08/08/2017 10 min cadtm.org #131984

Déclaration de la Vii Conférence Internationale de La Via Campesina

« Nous nourrissons nos peuples et construisons le mouvement pour changer le monde » Euskal Herria - Pays-Basque, du 16 au 24 juillet 2017

Nous, délégué-e-s de La Vía Campesina, représentant nos organisations et mouvements, sommes rassemblé-e-s au Pays-Basque à l'occasion de notre 7 e Conférence Internationale du 16 au 24 juillet 2017. Euskal Herria est une terre de solidarité, de lutte et de résistance, une terre qui a sa propre langue et où demeure une forte tradition de bonne nourriture, produite par des paysan-ne-s et des pécheur-se-s locaux-les. Nous, paysan-ne-s, travailleurs-se-s ruraux-les, peuples sans terre, peuples autochtones, éleveur-se-s, pêcheur-se-s artisanaux-les, femmes du monde rural et toutes les autres populations qui travaillent à la campagne dans monde, déclarons que nous nourrissons nos peuples et construisons un mouvement pour changer le monde.

L'avènement du capitalisme financier a donné lieu à un accaparement effréné de notre eau, de nos semences, de notre terre et de nos territoires. Des technologies dangereuses, aux conséquences parfois irréversibles, on été promues comme par exemple les OGM, la production animale confinée à grande échelle et la biologie de synthèse. Le capital spéculatif entraine un remplacement accéléré de l'économie réelle et productive par l'économie financière. Les méga-fusions amènent à une concentration de plus en plus importante du pouvoir sur les systèmes alimentaires. Une nouvelle forme de néo-libéralisme, couplée à des discours haineux, utilise les problèmes créées par la concentration des richesses pour diviser nos peuples et provoquer des conflits ethniques, religieux et migratoires. Nous faisons face à une vague de violations des droits humains dans le monde : nos camarades sont assassiné-e-s, incarcéré-e-s, torturé-e-s et menacé-e-s.

Ceux qui s'accaparent les ressources sont en guerre contre nous, le plus souvent via l'OMC, la Banque mondiale, le FMI, l'impérialisme, les traités de libre échange et les lois qui privatisent les biens communs, mais aussi de plus en plus par des bombardements, des occupations militaires et des mesures économiques génocidaires. Nous sommes solidaires du peuple palestinien et des autres peuples qui continuent de souffrir et de résister face à ces diktats. Des millions de migrant-e-s et de réfugié-e-s sont forcé-e-s de se déplacer à cause de la guerre, du manque d'accès aux besoins primaires. Le vent glacial de la xénophobie, du racisme, du fondamentalisme religieux de la haine de classe souffle sur de nombreux pays.

La criminalisation des migrations et des protestations sociales est liée au pouvoir des groupes de médias privés et hégémoniques qui diabolisent la société civile organisée. Les médias privés dominants défendent les intérêts du Capital et ont récemment poussé au renversement de gouvernements et à l'installation d'autres. Ils manipulent des franges importantes de la population et créent les conditions propices aux violations des droits humains.

Le système capitaliste et patriarcal n'est pas capable de répondre à la crise dans laquelle l'humanité se trouve plongés, qui détruit nos peuples et réchauffe la Terre Mère. La Terre est vivante mais le capitalisme est une maladie qui peut la tuer.

Confronté-e-s à cette crise de civilisation :

1. Nous nourrissons nos peuples

Durant plus d'un demi-siècle, on nous a vendu la « Révolution verte », qui n'a rien eu ni de vert ni de révolutionnaire. Prenant le prétexte de la productivité à court-terme, ce modèle agro-industriel a empoisonné les sols, monopolisé et pollué les eaux, rasé les forêts, asséché les fleuves et remplacé nos semences par des semences commerciales et transgéniques. Au lieu d'éradiquer la faim, l'agro-industrie a multiplié les problèmes d'alimentation et forcé les populations rurales à se déplacer. C'est un modèle d'agriculture particulièrement excluant et sans paysan-ne-s. Alors que l'agro-industrie profite de subventions et de politiques en sa faveur, nous continuons de faire ce que nous faisons depuis des millénaires grâce à notre agriculture paysanne et autochtone : produire de la nourriture saine pour nos familles, nos communautés et nos peuples.

