Gaza plongée dans le noir total : honte à tous les responsables

14/07/2017 3 min europalestine.com #131225

L'unique turbine de l'unique source d'électricité de Gaza, sa centrale au fioul, s'est arrêtée mercredi soir, plongeant le territoire palestinien et ses deux millions d'habitants dans une obscurité totale.

Cette situation insupportable est le résultat de la collaboration conjuguée d'Israël, qui maintient depuis 10 ans un blocus quasi-complet de la bande, du président palestinien Mahmoud Abbas, de la dictature égyptienne, le tout avec l'assentiment de « nos » gouvernants, Macron and co.

Pour rappel : jusqu'au printemps dernier, l'alimentation de Gaza ; dépendait, pour l'essentiel, de l'électricité vendue -au prix fort- par l'occupant israélien. Une électricité déjà rationnée, correspondant, par habitant, à 10 ou 15 fois moins que la consommation moyenne d'un citoyen israélien ou français, par exemple.

Mais Mahmoud Abbas a ensuite informé les Israéliens que son « Autorité » ne paierait plus pour les Gazaouis tant qu'ils n'auraient pas renversé le gouvernement du Hamas, et cette source d'énergie a considérablement réduite, Israël ne mettant plus à disposition que 70 Mégawatts au lieu de 120 antérieurement.

(la gestion de la pénurie... avant l'arrêt de la centrale)

D'un autre côté, les dirigeants égyptiens, arguant des dommages créés à leur réseau par la guerrilla djihadiste dans le désert du Sinaï, ont eux aussi coupé les raccordements vers Gaza.

Restait la centrale au fioul de Gaza, située à Nusseirat au milieu de la bande, dont la puissance, de 60 Mégawatts seulement, est très réduite du fait des bombardements israéliens il y a trois ans.

Alors, à grand renfort de publicité, le gouvernement égyptien a annoncé fin juin la livraison -payante, bien sûr-, de fioul : 4.000 tonnes, dont on n'est même pas sûr qu'elles soient intégralement arrivées à la centrale, une partie des chargements pouvant avoir été détournée, et vendue aux marchés noirs aux plus riches des Gazaouis disposant de générateurs privatifs.

Toujours est-il que ces tonnes de fioul n'ont permis qu'une production d'électricité insignifiante au regard des besoins de la population, soixante heures de fonctionnement de la centrale en tout et pour tout. Quinze jours plus tard, en dépit des rationnements extrêmes auxquels ont été soumis les habitants, il n'y avait plus une goutte de l'hydrocarbure à Nusseirat, et son unique turbine opérationnelle a dû être arrêtée.

Ce qui se passe à Gaza est un crime contre l'humanité. Signez la pétition pour la levée immédiate du blocus de Gaza à :
change.org

CAPJPO-EuroPalestine

europalestine.com

 commentaire