Un incendie détruit le marché de Camden à Londres

12/07/2017 4 min mondialisation.ca #131189

Par Chris Marsden

L'incendie a dévasté le marché de Camden Lock aux petites heures du lundi matin. Le brasier de ce monument, dans un quartier à la mode visité par 28 millions de personnes par an, a été combattu par 10 camions de pompiers, 70 pompiers et une grande échelle.

Les services d'urgence ont d'abord été appelés à intervenir vers minuit dimanche sur le site qui est la quatrième attraction touristique la plus visitée de Londres. Les pompiers du centre et du nord de Londres ont été sollicités pour contenir le feu.

L'incendie s'est déclaré dans une propriété près de Camden Sables et s'est propagé « très vite ». Les pompiers étaient déterminés à empêcher le feu d'atteindre les restaurants tout prés.

Le feu a fait rage pendant trois heures et a détruit environ 30 pour cent des premier, deuxième et troisième étages. À 15 h 20, les pompiers ont déclaré que l'incendie était maîtrisé. Un tiers du toit a été endommagé.

Les reportages faisaient état de personnes présentes sur les lieux en larmes, ce qui était sans doute en grande partie lié à l'embrasement qui a détruit Grenfell Tower récemment. Le marché a fermé vers 19 heures, donc aucune victime n'a été signalée. Un porte-parole du Samu de Londres a déclaré que personne n'avait été soigné sur place.

Un certain nombre de commerces ont été détruits, y compris des cordonniers, des bijoutiers, des photographes et un magasin de guitare.

C'est le troisième incendie majeur sur les marchés dans le quartier de Camden.

En février 2008, le marché du canal de Camden a été détruit par un incendie qui a détruit plusieurs monuments locaux et a fait cesser les activités du marché au bord de l'eau pendant 15 mois. Le Grand incendie de Camden, comme il a été désigné, a provoqué l'évacuation de plus de 100 personnes de chez elles.

En 2014, un incendie a ravagé le Stables Market, nécéssitant l'évacuation de plus de 600 clients et convives.

Peu d'informations ont été officiellement divulguées à propos de la cause de ce dernier incendie. Mais selon le Evening Standard, l'on pense que le feu s'est déclaré dans certains étals d'artisanat derrière un restaurant Honest Burger.

Le journal cite Joanne Wyong, qui possède un étal de bijoux, déclarant : « Je suis totalement dévastée. Les pompiers ont posé des questions sur toutes les rallonges électriques. Il n'y a pas de prises dans les murs, alors tout le monde utilise des rallonges qui se branchent sur une barre au toit. C'est là-dessus que les pompiers enquêtent. »

Il convient de noter que déjà en 2008, les changements dans les règles de sécurité incendie étaient cités comme un facteur majeur rendant les marchés dangereux. L'édition du 14 février 2008 du Camden New Journal local comportait un article intitulé, « C'est un miracle que personne ne soit mort : mais cela pourrait-il se reproduire ? »

Le journal avait noté que « la sécurité incendie sur les marchés affairés pourrait finalement être entre les mains de chaque commerçant [..]. depuis une modification de la loi à la fin de 2005, la responsabilité de la sécurité a été retirée au corps des pompiers. Il revient maintenant à chaque commerçant de respecter les règles sur les incendies et de payer pour toute mesure visant à mettre son étal ou magasin en sécurité ».

Le journal avait cité un porte-parole des pompiers déclarant : « Elle [la sécurité] est auto-régulée et exige que la personne responsable des locaux entreprenne des évaluations des risques d'incendie et, le cas échéant, agisse après des constatations importantes. »

Camden Market Holdings (CMH), propriétaire des terrains le long des canaux, a déclaré qu'il n'était pas de leur responsabilité de s'assurer que tous les étals respectent les normes sur les incendies.

Piers Codling, l'expert d'alors de l'entreprise, avait déclaré : « Nous sommes responsables des terrains globalement, mais chaque commerçant est responsable de son propre étal. [..]. Il serait impensable que les pompiers permettent à une entité comme Camden Market de fonctionner si cette dernière n'était pas sûre. »

Grenfell Tower, et maintenant Camden Lock, prouvent que l'élimination des règles de sécurité incendie a permis l'existence continue de situations dangereuses dans l'immobilier résidentiel et commercial au cœur de Londres.

Chris Marsden

Article paru en anglais, WSWS, le 11 juillet 2017

La source originale de cet article est wsws.org

mondialisation.ca

 commentaire