27/07/2017 5 articles 7 min mondialisation.ca #131684

Le Congrès des États-Unis adopte de manière écrasante une loi de sanction de la Russie

Par Joseph Kishore

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté massivement un projet de loi mardi qui impose de nouvelles sanctions à la Russie, à l'Iran et à la Corée du Nord et limite la capacité de l'Administration Trump de les annuler. Le résultat du vote était de 419 pour et 3 contre. Cette mesure augmenterait considérablement les conflits géopolitiques entre les États-Unis et ses principaux rivaux, non seulement la Russie, mais aussi les puissances impérialistes en Europe.

Le projet de loi va maintenant passer au Sénat, où une version antérieure (sans les sanctions de la Corée du Nord) a été approuvée en juin à une marge similaire : 97 pour et 2 contre. Trump a envoyé des signaux mitigés sur la question de savoir s'il signera le projet de loi, mais les majorités d'une telle ampleur dans les deux chambres du Congrès signifient que, malgré la possibilité théorique d'un veto, il est presque certain d'être promulgué.

Les nouvelles sanctions exposent les principales questions derrière la campagne sur le « piratage électoral » des médias américains et de l'establishment politique, dirigé par les organismes de renseignement qui s'opposent à toute modification de la politique anti-Russie développée sous l'Administration Obama. Le vote presque à l'unanimité dans les deux chambres du Congrès (tous les votes « non » à la Chambre proviennent de républicains) témoigne de la mesure dans laquelle la CIA (l'Agence centrale de renseignement), la NSA (l'Agence nationale de la sécurité) et d'autres agences d'espionnage contrôlent directement les institutions de l'État et le personnel qui les composent.

Les vrais enjeux dans ce conflit âpre au sein de la classe dirigeante ont été énoncés dans un éditorial du Washington Post lundi, « La riposte drastique - mais nécessaire - du Congrès à Trump ». Le Post, qui, avec le New York Times, a été une des voix médiatiques de premier plan dans la campagne anti-Russie, a salué ce projet de loi si nécessaire pour protéger les « intérêts vitaux » des États-Unis.

L'accord sur les sanctions, écrit le Post, a placé : « la politique de Trump envers le régime de Vladimir Poutine sous séquestre, l'empêchant de lever les sanctions sans accord du Congrès ». Trump a montré une « affinité inexplicable » à l'égard de la Russie, a écrit le journal, et a mis en doute la prétendue intervention de la Russie dans la campagne électorale américaine.

« Pour la communauté du renseignement des États-Unis », a déclaré le Post, « il n'y a pas un tel doute [..]. Le refus de M. Trump d'accepter ces conclusions et la possibilité qu'il puisse arrêter les sanctions imposées à la Russie pour cette ingérence et pour son invasion militaire de l'Ukraine a généré un consensus extraordinaire dans un congrès autrement polarisé ».

Aucune des allégations faites par le Post sur l'implication de la Russie dans les élections ne peut être démontrée et les déclarations de la « communauté du renseignement des États-Unis » ne sont pas plus crédibles que les allégations selon lesquelles le gouvernement de Saddam Hussein possédait des « armes de destruction massive » avant l'invasion de l'Irak en 2003. Même si l'on devait accepter ces conclusions comme vraies, il ne fait aucun doute que Clinton travaillait avec toutes sortes de gouvernements étrangers pour faire progresser sa campagne électorale.

Le véritable problème n'est pas le « piratage » russe, mais les intérêts géostratégiques de l'impérialisme américain. Comme le précise le Post, sa principale préoccupation est que la Russie a entravé les opérations de l'Armée et des agences de renseignement américaines en Ukraine et en Syrie. La référence à « l'invasion militaire de l'Ukraine » fait référence à l'annexion par la Russie de la Crimée et à la guerre civile interne qui a suivi l'opération de changement de régime de 2014 organisée par les États-Unis et menée par des organisations fascistes pour démanteler un gouvernement pro-russe.

L'éditorial se plaint plus tard que les actions de Trump donnent à la Russie « des concessions majeures pour rien », y compris « le retrait du soutien américain aux forces rebelles en Syrie ». Il s'agit de la décision de Trump de mettre fin au soutien de la CIA aux forces d'opposition syrienne, dominées par Al-Qaïda, qui ont mené une guerre civile soutenue par les États-Unis pour renverser le président syrien Bashar al-Assad.

L'éditorial reconnaît que le projet de loi sur les sanctions « pourrait avoir des conséquences involontaires », y compris sur « la coordination entre les États-Unis et l'Europe sur la Russie ». Il est « néanmoins essentiel », car « Trump ne peut pas être digne de confiance pour protéger les intérêts vitaux des États-Unis contre une agression persistante de la Russie ».

