19/06/2017 10 min lesmoutonsenrages.fr #130281

Permaculture ! La corruption du meilleurs engendre le pire....

À l'heure où tout se vend, un coup de gueule magistral de Sylvain Rochex, pourquoi ? Il s'en prend à un film censé promouvoir la permaculture, mais qui en vérité, ne promeut que le sacro-saint système soi-disant éducatif et surtout marchand, en faisant payer très cher, ce qui est à la disposition de tous. La permaculture est une façon de faire ancestrale, en communion avec la Nature, pas besoin de diplôme, de CAP. De l'observation, du bon sens et l'amour de la Terre sont les garants de la réussite. C'est aussi la persévérance qui donnera des résultats, il faut le temps que l'équilibre se crée. J'ai tenu à mettre le texte, car la vidéo a été bloquée pour cause de droits d'auteurs musicaux... En fin d'article je vous ai mis la présentation de la vidéo...

Le documentaire « L'Éveil de la permaculture » est en fait un film propagande sur l'éveil du business et de la scolarisation de la permaculture.

Affiche du film détournée

En salle depuis le mois d'avril, le documentaire « L'Éveil de la permaculture » est en fait un film promotionnel au bénéfice de ceux qui tentent de récupérer et de corrompre la permaculture.

On ne pensait pas que ça serait possible tant la permaculture représente le dernier espoir pour l'humanité et la dernière révolution possible. Mais apparemment, comme on nous a toujours volé les révolutions, certains tentent de voler y compris celle de la dernière chance.

La permaculture invite chacun de nous, par l'évidence du soin et de l'attention, à agrader son environnement immédiat pour bâtir des écosystèmes auto-fertiles, permanents et nourriciers, en boostant toutes les synergies possibles à l'intérieur du vivant et en prenant pour modèle la forêt.

Mais la permaculture est en train d'être pervertie par le business et par sa scolarisation / institutionnalisation.

On avait déjà nos « profs » qui se prennent pour Dieu, mais voilà une nouvelle génération de profs avec les dents encore plus longues qui prétend carrément posséder les savoirs liés aux synergies dans le cosmos.
Je ne pensais vraiment pas que la permaculture serait récupérée tant cette recherche de synergie concours de fait à l'autonomie individuelle et collective, et à des systèmes humains communautaires. Eh bien, non, des gens sont en train d'accomplir l'impossible, c'est-à-dire de rendre hétéronome l'autonomie elle-même. C'est pourquoi le film est gorgé jusqu'à la lie de contradictions (toutes les deux minutes, on dit une chose et son contraire). Il s'agit sans doute d'un film pour dire toute la schizophrénie qui caractérise les individus de cette fin de civilisation.

L'esthétique du documentaire au lieu d'être celle du jardin d'Éden est intégralement celle de « la formation » et de la scolarisation à fond les manettes. Une quantité dingue de plans sur des stylos-bics et des cahiers ; une quantité quasi totale de situations d'enseignements avec la dichotomie prof/élève est surexploitée. Situations scolaires et scolarisantes en pagaille, quand la permaculture est justement DÉSCOLARISATION, et désinstitutionnalisation des rapports, pour que les richesses de chacun puissent s'épanouir et pour qu'aucun frein ne soit mis à l'agradation !

La permaculture invite à un foisonnement à l'horizontal à l'instar de ce qui se passe dans la nature, chaque espèce pouvant jouer sa partition. Mais là non, on a des chefs de files qui s'engraissent et qui profitent du travail de fourmis de tous leurs « stagiaires ». Ils peuvent effectivement avoir des lieux exceptionnels puisqu'ils arrivent constamment à avoir des ouvriers qui payent très cher pour pouvoir œuvrer chez eux. Ça doit sûrement être ça le tout dernier stade du capitalisme : avoir des ouvriers qui payent très cher pour travailler.

