L'Arabie saoudite se dirige vers la guerre civile

16/07/2017 13 min mondialisation.ca #131291

Par William Craddick

Après des décennies pendant lesquelles elle a joué le rôle d'intermédiaire entre les États étrangers en s'établissant comme pouvoir régional, la politique de l'Arabie saoudite d'ingérence dans les affaires des pays voisins et le soutien à la terreur semblent avoir exacerbé les problèmes du pays et pourraient menacer de le plonger dans le chaos. Le mécontentement croissant devant les tentatives d'instauration de l'austérité, les problèmes économiques liés au prix fluctuant du pétrole et les signes du désaccord royal historique au sujet du successeur du roi Salman bin Abdulaziz Al Saud signifient que les aventures saoudiennes à l'étranger préparent une tempête parfaite pour un conflit civil qui pourrait conduire à une nouvelle instabilité au Moyen-Orient. La perturbation survient alors que d'autres États comme l'Iran et la Turquie se positionnent comme des concurrents potentiels pour le leadership de facto du monde arabe.

I. L'Arabie saoudite connaît des signes croissants d'instabilité

L'Arabie saoudite a connu un certain nombre de problèmes qui contribuent à sa déstabilisation interne. En avril 2017, Bloomberg a signalé que le roi Salman était obligé de rétablir les primes et les indemnités pour les employés de l'État, en revenant sur les tentatives de réforme des généreux programmes d'austérité de l'Arabie saoudite. Le gouvernement saoudien a insisté sur le fait que la décision était due aux « revenus supérieurs aux prévisions » malgré le fait que les observateurs notaient en mars que les réserves en devises étrangères de l'Arabie saoudite plongeaient alors qu'un tiers des États du Conseil de coopération du Golfe comprenant les Émirats arabes unis, Bahreïn, L'Arabie saoudite, Oman, le Qatar et le Koweït ont vu leurs cotes de crédit réduites et sont de plus en plus en désaccord sur une politique étrangère commune vis-à-vis de l'Iran.

Les problèmes financiers croissants du royaume s'expliquent en partie par la baisse du prix du pétrole. En janvier 2016, The Independent a noté que la baisse du prix du pétrole compromettrait les programmes de dépenses de l'Arabie saoudite et qu'un tiers des jeunes de 15 à 24 ans dans le pays ne travaillait pas. Le Journal of Petroleum Science and Engineering estime que l'Arabie saoudite connaîtra un pic dans sa production de pétrole d'ici 2028, mais cela peut être une sous-estimation incroyable. The Middle East Eye a cité des experts américains affirmant que les exportations nettes de pétrole de l'Arabie saoudite ont commencé à diminuer en 2006, continuant de baisser chaque année de 1,4% par année de 2005 à 2015. Citigroup a estimé que le Royaume pourrait manquer de pétrole à exporter d'ici 2030. La fin de la vache à lait du Royaume est susceptible de causer des problèmes dans une nation que The Atlantic a accusé de se gérer comme une « entreprise criminelle sophistiquée ».

II. Signaux croissants de conflit interne en Arabie saoudite

Il existe un certain nombre d'indications selon lesquelles la famille royale d'Arabie saoudite connaît également beaucoup de conflits internes. Le roi Salman a provoqué un bouleversement important dans le royaume en prenant l'initiative controversée de réviser totalement les règles de succession en Arabie saoudite et en nommant son fils, Mohammed bin Salman, en tant que prince héritier. Ce mouvement est dangereux étant donné qu'il a causé une division dans la famille royale. La revue Foreign Policy a noté que les forces de sécurité de l'Arabie saoudite ne sont pas sous l'autorité d'un seul commandant, ce qui signifie que l'armée court le risque de se fracturer en cas de conflit interne.

En 2015, The Independent a parlé avec un prince saoudien qui a révélé que huit des 11 frères de Salman étaient insatisfaits de son leadership et envisageaient de lui retirer le poste, en le remplaçant par l'ancien ministre de l'Intérieur, le prince Ahmed bin Abdulaziz. NBC News a révélé que la promotion du fils de Salman au poste de prince héritier a également mis en colère le prince Muhammad bin Nayef, qui était auparavant en ligne pour le trône et qui est connu pour sa position dure envers l'Iran. Le 28 juin 2017, le New York Times a rapporté que Nayef avait été empêché de quitter l'Arabie saoudite et avait été confiné à son palais à Jidda, avec ses gardes remplacés par d'autres fidèles à Mohammed bin Salman.

