aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

A l'heure de l'américanisation du monde - La nouvelle trahison des clercs

Manuel de Diéguez

1 - Le retour aux nations

En 1927, Julien Benda (1867-1956) publiait un essai retentissant qui sera réédité au lendemain de la Libération, en 1946, et qui allait se trouver traduit dans toutes les langues, La Trahison des clercs.

Benda haïssait les nations. Dans la multitude des Etats, il voyait une arène vouée au reniement des droits universels de l'esprit. Sitôt qu'un intellectuel trahissait sa vocation à chanter l'intemporalité du monde réel, il fallait en accuser le séculier et le profane.

Mais, en ce temps-là, Israël n'avait pas encore redécouvert la sacralité des patries. De plus, la décolonisation battait son plein. Une foule de petites nations se pressait aux portes du mythe nouveau, celui d'un temporel réhabilité à l'échelle planétaire. Naturellement, ce nouvel émiettement comblait d'aise l'empire américain. Quelle occasion inespérée pour lui d'étendre sa ramure ou de multiplier ses alluvions.

Certes, le repli de Julien Benda dans un monde idéal et soustrait au temporel crevait les yeux. Mais sitôt qu'Israël a retrouvé le statut officiel d'une nation, cet Etat s'est revendiqué les ambitions territoriales et l'identité collective viscéralement conjointes à la définition même des Etats. Que dirait Benda aujourd'hui?

2 - Les délices de la servitude

Cependant, la question de fond posée par La Trahison des clercs est demeurée d'une grande actualité. Car il faut maintenant se demander si la nouvelle trahison des clercs ne serait pas de tourner subitement le dos au mufle de l'histoire et de renoncer purement et simplement à poursuivre le combat aux côtés des Etats.

C'est ainsi que Régis Debray se calfeutre maintenant dans un renoncement et dans une forme nouvelle de désertion du champ dr bataille qui lui font écrire que "l'Européen otanisé ne manque pas de motifs circonstanciés pour s'adapter au monde tel quel est selon le principe: 'On a toujours raison de ne pas se révolter". (Civilisation, Gallimard 2017. p.216) Il ajoute tranquillement que "nous ne sommes ni occupés, ni vaincus". (Ibid., p.204). C'est oublier les cinq cents garnisons américaines qui quadrillent et occupent l'Europe.

Après l'énoncé d'une telle contre-vérité, le guerillero, désabusé, se contente de constater et même de justifier le vichysme politique des Européens : "Contester l'ordre établi exige des ressources morales et psychologiques que seule peut procurer une conviction religieuse profondément ancrée (...) voire une mystique nationale. Nous, Européens, avons déjà donné. (...) La négociation a minima vins/fromages correspond mieux à l'état de nos forces morales." (Ibid., p. 216)

3 - A la recherche d'une définition de l'objectivité

Pour élucider la question soulevée par Julien Benda, observons comment les Tite-Live et les Tacite y ont répondu, car le problème de la trahison des clercs est de tous les temps. L'empire romain passait à ses propres yeux pour un monde idéal. Mais, dans le même temps, Tite-Live se montre exigeant face au devoir propre à l'historien et, sur ce plan-là, il prend plusieurs longueurs d'avance sur Tacite. Car l'auteur des Annales savait fort bien qu'on ne dirige pas un empire dans l'esprit d'un honnête sénateur romain du temps de Cincinnatus et de sa charrue. De même, on ne dirige pas cinq cent millions d'Européens avec des régiments de fonctionnaires.

Certes, Tacite prétendait écrire sine ira et studio - sans colère et sans esprit de parti - mais il ne s'étendait pas sur la faiblesse d'un Marc-Aurèle, qui n'avait pas empêché l'empire de tomber entre les mains de son fils Commode, le conducteur de chars et le tyran issu des relations de son épouse avec un gladiateur, tandis que Tite-Live décryptait en hyper réaliste, comment les sénateurs romains avaient froidement assassiné leur roi Numa Pompilius, puis avaient imaginé de le faire descendre du haut des nues afin de lui faire chanter la gloire future de Rome et son expansion à la terre entière.

Tantôt l'examen par Tite-Live de la décadence des Gallo-romains dans l'empire le ferait accuser de racisme encore de nos jours, tantôt il analysait d'une plume acérée et sereine l'influence du climat sur l'âme fruste et féroce des Gaulois d'autrefois, auxquels les Romains vaincus lors de l'invasion de Brennus en 390 avant notre ère avaient payé un tribut en or massif.

Tel est le contexte dans lequel un Julien Benda d'aujourd'hui poserait crûment la question de savoir si les intellectuels français d'aujourd'hui sont coupables de trahison à l'égard de leur patrie.