Quels sont ces « intérêts essentiels des États-Unis » ? Ils n'impliquent pas l'offensive de l'Administration Trump sur les soins de santé, son assaut brutal contre les travailleurs immigrés ou son programme militariste. Il s'agit plutôt des intérêts de la classe dirigeante dans la domination du Moyen-Orient et de ses vastes ressources énergétiques et de l'expansion du pouvoir américain en Europe de l'Est. Pour les factions de la classe dirigeante pour laquelle le Postparle, en outre, l'agression américaine contre la Russie est considérée comme essentielle pour conserver l'allégeance des puissances européennes et pour s'en prendre à la Chine.

Le nouveau projet de loi sera adopté dans des conditions de tensions géopolitiques explosives qui peuvent rapidement se transformer en un conflit militaire direct impliquant des puissances nucléaires. Au cours des dernières 24 heures, les États-Unis ont procédé à des tirs d'avertissement sur un navire iranien ; l'armée chinoise a intercepté un avion américain ; le Wall Street Journal a rapporté les préparatifs de la Chine en prévision d'une guerre américaine contre la Corée du Nord ; et la Chine a organisé des opérations militaires conjointes avec la Russie en mer Baltique.

Les différents pays touchés par le projet de loi le prendront comme un signe clair que les États-Unis ont l'intention de faire face à leurs affrontements économiques et militaires avec eux. Un mémo de l'Union européenne révélé par la presse a rapporté les déclarations du chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, selon lesquelles l'UE « devrait se préparer à agir en quelques jours » après le passage du projet de loi et que les sanctions « pourraient avoir une incidence sur un nombre potentiellement important de sociétés européennes faisant des affaires légitimes régies par des mesures de l'UE avec des entités russes ».

L'Administration Trump, de plus en plus pressée et isolée, pourrait décider que la meilleure façon de résoudre sa crise interne est de commencer une guerre, peut-être avec l'Iran ou la Corée du Nord. Et si les adversaires de Trump réussissent à forcer un changement dans sa politique ou à le faire tomber, cela impliquera un changement vers une politique encore plus agressive au Moyen-Orient et, surtout, contre la Russie.

Quelles que soient les divisions au sein de l'État, la classe dirigeante américaine est poussée par une logique implacable. La dissolution de l'Union soviétique en 1991 ne lui a pas apporté une « fin de l'histoire », mais un quart de siècle de guerre sans fin et en expansion, dans laquelle la classe dirigeante a cherché à inverser le déclin du capitalisme américain et à maintenir sa position économique mondiale à travers l'utilisation de la force militaire. Cette politique folle et insouciante amène le monde entier au bord de la troisième guerre mondiale.

Joseph Kishore

Article paru d'abord en anglais, WSWS, le 26 juillet 2017

La source originale de cet article est wsws.org

mondialisation.ca

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
27/07/2017 4 min francais.rt.com #131688

Poutine qualifie les sanctions américaines contre la Russie d'«illégales et extrêmement cyniques»

© Joshua Robert Source: Reuters

Vladimir Poutine a estimé que les sanctions contre la Russie votées par la Chambre des représentants aux Etats-Unis étaient «illégales et extrêmement cyniques». Il a prévenu que Moscou réagirait face à cette «impudence».

En visite en Finlande, où il tenait une conférence de presse commune avec Sauli Niinistö, le président finlandais, Vladimir Poutine a réagi aux sanctions votées le 25 juillet dernier par la Chambre des représentants des Etats-Unis contre Moscou.

Monde 03/08/2017 4 min francais.rt.com #131879

«Une véritable guerre économique»: Medvedev pourfend les sanctions et la «faiblesse» de Trump

© Alexander Astafyev Source: Sputnik

Le Premier ministre russe a fustigé la «faiblesse» de Donald Trump qu'il a accusé de céder aux pressions de la classe politique américaine en promulguant de nouvelles sanctions contre Moscou.

Les nouvelles sanctions contre la Russie promulguées le 2 août par Donald Trump ont mis fin «aux espoirs d'améliorer les relations de la Russie avec la nouvelle administration américaine», selon le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

07/08/2017 11 min arretsurinfo.ch #131961

Les sanctions russes et la répression en marche contre les Américains

Les « sanctions » russes et la répression qui vient pour les Américains

Daniel McAdams | 03 août 2017 |R on Paul Institute

La semaine dernière, j'ai écrit un article et accordé une interview pour expliquer que, d'après la lecture que j'en fais, dans le nouveau projet de loi sur les sanctions contre la Russie qui vient d'être signé par le président Trump, il se trouve une mesure qui ouvre la porte à la répression sévère de certains médias alternatifs, par le gouvernement américain.

08/08/2017 8 min legrandsoir.info #131974

Les nouvelles sanctions américaines contre la Russie - Une erreur stratégique

Moon of Alabama

illustration : "ou quoi ? Vous allez me supprimer de votre liste d'amis sur Facebook ?"

Récemment, le congrès américain a voté des sanctions contre la Fédération de Russie au motif de son ingérence présumée, mais absolument pas prouvée, dans les élections présidentielles américaines. Le vote a été quasi unanime.

Le président Trump a signé le décret.