Alors que les gouvernements imposent des lois semencières dans le but de garantir la privatisation et les profits des multinationales, nous continuons de protéger les semences paysannes, travaillées, sélectionnées et améliorées par nos ancêtres. Nos semences sont adaptées à nos terres sur lesquelles nous mettons en place une gestion agroécologique qui ne nécessite ni agro-toxique ni intrant externe. Notre agroécologie paysanne alimente le sol en matière organique, conserve les variétés paysannes de semences et de races animales, elle est fondée sur la biodiversité et sur la sagesse des peuples, en symbiose avec la Mère Terre. Sa source principale est le savoir paysan autochtone, ancestral et populaire, accumulée depuis des générations grâce l'observation et l'expérimentation constantes sur nos propres terres. Cette connaissance s'est enrichie ensuite grâce aux échanges entre paysan-ne-s et entre organisations. Notre agroécologie a un caractère paysan et populaire, elle ne se prête pas aux fausses solutions comme le capitalisme « vert », les marchés carbone et la « climate-smart agriculture ». Nous rejetons toute tentative d'accaparement de l'agroécologie par l'agro-industrie.

L'agroécologie paysanne est le fondement de notre proposition et de notre vision de la souveraineté alimentaire des peuples du monde. Pour cela, nous devons nous battre pour une réforme agraire intégrale et populaire, pour la défense des territoires autochtones et paysans et pour la restauration de systèmes alimentaires locaux.

En plus de renforcer et de développer nos marché paysans locaux, nous devons construire de nouvelles relations entre les travailleur-se-s des campagnes et des villes, de nouveaux canaux de distribution et de vente ainsi qu'un nouveau modèle de relations humaines, économiques et sociales, fondées sur le respect, la solidarité et l'éthique. Nous refroidissons la planète et construisons des sociétés justes et plus humaines grâce à la réforme agraire, l'agroécologie paysanne et la souveraineté alimentaire.

2. Nous construisons le mouvement

L'humanité en crise cherche des solutions. Notre mouvement est de plus en plus perçu comme un exemple pour les peuples qui luttent. La Vía Campesina continue de grandir et notre proposition se renforce. Toutefois, nos ennemis se renforcent eux aussi et nous faisons toujours à des défis pour la construction de notre mouvement.

La lutte de masse est au cœur de La Vía Campesina. Le travail de base de nos organisations doit être renforcé pour intégrer un plus grande nombre de travailleur-se-s ruraux-les, de paysan-ne-s, de communautés autochtones, de migrant-e-s, de personnes des diasporas africaines et de victimes du modèle capitaliste agro-hydro-extractiviste. Nous devons renforcer les alliances aux niveaux local, national et international, notamment entre les travailleur-se-s des campagnes et des villes.

Notre mouvement a comme ennemi le patriarcat. Le caractère féministe de La Vía Campesina renforce notre unité et notre engagement à lutter dans l'égalité et l'équité de genre. La construction d'un mouvement paysan féministe au sein de La Vía Campesina est la clé du renforcement de nos propres organisations et à la concrétisation d'alliances plus larges. Nous allons renforcer la participation politique des femmes dans tous les espaces et à tous les échelons de notre mouvement. Notre lutte vise l'éradication de toute forme de violence à l'encontre des femmes : physique, sexuelle, psychologique et économique. Nous nous engageons à développer nos capacités de compréhension et à créer des environnements positifs sur la question du genre au sein de nos organisations et de nos alliances. Le manque de tolérance à l'égard de la diversité fait partie du processus de spoliation de la jeunesse rurale. Des campagnes diverses, non-violentes et inclusives sont fondamentales pour La Vía Campesina.