4 - Intus, intus, equus troyanus

Intus, intus, equus troyanus. Il est en vous, il est en vous le cheval de Troie, s'écriait Cicéron face aux sénateurs qui entendaient livrer la République à Catilina.

Qu'en est-il de nos jours de la trahison des clercs de France? Pourquoi gardent-ils un silence complice face à l'occupation de l'Europe entière par cinq cents bases militaires américaines incrustées de Ramstein à Sigonella et de Bruxelles aux frontières de la Roumanie, et cela vingt-six ans après la chute du mur de Berlin, qui a reconduit la Russie à l'économie de marché et a rendu grotesque la pseudo menace militaire mondiale de l'ex-empire des tsars?

Qu'en est-il de la trahison des clercs de France à l'heure où le peuple allemand descend dans la rue pour dénoncer la trahison du Parlement européen? En effet, ce Parlement a osé signer avec le Canada, un vassal inconditionnel des Etats-Unis, un accord commercial qui autorise les grandes entreprises américaines cachées derrière le paravent du Canada, d'attaquer en justice toute nation du Vieux Monde dont la politique nuirait aux intérêts du consortium américano-canadien?

Qu'en est-il de la trahison des clercs d'Occident, quand il crève les yeux que le Parlement européen se livre à une titanesque mascarade et fait sottement étalage de sa vertu au nom des "principes universels du libre-échange"? On tente ainsi de cacher au peuple que la question préalable de constitutionnalité, devrait s'appliquer au contenu du Traité de Lisbonne, tellement il est évident que les constitutions prétendument démocratiques des Etats européens ressortissent à une trahison pure et simple de la souveraineté des Etats. En effet, elles légalisent l'occupation éternelle des nations par les forces militaires de l'empire américain caché sous le parapluie de l'OTAN.

Qu'en est-il de la trahison des clercs d'Occident qui gardent un silence embarrassé, mais assourdissant, face aux menaces bancaires d'un empire décidé à affaiblir ses vassaux, auxquels il tente d'interdire la construction du North Stream II - gazoduc pourtant indispensable à leur économie?

Qu'en est-il de la trahison des clercs d'Occident qui ne se révoltent pas de ce que le puissant ministre de l'économie allemande, Wolfgang Schaüble, s'abaisse à supplier l'empire américain de continuer à dominer l'Europe?

Qu'en est-il de la trahison des clercs d'Occident lorsque la pâle ministre des affaires étrangères européennes, Federica.Mogherini, s'aligne sur l'injonction américaine de reconduire automatiquement les "sanctions" absurdes contre la Russie, pour cause de non-respect des "accords de Minsk" par le régime ukrainien?

Le cheval de Troie est bel et bien dans les têtes.

5 - Le cas de Sylvie Goulard, "l'exfiltrée"

On attend des intellectuels européens asservis au joug et au sceptre du Pentagone, non seulement l'objectivité de Tite-Live et à un moindre degré celle de Tacite, mais du moins celle d'un Quinte-Curce ou d'un Suétone. En effet, on peut lire chez Quinte-Curce comment les chefs militaires terrorisaient la troupe: on comptait dans l'armée des astronomes égyptiens qui épouvantaient la piétaille romaine à lui exposer les terribles bouleversements du cosmos qui allaient résulter de leur indiscipline, tellement les astres outragés allaient se venger. Chez Suétone, on apprenait comment Galba avait tenté de faire succéder à son propre règne celui du "vertueux Pison". Mais l'auteur nous informe également de ce que Galba était un homosexuel fervent et de ce que Pison n'était autre que son amant.

De nos jours, la trahison des clercs" est devenue protéiforme et diffuse au point d'innerver la planète entière de ses faux-fuyants, de ses subterfuges et de ses mascarades. Il est impossible aujourd'hui de cerner le concept de "trahison des clercs" sans constater que cette trahison compénètre les rouages des Etats et toute la vie politique des nations européennes, et cela sous les dehors mêmes d'un machiavélisme de garderie d'enfants.

Quand Mme Sylvie Goulard, nommée Ministre des armées dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron, avoue qu'elle touchait dix mille dollars par mois pour promouvoir les vues du Pentagone sur l'Europe asservie, le Journal du dimanche pourra bien faire connaître ces faits au corps électoral du "peuple souverain", mais vous ne verrez aucun quotidien et vous n'entendrez aucune radio et aucune télévision, répercuter la nouvelle et s'en indigner.

Du reste, il n'existe aucune autorité pénale européenne devant laquelle Sylvie Goulard pourrait se trouver citée à comparaître pour haute trahison, puisque, dans ce cas, ce serait toute l'intelligentsia politique et médiatique, ainsi que toute la classe dirigeante de l'Europe qui auraient à répondre de leurs actes.

