12/07/2017 8 min mondialisation.ca G20 capitalisme provocation violence incroyable Allemagne #131153

Les manifestants du G20 s'élèvent contre la répression de la police

Par Reporters de WSWS

Une manifestation majeure contre le sommet du G20 a eu lieu à Hambourg samedi alors que les dirigeants des 20 grandes puissances mondiales se sont retrouvés à quelques kilomètres seulement. Environ 60 000 personnes ont quitté la Deichtorplatz près de la Gare Centrale pour le Heiliggeistfeld. À la suite d'attaques policières brutales contre des manifestants pacifiques, la question de la violence policière a dominé la manifestation.

Jesse et Cosvin ont signalé à quel point la police avait agressé la jeunesse. Les deux lycéens ont seulement 15 ans, mais ont participé à plusieurs manifestations ces derniers jours. « Hier, par exemple, nous étions dans une manifestation « De la jeunesse pacifique contre le G20 », qui a dégénérée à cause de la police parce qu'ils nous ont battus avec des matraques affirmant que nous bloquions le passage », a déclaré Jesse. À son avis, la violence a été initiée principalement par la police.

Jesse et Cosvin

Cosvin était d'accord. Lors de la manifestation, les policiers ont soudainement crié : « Hors du chemin ! », Puis ont ouvert le chemin de force. « Ils n'ont même pas donné aux manifestants une seconde pour se dégager, mais ils ont commencé à nous frapper immédiatement. Je veux dire : les gens qui poussaient derrière avaient rendu impossible de battre en retrait, puis ils attaquent. » Cosvin pensait que c'était une provocation inutile que la police utilise des canons à eau lors de la manifestation de la jeunesse. « Cela aurait pu être évité », a déclaré l'étudiante. « Cela est toujours représenté différemment à la télévision », a-t-elle ajouté.

Jesse a ajouté qu'il pouvait à peine dormir au cours des derniers jours en raison du bruit constant des hélicoptères de la police. Bien qu'ils s'opposent à la violence policière et à la présence constante des forces de sécurité, elles ne les ont pas surpris.

Les choses étaient assez différentes pour Gero. Le spécialiste en informatique autonome a roulé depuis Essen pour participer à la manifestation afin de protester contre la violence policière. Il a pris cette décision spontanément après avoir vu une vidéo d'une attaque policière sur un camp de protestation à Entenwerder. Il avait collé un morceau de papier sur un couvercle en plastique sur lequel il avait exprimé son indignation en gros caractères : « La police de Hambourg : faire dégénérer jusqu'à ce qu'il y ait des morts et des blessés ! Violation de la constitution ! »

Gero a été complètement surpris par les actions de la police. Pendant 20 ans, il avait « soutenu les activités de la police, pensait qu'ils avaient raison et ne croyait pas aux légendes qu'ils battaient les manifestants ». Mais il avait vu « comment les unités ont pris d'assaut un champ où il y avait 11 tentes - ces gens-là ont dû être incroyablement dangereux », a-t-il commenté de façon sarcastique. La police a ensuite employé du gaz poivré contre les résidents du camp, sans aucune provocation.

Gero était familier de la décision de la Cour constitutionnelle fédérale, qui a déclaré que le camp était légal, y compris les tentes. « Si vous pensez que c'est fini, la police a violé une décision de la Cour constitutionnelle fédérale avec la décision qu'ils ont prise au sujet du rassemblement. »

Les actes autoritaires de la police, qui sans aucune inhibition ont totalement violé la loi, ont également été le principal problème pour un groupe de jeunes qui ont écrit sur leur pancarte : « Les chefs de police d'Istanbul, Riyad et Moscou accueillent leurs collègues "démocratiques” à Hambourg ! »

La pancarte dit : « Les chefs de police d'Istanbul, de Riyad et de Moscou accueillent leurs collègues 'démocratiques' à Hambourg ».

En fait, actuellement Hambourg ressemble à une ville sous siège. Vingt-neuf mille officiers des 16 états d'Allemagne sont présents dans la ville, soutenus par des unités des forces spéciales d'autres pays européens. Quiconque traversait le centre-ville samedi, même loin de la route des manifestations, a trouvé des officiers et des véhicules de police dans presque toutes les rues.

