071210 2 min

Les deux contraires opposables en vérité

Une erreur qui a lieu souvent, consiste à rallier deux contraires opposables en un seul, ce qui s'appelle une confusion due à l'inculture.
Cela possède un fondement neurologique et à un moment à cause des on découvre qu'il existe une autre voie neurologique pour rallier un résultat au moyen d'une opération d'inversion. Ceci est stupéfiant.

Par exemple la confusion antisémitisme – antisioniste, est un exemple de ces confusions d'inversion, les deux étant « anti » ne sont pas forcément mauvais tous les deux.
Cette erreur est d'autant plus lourde qu'à la base les rattachements à ces termes peuvent être très culturels, par opposition à réfléchis : qui produisent a même conviction.
(faut savoir que l'antisémitisme est un rebut de l'histoire quand même, il ne reste plus que des groupes restreints qui y croient encore, enfin qui gâchent leur temps à s'occuper de telles berlues – ce groupe est surtout devenu fantasmatique)

Une autre fois il était question de critiquer Israël pour sa guerre contre le Liban, le fait d'avoir rasé un pays entier en y déversant sa haine impulsive n'ayant servi à rien de tangible, si ce n'est déservir leurs propres intérêts.
Et ainsi la critique contre cette action a aussitôt été récupérée par le clan oppresseur, afin de le confisquer au clan défenseur, en disant à sa place que le gouvernement avait été très critiquable.
Et à partir de là on n'a plus vraiment eu de nouvelles critiques de l'écrasement du Liban, si ces critiques étaient reliées à la réprimande de la violation, au lieu d'être motivées par l'inefficacité de l'opération, ce qui est substantiellement différent.

Dans le second cas, en poussant juste un peu, on peut obtenir une volonté d'être « plus féroce la prochaine fois », ce qui a pour objet de contribuer au positionnement politique offert par les plus nazis des gens du gouvernement Israélien.

Ceci constitue « du bruit », une interférence, qui a pour but de dissimuler la critique qui consiste à s'appuyer sur les droits, les lois et la morale.

8119