6 - Caracalla

Alors que jusqu'en 212, la citoyenneté romaine n'était accordée qu'aux habitants de la péninsule et des colonies, à partir de cette date le droit de cité romain fut accordé à tous les hommes libres de l'Empire. Cette initiative généreuse en apparence visait en principe à l'unité morale de l'empire romain, mais elle fut une des causes de la dissolution de la citoyenneté et de l'affaiblissement de l'armée, parce qu'après l'édit de Caracalla, la citoyenneté romaine, qui était obtenue après vingt-cinq ans de service dans les troupes auxiliaires n'attirait plus personne. De même les Etats-Unis n'arrivent plus à recruter suffisamment de citoyens volontaires et accordent la nationalité américaine aux immigrés qui s'engagent à servir dans son armée.

La citoyenneté européenne, quant à elle, est d'autant plus fictive qu'elle crée une apparence de souveraineté politique fondée sur une Europe polyglotte et qui n'a jamais connu d'unité à l'échelle internationale. Du reste, une prétendue citoyenneté européenne ne retire la citoyenneté nationale à personne et demeure aussi strictement virtuelle que la citoyenneté romaine du juif Paul de Tarse, devenu Saint Paul.

Aussi longtemps que cette Europe pseudo politique et seulement nominale ne secouera pas le joug de Washington, et ne rejettera pas d'un geste rageur les "subtils parfums faisandés" (Debray, Civilisations, p. 229) de la démission et des jouissances "esthétiques" (Ibid., p. 228) nombrilistes, il ne sera question que d'une ombre de politique du Vieux Monde face au vainqueur de 1945, et d'une irrésistible progression de l'américanisation de notre astéroïde fondée sur le lâche consentement des Etats autrefois souverains et de leurs clercs médiatisés.

Car les héros fatigués chérissent désormais les délices que les décadences leur procurent. Le dernier chapitre de l'ouvrage de Régis Debray op. cit. est d'ailleurs intitulé Pourquoi les décadences sont-elles aimables et indispensables? Impossible, dit Debray, d'arrêter "les glissades le long du toit, les douces mises en veilleuse" de l'Europe américanisée. Et puis, pourquoi se révolter alors que "les crépuscules donnent du talent et que les viandes un peu faisandées, juste avant de se décomposer, libèrent de subtils arômes"? (Ibid. p.229)

Jouissons donc du "bouillonnement créateur" que nous permet aujourd'hui notre avachissement politique et notre soumission à l'empire.

La conclusion de l'ouvrage de Régis Debray enfonce le clou: "Qui a dit que sortir de l'histoire oblige à broyer du noir? Bien au contraire: ces périodes fastes et conclusives sont celles où la mélancolie du cœur n'empêche pas la gaieté dans l'esprit; où l'art de vivre est si loin poussé que certains peuvent vivre de l'art et pour lui; (...) où les convictions perdent leur force aveuglante.(...) Décadence, dira l'un, libération dira l'autre..." (Op. cit., pp. 230-231)

Je ne m'attendais pas à cet ultime aboutissement de mes relations avec Régis Debray, qui date de la parution de mon Dieu est-il américain? en 1957.

7 - La postérité de Julien Benda

Décidément la postérité de Julien Benda est immense, parce que toute anthropologie réellement scientifique et philosophique est appelée à regarder l'animal rationale de l'extérieur. Or, cette extériorité est précisément celle qui permettra de rédiger une histoire de la trahison des intellectuels des origines à nos jours. Intus, intus, equus troyanus: ce sont les intellectuels qui, à l'aube de l'humanité, ont projeté le masque de leurs dieux dualistes sur le cosmos.

Pour dresser un bilan à l'heure de la pause estivale, j'ajouterai seulement que le balancier du temps a basculé pour longtemps du côté du capital et qu'il faudra découvrir un socialisme de la justice afin de réapprendre que les sociétés humaines sont fondées, hélas, sur un abîme entre ce qui serait juste et ce qui demeure permis.

La pause estivale durera jusqu'à la fin du mois d'août.

J'étudierai alors ce qui se passe à l'heure où il devient ridicule de perdre son temps à nier l'existence de personnages fantastiques qui se cacheraient en divers endroits du cosmos. Les dieux d'hier enseignaient à leurs fidèles à se regarder dans les miroirs qu'ils leur tendaient. Aujourd'hui, l'heure est venue d'observer ce que les discours attribués à des personnages imaginaires nous enseignent qui nous sommes.

Le 7 juillet 2017

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr