Welcome to Macronia, ou comment fabriquer une majorité avec 20% des électeurs, un tiers de la population d'un pays

20/06/2017 3 min tlaxcala-int.org #130315

Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

La France compte 67 millions d'habitants. 47 millions sont inscrits sur les listes électorales. 57,4% d'entre eux se sont abstenus ou ont voté nul ou blanc au deuxième tour des législatives du 18 juin. Le parlement élu représente donc 20 millions de citoyens, autrement dit moins du tiers de la population totale.

Mais ces citoyens qu'il est censé représenter le sont d'une manière totalement injuste. Grâce au mode de scrutin inventé sur mesure pour le Grand Charles, Petit Manu dispose d'une majorité confortable avec seulement 9 millions des voix, soit moins de 20% des électeurs. Et cette majorité est tout sauf confortable. En effet, l'effet « ruée vers la mangeoire » qui a joué en sa faveur, lui amenant des candidats en tous genres, ayant trahi leurs partis d'origine, de droite comme de gauche, n'est pas un facteur très sûr de cohésion. On peut gager qu'un certain nombre des « marcheurs » élus se défileront assez rapidement pour échapper au marteau des ordonnances et à l'enclume des mouvements sociaux, pour rejoindre, qui les rrrrépublicains qui la gauche soumise qui même la France insoumise.

Ce qui est sûr à l'heure où nous écrivons :

-La vieille social-démocratie française est morte et enterrée, et avec elle, son appendice vert

-Le communisme à la française prolonge son agonie interminable commencée en 1968

-La France insoumise apparaît comme la seule force d'opposition un tant soit peu crédible, du moins dans le cadre du jeu parlementaire

Les questions qui se posent :

-La France insoumise saura-t-elle devenir autre chose que la nouvelle social-démocratie, comme Syriza est devenu un néo-PASOK en Grèce et Podemos est en passe de devenir un néo-PSOE en Espagne ? Les sympathiques nouveaux députés sauront-ils résister à la corruption intrinsèque aux ors de la République représentative ?

-La France insoumise saura-t-elle abandonner le terrifiant verticalisme et l'ubuesque culte de la personnalité (du chef) qui l'ont caractérisée jusqu'ici et apprendre à faire confiance aux gens, à « commander en obéissant » ? Rêvons un peu et osons l'espérer.

tlaxcala-int.org

 commentaire