Une seule responsabilité pour les abolir toutes. Sylvain Rochex

21/08/2017 7 min lesmoutonsenrages.fr #132264

Une petite réflexion sur « l'école et métro, boulot, dodo » pour de grands résultats ? Lisez ce qu'ils ont fait à l'Adrey au mois d'août et, relisez : De vanités en vanités, se dessine notre terre promise. Quand on réfléchit à un projet, déterminer les priorités est essentiel.

Une seule responsabilité pour les abolir toutes.
Un monde de sous-hommes.

L'homme de cette société est tombé en tentation : n'avoir plus qu'une seule responsabilité pour ne pas avoir la foule des responsabilités de l'homme. C'était trop tentant, comme d'envoyer un SMS pour s'affranchir de l'autre, ou prendre sa voiture pour tuer la marche. Trop tentant comme un morceau de viande dans l'assiette ou dans son lit.

Il s'agira pour les grands d'un TRAVAIL, et pour les petits de l'ÉCOLE. Comment refuser, comment ne pas se laisser tenter ? Si je fais mon travail, si je remplis ce devoir-là ensuite, je n'ai plus à me soucier de rien et je ne suis plus responsable de rien. Je peux devenir et rester un sous-homme. En allant au travail et à l'école, je peux continuer de porter des couches et de sucer mon pouce dans un océan de doudous toxiques sans aucun problème.

Être responsable : répondre de, honorer la promesse qu'on s'est fait, qu'on a faite et que Dieu nous a faite. Les sous-hommes répondent de leur travail et de l'école. Sur le reste, ils n'ont rien à dire aucune promesse à tenir.

Je suis venu sur Terre, et ma venue me demande une seule chose : de faire mon travail si je suis grand et d'aller à l'école si je suis petit, c'est tout. Ma venue sur Terre n'implique rien d'autre. En remplissant cet unique office, tous les autres disparaissent, magique ! Magie noire du travail de l'adulte et de celui de l'écolier.

Autre point fondamental : cette seule responsabilité, si je la remplis, m'offre la possibilité de n'avoir plus rien à apprendre. J'apprends un métier ou j'apprends par cœur, mécaniquement, ce qu'on me demande d'apprendre (donc je désapprends), et ensuite, me voilà dispensé d'apprendre, de cette constante mise à l'épreuve et appel au dépassement de moi-même à la découverte de moi-même !

Apprendre, est-ce un plaisir ou une souffrance ? Ni l'un ni l'autre, c'est juste l'essence de l'homme. Mais c'est trop tentant de ne pas être un homme, et le travail et l'école m'en fournissent le moyen (quand je suis petit et ensuite quand je suis grand). mais je ne suis jamais grand, je reste mineur toute la vie, un sous-homme, un irresponsable.

Quelle joie de retourner au travail ou à l'école même si je fais semblant de râler et de m'en plaindre. Quelle joie sans borne de rejoindre la corvée qui m'offre ce que je désire par dessus tout : ne point être un homme. Quelle joie de disparaître dans les rouages, d'être un prolo toute la vie ! Quelle joie secrète de m'astreindre à ce qui m'offre la possibilité totale de rester toute ma vie un irresponsable, un sous-homme !