Dans le monde entier, les diverses formes du capital n'ont de cesse d'expulser de plus en plus les jeunes hors des zones rurales. Le patriarcat et la discrimination par l'âge restreignent leur visibilité et leur participation pleine et entière dans nos organisations. Nous nous engageons en faveur des nouvelles générations dans les campagnes et dans notre mouvement et luttons pour la pleine intégration des jeunes dans les espaces de direction et de prise de décision au sein de nos organisations, dans la formation et dans la production d'une nourriture agroécologique.

Des millions d'entre nous migrons comme une forme de résistance pour que nous ne disparaissions pas en tant que peuples, paysan-ne-s, femmes ou jeunes. Nous défions les frontières, faisons tomber les murs et nous opposons au racisme et à la xénophobie. Nous construisons un mouvement qui articule les paysan-ne-s, les travailleurs/ses ruraux/les et migrant-e-s, non comme des victimes méritant assistance, mais bien comme des détenteurs/rices de droits, y compris du droit à la libre circulation des personnes.

Le travail que nous menons avec nos alliés pour obtenir une Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et d'autres personnes travaillant dans les zones rurales est fondamental pour des centaines de millions de personnes dans le monde. Nous renforcerons notre travail au niveau national pour parvenir à l'adoption de cette déclaration. Cet instrument crucial permettra de renforcer les droits des peuples ruraux à protéger leurs moyens de subsistance et à continuer à nourrir le monde.

Nous devons continuer à accélérer la formation politique, idéologique, organisationnelle et technique fondée sur nos propres concepts puisqu'il est clair que l'éducation conventionnelle réprime notre identité et nos idées. La formation est fondamentale pour que nos mouvements puissent forger de nouveaux-elles acteur-trice-s actif-ve-s, capables de forger notre propre destin. Dans notre lutte, nous devons également construire notre propre communication, autonome et en collaboration avec des médias alternatifs, qui nous permettent de développer nos connaissances relatives à notre culture, à notre dignité et à notre capacité de transformer la société.

3. Changer le monde

Le chemin est long. Nous grandissons en tant que mouvement, mais le capitalisme sauvage et les guerres d'un système mondial en crise mettent nos communautés, nos organisations et nos sociétés en danger. Face à la barbarie, il faut de toute urgence construire un autre futur pour l'humanité. Dans un contexte des plus complexes, La Vía Campesina est le moteur de luttes pour la transformation et pour la paix dans le monde. Grâce à notre travail quotidien sur le terrain, à notre contribution mondiale à l'alimentation, à nos alliances et à notre lutte pour la souveraineté alimentaire, nous sommes parvenu-e-s à gagner la confiance d'une grande partie des peuples et des mouvements. Nous assumons la pleine responsabilité de continuer à semer la paix sur la planète, tout comme nous avons globalisé la lutte et semé l'espoir dans tous les coins du monde.

Il est particulièrement important de noter que notre lutte est parvenue à forger une nouvelle reconnaissance de la paysannerie, à changer le langage utilisé au sein des débats internationaux et nationaux sur l'alimentation, l'agriculture et le monde rural. On ne formulera plus de politiques sans que la voix des paysan-ne-s se fasse entendre ou sans que soient sur la table les droits des paysan-ne-s, l'agro-écologie, la réforme agraire et surtout la souveraineté alimentaire.

Grandir et nous renforcer en tant que mouvement signifie prêter attention au travail de terrain, construire et entretenir des alliances, lutter avec conviction contre le patriarcat, l'impérialisme et le capital financier, avec engagement et discipline. Cette lutte est vitale pour l'humanité et pour la survie de la Terre-Mère. Depuis Euskal Herria, nous lançons un appel aux peuples du monde entier à lutter avec nous. Il est temps de construire un monde plus fraternel, fondé sur la solidarité entre les peuples.

« Nous nourrissons nos peuples et construisons le mouvement pour changer le monde ».

Globalisons la lutte !

Globalisons l'espoir !

cadtm.org

 commentaire