8 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

Larvatus prodeo

Manuel de Diéguez

1 - La fatalité interne des déclins

Larvatus prodeo, je m'avance sous mes masques, écrivait Descartes.

On disait que la roche tarpéienne était proche du Capitole. Aujourd'hui, il devient clair que le Capitole court vers sa roche tarpéienne. La longue agonie des dieux du polythéisme était irréversible. Cela a été clairement démontré par les vains efforts de Julien l'Apostat (330 - 363) de les remettre en selle.

L'éjection du Vieux Monde de l'arène agissante de la planète est-elle inexorable et obéira-t-elle à ce modèle-là, ou bien une Europe actrice de l'histoire grandit-elle dans l'ombre? Avons-nous rendez-vous avec le soleil d'Austerlitz ou avec la Bérézina? Il ne s'agit plus de savoir s'il existera une Europe politique, mais si cette Europe-là sera vassale des Etats-Unis. De toute façon, il faut une philosophie de la fatalité des déclins, afin de répondre à la question de savoir si une Europe pensante et souveraine reviendra un jour sur le devant de la scène. En effet, dans l'empire romain hellénisé et quadrillé par des sophistes qui y couraient en tous sens, la Grèce n'a jamais retrouvé un rôle politique à l'échelle de la gouvernance du monde antique.

Si Montesquieu revenait parmi nous, ce serait cette question-là qu'il soulèverait dans un essai intitulé " Considérations sur les causes de la grandeur de la France et de sa décadence". Valéry disait déjà de l'Europe qu'elle n'était que "l'extrémité minuscule d'un continent".

Aujourd'hui, il convient de prendre pleinement conscience de la puissance politique de la démographie et de ce que seul Paris et ses banlieues demeurent à l'échelle des vingt millions d'habitants de Pékin. Les autres grandes villes de France ne sont plus que des bourgades d'à peine un demi-million d'habitants. Rappelons qu'au Siècle de Louis XIV, la France était le pays le plus peuplé d'Europe.

2 - Cacher la vérité

Le substantif même de "pensée" se trouve banni du territoire de la politique, et cela du seul fait que la politique se voit nécessairement prise en otage entre ce qu'il est possible d'expliquer au peuple et ce quel les gouvernants jugent suicidaire de lui enseigner. Hubert Védrine disait qu'il ne faut jamais parler de choses sérieuses devant les enfants! Le meilleur exemple en est la définition même que la loi de 1905 propose de la notion de laïcité: il y est dit noir sur blanc que cette loi ne "reconnaît aucun culte", ce qui, en bon français, signifie purement et simplement que les mythologies sacrées sont nulles et non avenues sur le terrain de la vérité philosophique et scientifique.

Puis la loi ajoute aussitôt que les croyances seraient cependant légitimées au nom d'une prétendue "liberté de conscience" pourtant disqualifiée d'avance, et cela tout simplement parce qu'il n'est pas politiquement payant d'échapper à la camisole de force du "politiquement correct".

La Ve République fera l'expérience que, de son côté, l'histoire événementielle obéit à des rapports de force et que les rapports de force n'y vont pas par quatre chemins. Que se passe-t-il quand la classe dirigeante française découvre qu'il n'est pas insignifiant d'élire le Président de la République au suffrage universel si celui-ci ne s'appelle plus René Coty ou Vincent Auriol, mais peut devenir un despote qui vous tiendra à sa merci?

C'est pourquoi on a vu François Fillon et Nicolas Sarkozy se rallier en toute hâte à un Président de la République qu'ils jugent d'avance redoutable. Puis ils se sont empressés de proclamer qu'ils quittent à jamais la vie politique, afin de se mettre prudemment à l'abri.

3 - La soumission au despotisme du Pentagone

Mais qui bénéficiera de l'élection d'un Président de la République devenu lui-même l'otage d'une puissance étrangère en tant qu'ex-banquier d'affaires du groupe Rothschild et récent Young Leader? Le despotisme du président Macron sera lui-même l'otage du despotisme du Pentagone, de la tyrannie de l'OTAN et de la dictature de la CIA.