Nayef gouverne la région de l'Est de l'Arabie saoudite, qui est décrite comme l'une des provinces les plus susceptibles de se rebeller en cas de conflit civil en raison de la grande population de musulmans chiites de la région. Il est généralement considéré comme l'un des principaux avocats de l'exécution en 2016 du clerc chiite Nimr al-Nimr, un mouvement qui a provoqué une colère sérieuse chez les Iraniens. La famille de Nayef a également des liens historiques avec les groupes insurgés utilisés par l'Arabie saoudite comme outil de politique étrangère. Son père, Nayef bin Abdulaziz Al Saud, a été ministre de l'Intérieur et a contrôlé les services de renseignement interne de l'Arabie saoudite, la police, les forces spéciales, l'agence de répression des drogues et les forces des Moudjahidines.

Le roi Salman a utilisé la guerre au Yémen pour contrecarrer l'insatisfaction des élites en provoquant ce que le Washington Post décrit comme une poussée du sentiment nationaliste parmi les citoyens. La décision a également servi de tentative pour prendre des mesures proactives contre le soutien iranien aux rebelles Houthi du Yémen et prévenir la déstabilisation du printemps arabe. Mais si l'intervention a peut-être fourni à Arabie Saoudite des avantages à court terme, elle a également contribué à une fracture accrue du Moyen-Orient et a permis aux États voisins de prendre des mesures pour remplacer l'Arabie saoudite en tant que puissance dominante de la région.

III. Les changements géopolitiques augmentent la vraisemblance des conflits

Ce n'est pas seulement le Yémen qui cause la préoccupation des Saoudiens. Des années d'ingérence signifient maintenant que le royaume mène de plus en plus ses affaires étrangères dans le but d'éviter la déstabilisation interne et d'équilibrer la donne du jeu de carte régionale. Les communiqués de câbles diplomatiques diffusés par WikiLeaks et provenant du ministère des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite montrent que les fonctionnaires s'engagent à continuer de détruire le régime syrien de peur que le gouvernement d'Assad puisse se livrer à des représailles pour la guerre civile destructrice. L'Arabie saoudite a contribué à alimenter la guerre en soutenant les groupes terroristes islamiques. Les câbles du département d'État publiés par WikiLeaks montrent que l'Arabie saoudite est considérée comme le bailleur de fonds le plus important des groupes terroristes sunnites à l'échelle internationale. Mais, comme pour les interventions étrangères, le terrorisme comme outil de politique étrangère sert à diriger au mieux l'énergie destructrice.

Il existe depuis longtemps des craintes que la méthode ne se développe de sa propre initiative et crée des problèmes pour les bienfaiteurs de la terreur. Les forces de sécurité saoudiennes ont régulièrement eu des problèmes d'infiltration par des groupes terroristes. En 2001, Stratfor a noté la préoccupation croissante de la famille royale concernant l'augmentation des sympathisants terroristes parmi les militaires en raison des craintes que certains des groupes insurgés ne soient pas amicaux envers le royaume. Des groupes de terroristes, tels que ISIS au cours des dernières années, se sont engagés dans un certain nombre d'attaques contre des cibles saoudiennes, y compris des attentats-suicides qui visaient la sainte ville islamique de Médine et la Grande mosquée de La Mecque.

Traditionnellement, le pouvoir au Moyen-Orient a été divisé entre les gouvernements israélien et saoudien. Cet ordre régional pourrait toutefois commencer à changer, en raison d'une combinaison de la stratégie américaine fluctuante et des tentatives d'autres États du Moyen-Orient de devenir des acteurs plus importants dans la région. En mars 2016, Julian Assange a noté dans New Internationalist que des stratèges américains comme John Brennan considéraient de plus en plus le lien israélo-saoudien comme un obstacle pour des intérêts stratégiques américains plus larges, en particulier en ce qui concerne l'Iran.

Ce changement politique se joue actuellement avec la crise au Qatar. Le Qatar s'est historiquement positionné comme un centre diplomatique au Moyen-Orient, restant amical avec l'Iran et offrant à plusieurs groupes insurgés tels que les talibans un lieu de négociation. Les courriels de John Podesta révèlent que le Qatar a soutenu des groupes terroristes tels que ISIS aux côtés de l'Arabie saoudite, mais l'a fait avec l'intention de rivaliser avec d'autres groupes terroristes. Des factions au Qatar ont également soutenu al-Qaïda, al-Nusra, le Hamas et les Talibans. De plus, le média Al-Jazeera du Qatar a également provoqué l'Arabie saoudite en fournissant une couverture dérangeante de problèmes précédemment non reconnus au Moyen-Orient (bien que la couverture critique de la politique qatarie ait été épargnée). NPR a également noté que le Qatar a été ouvertement en compétition avec l'Arabie saoudite pendant le printemps arabe, lorsque les deux parties ont appuyé des factions opposées dans des pays comme l'Égypte. Le conflit avec le Qatar crée un risque très réel que les hostilités puissent se répandre en Arabie saoudite, compte tenu du soutien des deux parties aux groupes terroristes.