La police a également acquis des équipements clairement conçus pour les conflits de guerre civile. En regardant depuis la manifestation vers les rues secondaires, on pouvait voir à une certaine distance des douzaines de policiers lourdement armés, masqués et portant des cagoules, et certains portant des casques. Les canons à eau et les véhicules blindés étaient toujours prêts. Alors que des dizaines de milliers de personnes suivaient la route de la manifestation, la ville apparaissait comme une ville fantôme au-delà des blocages de la police. Pas une seule voiture ne conduisait dans les rues secondaires ou celles qui étaient parallèles à la manifestation, et même aucun piéton n'était visible.

La police avec des canons à eau

Peu de temps après le début de la manifestation, une ligne de policiers a flanqué la marche des deux côtés. Alors que les familles avec enfants, les jeunes et les personnes âgées marchaient entre eux dans une atmosphère détendue, la police a mis ses cagoules et d'un côté, même leurs casques. Deux, parfois trois, hélicoptères ont circulé en permanence au cours de la procession, où les gens dansaient sur de la musique et riaient. Le contraste entre une manifestation pacifique et un pouvoir étatique omniprésent ne pouvait guère être plus grand.

Pour Eugen, un retraité de 75 ans, la source de la violence était claire. Sur sa pancarte, qu'il portait haut devant lui en pleine vue avant que commence la manifestation, il avait écrit : « Ceux qui préparent la violence se rencontrent actuellement dans le centre des expositions. » C'était une référence aux participants du sommet, qui sont tous responsables pour « toute la misère, qui existe et se développe continuellement dans ce monde », comme il l'a dit. Il « craint fortement une guerre mondiale ». Il a également reproché à la politique allemande d'avoir directement profité des guerres par des exportations massives d'armes.

Eugen, avec une pancarte indiquant : « Les personnes qui préparent la violence se rencontrent actuellement dans le centre des expositions ».

Eugen, qui travaillait naguère comme constructeur de navires, voit le problème fondamental comme étant le capitalisme. « On ne doit pas s'efforcer de bricoler avec le capitalisme » et de chercher de petits changements, mais plutôt de l'abolir : « Je ne me préoccupe pas de comment s'appelle ce qui prend la suite, mais le capitalisme doit être vaincu. »

Mais beaucoup de banderoles ont exprimé l'espoir d'un monde uni ; « La paix » était l'un des mots le plus souvent visibles. Un sujet de discussion commun a été que l'Afrique, un continent entier, était entièrement exclue des délibérations du G20, ce qui scandalisait beaucoup du monde. Certains espéraient un monde meilleur grâce à une coopération plus étroite aux Nations Unies. Cosvin, l'étudiant de 15 ans, a appelé à une réunion de toutes les nations, « Un G194 ».

Oliver, avec une pancarte qui dit : « Imaginez que vous avez besoin d'asile et que personne ne vous aide. »

La participation enthousiaste de nombreux étudiants et jeunes était clairement visible. Oliver, qui a voyagé de Berlin pour participer, pense que c'était un signe positif. Le jeune professeur a écrit : « Imaginez que vous avez besoin d'asile et que personne ne vous aide ! » Son t-shirt a déclaré : « Les réfugiés sont les bienvenus ! »

Il considère le G20 comme un « club pour l'élite », qui sont unis sur la plupart des questions : l'Europe reste une forteresse, et les États-Unis veulent aussi se protéger contre le flux de réfugiés du sud. « Je me préoccupe de la paix mondiale », a déclaré Oliver. Cependant, le conflit réel ne se déroule pas actuellement entre les armées, a-t-il ajouté, mais plutôt dans la société. Qu'il s'agisse de la faim ou du changement climatique dans le monde, « ceux qui ont le plus de poids sont les gens, et cette guerre dure depuis longtemps ».

Interrogé sur ce qui peut être fait maintenant, Oliver a déclaré : « Je suis un optimiste. » Il suffit de regarder « combien de jeunes sont ici. Je pense que c'est une grande déclaration. »

Article paru d'abord en anglais, WSWS, le 10 juillet 2017

La source originale de cet article est wsws.org

mondialisation.ca

newsnet 17/07/12 11:06
On ne doit pas s'efforcer de bricoler avec le capitalisme » et de chercher de petits changements, mais plutôt de l'abolir
 commentaire