Un iceberg 60 fois plus grand que Paris se détache de l'Antarctique

12/07/2017 3 articles 2 min fr.sputniknews.com #131177

© AFP 2017 TORSTEN BLACKWOOD

Mesurant environ 6.000 kilomètres carrés et pesant plus d'un mille milliard de tonnes, un iceberg s'est détaché de la plate-forme de glace Larsen C, ont affirmé mercredi des chercheurs de l'Université de Swansea, au Royaume-Uni.

 MIDASOnIce12/07/2017 10:29:30  971  1864  5405/192
Breaking news! The iceberg has fully detached from Larsen C - more details to follow soon

«La formation s'est produite entre lundi et mercredi», précisent les scientifiques, qui surveillaient l'évolution de ce bloc de glace gigantesque.

Des chercheurs observaient depuis des années la fissure qui longe la plateforme de glace Larsen C près de la côte orientale de la péninsule Antarctique. Auparavant, les scientifiques ont affirmé que la désintégration était liée au réchauffement climatique dans la péninsule. Le détachement du glacier risque de provoquer une augmentation du niveau de la mer, redoutent les chercheurs.

Détails à suivre

fr.sputniknews.com

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
écologie 12/07/2017 5 min #131179

Antarctique : visualisez l'iceberg géant qui s'est détaché du continent

a fortement reculé en 2016] à cause de records de températures (jusqu'à 20 °C supérieures aux normales de saison), au sud, l'ouest de l'Antarctique est continuellement déstabilisé par la fonte des barrières de glace flottantes.

Larsen est l'une de ces barrières glacées menacée de disparition. Une crevasse géante y progressait depuis plusieurs années, précisément dans sa partie « C ». Ce 12 juillet, la faille géante a finalement achevé de séparer un bloc géant entier de glace du reste du continent, formant un iceberg d'environ 5 800 km² et de mille milliards de tonnes.

médias 14/07/2017 2 min #131239

Les médias et l'Antarctique

Un iceberg géant, d'une superficie de 5 800 km2, s'est détaché de l'Antarctique entre le 10 et le 12 juillet 2017. Des constatations similaires avaient été observées en 1995 et en 2002.

Selon The New York Times, cette nouvelle confirme la prédiction du chercheur états-unien John H. Mercer, publiée dans Nature en 1978 : la calotte polaire (inlandsis) va disparaître sous l'effet du réchauffement climatique.