliste, ni même des proches de sa famille qui sait ? Personne n'aura osé poser la question tremblante : « de quelle fin parlez-vous ? »

La meuf, qui symbolise la revanche des femmes sur leurs maris qui sont des cochons, a déjà prévu que d'ici à l'année prochaine la guerre en Irak sera encore effective, avec ses 30 000 morts mensuels habituels, sa contamination à l'uranium apauvri qui reste indélébile pendant 300 000 ans, son humiliation, sa partition, sa corruption, qui eux aussi sont chroniques.

L'espoir ainsi porté par Hilary est que dans un an et demi au minimum, « elle terminera la guerre ».
De quelle manière la guerre se terminera, voilà une question, parce que rien dans le texte, non rien et il ne faut pas se laisser bercer par la foi intense, ne dit de quelle manière arrivera ce terme :

- s'agit-il « d'en finir » avec la guerre et de rapatrier au plus vite tous les boys devenus psychopathes garanti à vie, et dont pas mal d'entre eux vont se suicider de toutes façons, alors qu'ils voulaient juste de quoi payer leur études, fainant ainsi l'économie de tous ces crimes et toute cette perte financière et morale ? - Si oui pourquoi ne pas le réclamer pour que ça ait lieu avant l'année et demie prochaine ?

- Ou bien s'agit-il de « terminer le job » comme disent si bien les atlantistes, qui se croient vénérablement professionnels au sens impressionnant et héroïque du terme, et finalement, rien d'autre que de poursuivre le plan de Bush enfin celui de l'oligarchie, qui lui aussi nous l'aurons remarqué, a depuis le début de la guerre en Irak exactement le même but que Hilary : « en finir », réaliser le but initial, éliminer la menace abstraite et névralgique qui les hantes, et qui n'existe quand dans leur berlue hallucinée ?

En tous cas la berlue est hallucinée, si tant est que personne n'osera jamais poser cette simple question de logique à Hilary (qui sait déjà qu'elle est sur la liste des présidents des états-unis historiques pré-apocalyptique).

 commentaire