L'éruption récente a également révélé l'émergence d'un nouvel ordre au Moyen-Orient : les États qui défendent l'ancien lien israélo-saoudien et ceux qui souhaitent redessiner l'équilibre du pouvoir. L'Arabie saoudite est soutenue par l'Égypte, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et les Maldives. Le Qatar a été soutenu par l'adversaire régional de l'Arabie saoudite, l'Iran et la Turquie. La Turquie a continué d'augmenter son rôle au Moyen-Orient ces dernières années et est perçue par les États-Unis comme un acteur approprié pour équilibrer l'influence saoudienne dans des pays comme le Pakistan. La Turquie et l'Iran sont maintenant activement chargés de contester l'Arabie saoudite, car la Turquie déploie des troupes au Qatar et l'Iran soutient le petit état du Golfe avec une aide alimentaire. Si les deux États survivent à la déstabilisation des coups et du terrorisme, ils sont bien placés pour bénéficier de toute réduction future de l'influence saoudienne.

IV. Les dangers d'un conflit civil saoudien

Une guerre civile ou un conflit interne en Arabie saoudite prendrait rapidement une dimension internationale. Les entrepreneurs de la Défense sont de plus en plus courtisés par des fonds saoudiens dans le cadre d'un effort visant à réviser l'armée, dont une partie comprend le récent accord de 100 milliards de dollars avec les États-Unis. L'Arabie saoudite a de plus en plus utilisé des sociétés militaires privées telles que Blackwater, qui fournit actuellement du personnel à la coalition saoudienne au Yémen.

Le spectre de la prolifération nucléaire au Moyen-Orient soulève également des craintes que les armes puissent tomber dans de mauvaises mains ou être utilisées de manière indiscriminée. Julian Assange a répété les déclarations de 2010 du directeur d'Al-Jazeera selon lesquelles le Qatar est en possession d'une arme nucléaire. L'Arabie saoudite elle-même est également soupçonnée de posséder des armes nucléaires. En 2013, BBC News a signalé que l'Arabie saoudite avait des armes nucléaires « sur commande » en provenance du Pakistan, dont le programme nucléaire était financé par les Saoudiens. En 2012, les Saoudiens ont également conclu un accord de collaboration atomique avec la Chine qui prévoit que Riyad construira 16 réacteurs nucléaires dans le pays au plus tard en 2030. Les acquisitions d'armes de destruction massive par des pays arabes ont suscité des inquiétudes auprès des responsables du renseignement israélien qui craignent que les pays qui acquièrent ces systèmes d'armes ne les utilisent pas efficacement.

Si le conflit avec le Qatar (ou l'une des autres régions multiples où l'Arabie saoudite est intervenue) est hors de contrôle, la prolifération potentielle des systèmes d'armes nucléaires pose un grave danger. Les conflits internationaux, les interventions régionales et les opérations terroristes créent tous le risque que ces armes pourraient, intentionnelles ou par inadvertance, être utilisées. Une guerre civile saoudienne crée également un risque pour la communauté internationale, car il y aurait des troubles majeurs si les villes saintes de La Mecque et de Médine étaient endommagées lors d'un conflit.

La chute des réserves de devises, une diminution de l'offre de pétrole, les conflits au sein de la famille royale et la menace toujours présente que les réseaux terroristes provoquent des retombées pour leurs bienfaiteurs indiquent tous que l'Arabie saoudite est en pleine crise. Le conflit qatari continuant de s'envenimer, les vraies questions ne devraient pas porter sur la fin potentielle du terrorisme ni sur l'éthique des nouvelles ventes d'armes dans les pays arabes, mais sur ce à quoi le monde espère que le Moyen-Orient ressemblera une fois que la poussière sera retombée.

William Craddick

Article original en anglais : Saudi Arabia's March Towards Civil War, Disobedient Media, le 29 juin 2017

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

La source originale de cet article est disobedientmedia.com

mondialisation.ca

 commentaire