On l'a bien compris au spectacle des deux visites d'Emmanuel Macron au village d'Oradour-sur-Glanes. Celles-ci contenaient un message à décoder à l'intention d'une Allemagne tentée par un retour à sa fierté nationale. C'était rappeler aux descendants des Germains d'Arioviste leurs forfaits d'il y a soixante-treize ans. C'était se poser en bouclier de la civilisation mondiale représentée par les forces armées américaines victorieuses en 1945, face aux barbares d'hier et d'aujourd'hui. C'était tenter de faire oublier la mise en tutelle perpétuelle de l'Europe tout entière sous le joug du traité de Lisbonne. C'était souligner que le premier pas de cette politique sera de laisser ouverte pour toujours la blessure de l'occupation allemande de 1940 à 1945. C'était également dire à l'Allemagne qu'elle demeurera à jamais la nation vaincue de la deuxième guerre mondiale. C'était lui rappeler un péché éternel et inexpiable et lui interdire de jamais retrouver sa dignité et sa souveraineté.

Une France aussi ouvertement prise dans la camisole de force de l'histoire réelle se trouvera entraînée à épouser les thèses fumeuses de la russophobie américaine et à diaboliser l'alliance de la Russie avec la Chine, ce qui s'est déjà clairement trouvé démontré par l'interdiction imposée par le Président Macron, à peine élu, de recevoir les journalistes russes à son quartier général, puis de dénoncer brutalement les organes de presse russes durant la conférence de presse du 29 mai 2017 à Versailles devant M. Vladimir Poutine en personne venu célébrer le tricentenaire de la visite à Paris du tsar Pierre 1er en 1717.

Je rappelle en passant que la République de Platon explique depuis vingt-cinq siècles l'extraordinaire pathologie psychobiologique d'une classe dirigeante qui - pincez-vous, tâtez-vous - tente de convaincre, de nos jours encore, de nombreux esprits, que le traité de Lisbonne serait "patriotique", donc compatible avec la définition même de la souveraineté.

4- La parenthèse Macron

Mais à quelque chose malheur est bon: la maturation politique du peuple français connaîtra nécessairement une accélération foudroyante, puisque cinquante sept pour cent du corps électoral a déserté les urnes le 18 juin 2017, afin d'échapper au formatage par les médias en faveur du nouveau pouvoir. Un réveil de la nation ne serait effectif que si le peuple français prenait conscience du joug de l'OTAN et de ses conséquences, à savoir l'américanisation systématique du monde, c'est-à-dire la participation forcée des Européens à la politique étrangère américaine et à ses guerres.

De toutes façons, le passage d'un américanophile et Young Leader par nature et par vocation, à la tête de la France démontrera qu'un homme d'Etat ne saurait se libérer de son long stage à la banque Rothschild et que les vrais Européens comprendront que, sans une alliance entre égaux avec la Russie, aucune force ne reconduira le Vieux Continent sur le chemin de sa souveraineté. Toute pseudo construction européenne dans le cadre du traité de Lisbonne n'est que fumisterie.

La parenthèse Macron sera nécessairement un temps mort, un passage à vide vers une Europe un jour délivrée du joug de sa mise sous tutelle, pour autant que ce prodige demeure envisageable. Georges Pompidou, lui aussi, portait les stigmates du joug américain. Mais à son époque, l'Angleterre n'obéissait encore qu'à une seule obsession, celle d'empêcher une unification politique de l'Europe face à ses rivages. Le Royaume uni était l'héritier du combat contre les ambitions successives d'Agricola, de Claude, de Jules César, de Domitien, de Charles-Quint, de Napoléon, de Hitler, qui tous avaient rêvé de l'envahir.

Aujourd'hui, le problème est différent: c'est de la vassalisation persistante et désespérante d'un continent par la volonté expresse de Washington et de la servilité des élites européennes qu'il s'agit. Et c'est de cette histoire-là de l'Europe que la parenthèse Macron ne sera qu'un accident de parcours et, en même temps, l'occasion d'une prise de conscience éventuelle. Mais l'ambition affichée d'une Europe politique et militaire demeurera une pure rêverie aussi longtemps que le traité abracadabrantesque de Lisbonne ne sera pas massivement rejeté.

Qui peut croire que le Parlement qui a été artificiellement composé le 18 juin 2017 d'une volière de trois cent cinquante perroquets, trouvera l'assise d'une véritable légitimation électorale? Peut-être fallait-il cette apparence momentanée de calme plat pour que l'histoire réelle ait des chances de se lever, qu'elle ait la force de dissiper les brumes de la communication et de la manipulation, qu'elle balaie les châteaux de cartes d'un Vieux Monde placé sous tutelle et qu'elle brise les chaînes du traité de Lisbonne.

On peut toujours rêver.

Voir : Halte à l'américanisation du monde, 14 avril 2017

Le 23 juin 2017

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr