17/07/2017 4 min ism-france.org martyr invasion occupation enfants palestiniens Al-aqsa #131340

Les jeunes d'Al-Aqsa dans le viseur d'Israël

Par Hanadi Qawasmi

15.07.2017 - Au cours des derniers mois, les autorités israéliennes d'occupation ont arrêté 13 jeunes palestiniens à Jérusalem Occupée pour leur appartenance à une organisation politique interdite par la loi israélienne, appelée « Organisation de la jeunesse d'Al-Aqsa ». Au début du mois, la police israélienne a mis en accusation cinq d'entre eux.

Jeunes palestiniens héroïques en défense de la mosquée al-Aqsa lors d'une des innombrables invasions des occupants israéliens
Selon les avocats de la défense, les arrestations ont eu lieu sur trois mois, et les détenus sont interrogés sur des accusations liées à leur présence, à leur activité et à leur intérêt pour des informations concernant la mosquée al-Aqsa.

Alors que des accusations sont portées contre Mahmoud Abdellatif, Thaer Abu Sbeih, Ayoub Zalloum, Muhammad Al-Bakri et Imad Abu Sneineh, les autres continuent de faire l'objet d'une enquête et attendent des inculpations claires et précises.

Accusations

Dans les actes d'accusation présentés à ce jour, la charge principale est celle qui concerne l'appartenance à une organisation politique interdite, La Jeunesse d'Al-Aqsa. En août 2011, l'ancien ministre de la Défense Ehud Barak a pris une décision déclarant cette organisation « groupe terroriste illégal ».

Selon les actes d'accusation, le procureur israélien affirme qu'il s'agit d'une « organisation » dont les membres visitent régulièrement la mosquée Al-Aqsa, organisent des activités qui s'y rattachent et qu'ils ont prévu de s'opposer aux colons qui envahissent la mosquée, et que ces membres sont responsables de l'organisation de retraites religieuses à l'intérieur de la mosquée sud pendant les incursions des colons lors des fêtes juives.

Les accusations comprennent une description d'activités normales dont la police de l'occupation accuse les prisonniers d'être responsables de l'organisation et de la participation à l'intérieur de la mosquée.

Les accusations portent également sur leur participation à un groupe sur WhatsApp, dans lequel ils échangent des informations sur les incursions des colons dans la mosquée, selon les dires de la police israélienne d'occupation.

Pour tenter de gonfler ces activités, la police de l'occupation a affirmé que le groupe était lié au martyr Misbah Abu Sbeih (poster ci-dessous) et qu'il était l'un de ses fondateurs. Abu Sbeih est l'auteur d'une fusillade qui a abattu deux soldats israéliens en octobre 2016.

Présence à Al-Aqsa

Dans un entretien, Maître Hamza Qutaina, l'un des quatre avocats chargés du suivi des dossiers des jeunes détenus, a dit que cette accusation n'est pas nouvelle dans les tribunaux israéliens et qu'au cours des six dernières années, le procureur israélien l'a portée contre de nombreux jeunes palestiniens de Jérusalem. D'après lui, le but des autorités d'occupation est de criminaliser la présence musulmane à Al-Aqsa.

Il a parlé des procédures d'interrogatoire très dures auxquelles les jeunes gens détenus sont soumis à Jérusalem, dont l'isolement cellulaire, la privation prolongée de sommeil, les longues heures d'interrogatoire et le manque de produits sanitaires adéquats pour les prisonniers.

Maître Khaled Zbarqa, qui a auparavant défendu plusieurs Palestiniens qui ont fait face aux mêmes accusations, a déclaré dans un entretien avec Al-Jazeera que la police israélienne porte un coup sévère à la présence islamique dans la mosquée.

Zabarqa a averti que l'occupation israélienne pourrait étendre les arrestations et qu'elle pourrait utiliser cette organisation politique pour poursuivre tout jeune qui entre régulièrement à la Mosquée al-Aqsa.

Combien d'enfants palestiniens ont été attaqués par l'armée d'occupation du début de la Deuxième Intifada, en septembre 2000,
à avril 2017 ?

3.000 tués, 13.000 blessés, 12.000 détenus

Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

ism-france.org

 commentaire