La culture de la noix ? Faire un abri pour le hérisson ? Méditer, trouver la paix ? Fabriquer des pulls en laine ? Venir en aide à autrui ? Gérer mes excréments ? Tailler les ongles de mon cheval ? Creuser un puits ? Ramasser des mûres et des graines de calendula ? Semer des épinards ? Couper du bois pour le feu ? Traire biquette ? Masser mon amie ? Récolter la sève du bouleau, le miel de mes abeilles ? Consulter le calendrier lunaire ? Fabriquer un savon ? Prendre le temps d'écouter les autres ? Organiser une assemblée ? Ranger mes affaires, en prendre soin, mettre en valeur chaque chose tellement tout est précieux ? Écrire un poème ? Observer avec attention des parties infinitésimales du réel ? Descendre en ville pour tenter de faire sortir les gens de la caverne ? Apporter une tartine à une enfant ? Construire une petite éolienne, une serre, un séchoir ? Rassurer quelqu'un ? Aller voir l'Élu, le prêtre ou le professeur pour leur dire qu'ils se trompent ? Pêcher du poisson pour me nourrir ? Construire ma maison ? Planter des arbres fruitiers ? Réparer le manche d'un outil avec du bois de frêne ? Allumer un feu au sens propre comme au sens figuré ? Lire de la philosophie ? Élever des canards ? Nourrir mes poules ? Préparer un repas ? Arroser le jardin ? Ramasser les pommes de terre ? Mettre des lauzes sous les courges ? Soigner un animal ? Faire un bouquet de fleurs ? Faire un baume contre les irritations ? Fabriquer une étagère, des paniers ?... Bon j'arrête ici, la liste incommensurable de tout ce que je peux éviter, simplement, en allant travailler et en allant à l'école.

En allant travailler, je peux accéder au confort de n'avoir rien d'autre à faire ensuite. Ce seul inconfort : le travail ou l'école, pour que la vie soit « confortable » par ailleurs. « Confortable », c'est-à-dire avoir constamment la possibilité de dégénérer en paix, sans culpabilité.
Après avoir « travaillé » ou après avoir été à l'école, j'ai le droit de me droguer, de m'avachir, d'être nul, sale, de cultiver la médiocrité, de polluer, de gaspiller, de « rien glander », de manger comme un porc, j'ai le droit de m'atrophier sans honte, de me racornir, de me livrer à toutes sortes de bassesses, j'ai le droit de rire comme un con (le rire du sous-homme) au lieu de rire de bon cœur (le rire de l'homme). Travailler ou aller à l'école me donne le droit si sublime, si enivrant, si doux, d'être une merde, d'être bon à rien, et de foutre le bordel partout, de chier dans mes couches. Le fait d'avoir travaillé me donne par exemple le droit bien connu de disparaître dans mon canapé devant la télévision. Ce dernier droit est vraiment terrible, mais je l'obtiens facilement en ayant préalablement été au travail ou à l'école (ou avant d'y aller).
Rendez-vous bien compte de tout ce que le travail permet d'éviter ! Des milliards de choses difficiles comme ramasser des pommes de terre dans la quiétude du soir les tubercules apparaissant comme des pépites d'or avec des micro-bulles de joie qui pétillent dans la tripe à chaque nouvelle patate qui jaillit... Ça, et toutes les choses difficiles de la vie qui sont évitées d'un coup d'un seul ! Grâce à mon travail, je peux m'acheter un pot de miel et m'éviter ainsi une récolte pénible avec du miel qui dégouline sur mes doigts, et je peux par exemple m'épargner de contempler l'univers merveilleux d'une ruche. Ça, et tellement d'autres choses que je peux tout simplement éviter en allant travailler et en allant à l'école. Avec mon travail, je peux aller m'acheter un banc en bois au lieu de le faire moi-même ! Ça, et tellement d'autres choses horribles !!!!!! Qui sont tellement horribles !!!!! Tellement inconfortables !

Saint Exupéry disait que pour qu'un homme soit heureux, il fallait d'abord qu'il soit un homme.
Et les gens sont si malheureux car ils ne sont point homme. Ils sont seulement des travailleurs et des écoliers une fraction du temps et des grosses merdes pendant le peu de temps qui leur reste. Mais ils ont parfaitement le droit d'être des grosses merdes irresponsables, pollueurs et gaspilleurs qui ne prennent SOIN de rien et qui sont curieux de rien ! Car ils sont allés au travail et à l'école !
Et surtout, d'être allés à l'école quand ils sont petits, ils vont avoir le droit d'aller au travail une fois plus âgés, et ainsi de suite.
Hashtag jevisavecdessoushommes.

Sylvain Rochex - 20 août 2017 - www.descolarisation.org

lesmoutonsenrages.fr

 commentaire