Ce documentaire montre aussi (et apparemment malgré lui) ce qu'est une institutionnalisation larvée... Ils disent que tout ceci se développe « hors-institution », alors que les briques qui sont progressivement assemblées sont les fondations classiques de toutes les institutionnalisations du passé. Tout se met en place pour les futurs processus de distinction, de légitimation, LABEL (étymos : divisions, lambeaux), hiérarchies et autres, car toutes ces choses sont déjà là, larvées, en creux, prêtes à bondir à la gorge du monde (une fois de plus).
Un jargon et des concepts inutiles sont créés de toutes pièces pour faire montre d'une complexité/technicité et d'une nécessaire capitalisation du savoir.
Alors que la permaculture s'ancre dans le présent et va directement du cœur à la main. Le concept qui a la palme de l'enfumage et de l'énergie diabolique est celui de « DESIGN »... Quelle HORREUR !
Ce mot « Design » cache Prométhée et Descartes. Le drame de notre civilisation est notre tempérament et mœurs prométhéens et cartésiens.
Le « design », en permaculture, nous invite à quitter le jardin, pour sortir papier, stylo et ordinateur pour modéliser, planifier, prévoir, de façon démiurgique et prométhéenne comme si l'être humain pouvait connaître et appréhender (et donc prévoir) l'infini des interactions du vivant. Qui peut réellement dire ce que l'implantation d'un groseillier à tel endroit va faire sur l'angélique, l'ortie, le tilleul et toutes les autres espèces et toute la biologie, la physique et la chimie à proximité ?? Personne !!! Sauf Dieu ! Donc, personne !!

La permaculture, la vraie, pas celle de ces marchands du temple, est épiméthéenne totalement. Elle nous invite justement à retrouver en nous, en vertu d'un processus de réminiscence (ANAMNÉSIS), la pulsation originelle, pour aller du cœur à la main. Bref, exactement l'inverse du cartésianisme ou de l'attitude prométhéenne. La permaculture invite à l'humilité ! Qu'on m'explique l'humilité de ces nouveaux gourous-marchands !

La permaculture, c'est retrouver LES ÉVIDENCES à partir de ce qu'il y a de plus intime en chacun de nous (qui vient du fond des âges). Et des gens sont en train de s'organiser pour couvrir les évidences d'un voile, pour que nous devions ensuite payer pour que le voile soit levé par fragments microscopiques.
A chaque révolution, on reprend le chemin des évidences, et des êtres se dressent pour faire obstruction, ou pour nous conduire dans des labyrinthes et des impasses. Ça suffit !! Je pensais que les chiffres à notre époque concernant les destructions du vivant suffiraient à ne plus voir ce genre de comportement revenir pour cette dernière révolution.
Eh bien si ! Ils reviennent ! Ils vont vous parler de Design, de PDC, de Keyline et de Keypoint, de techniques, de diplôme de permaculture, d'université de la permaculture et de leur stage à 1000 Euros etc.. Ils vont donner naissance à des leaders charismatiques qui se prennent pour Dieu et vous enfument pour leur portefeuille. Et ils vont vous faire raquer raquer et encore raquer, distribuant chaque miette de savoir contre rémunération. « L'aliment favori de la chèvre est le frêne » : gling ! 10 cents d'euros ! « Le saule est le premier à s'épanouir pour les abeilles au printemps » gling ! Encore 10 cents ! « La poule mange des vers de terre » gling ! 10 cents !
Pendant des générations, les papys montraient comment greffer, ou autres savoirs, et aujourd'hui, la marchandisation du monde ayant terminé son œuvre diabolique, les techniques de greffes sont vendues comme le reste !

Alors que la permaculture devait signer la fin de la rareté dans la diffusion du savoir, des gens sont en train d'organiser sa rareté avec toutes les techniques modernes à leur disposition (y compris, la propagande de masse via ce film).

Mais ils sont encore un peu dans l'œuf. Il faut donc les tuer dans l'œuf (tuer leur business et leur tentative de scolarisation), avant que ne fleurisse par exemple, le Label « Permaculture » sur les produits des supermarchés, et avant que l'État éternel complice/instrument des pourris vienne s'immiscer pour mettre en place un système de validation/légitimation pour venir distinguer les « vrais permaculteurs » (ceux qui ne troublent pas le système capitaliste et l'ordre établi) des « faux » (anarchistes, désobéissants, un peu trop libres).
Et l'État avec la distribution du fric arrive toujours à ses fins, c'est (aussi) pour ça qu'il faut sortir la permaculture des logiques de fric !

Mais putain, on est encore en train de nous voler la Révolution.

Le film est sous-titré : « et si la révolution s'inspirait de la nature ».

Pourtant quand une digue saute dans la nature, il n'y a pas de retour-arrière possible. La digue a sauté ! Aucune espèce de plante va tenter de canaliser le flux pour son profit en matière d'irrigation...

La permaculture, c'est la nature qui se révolte. Le sauvage en nous. J'invite tous les sauvages de la terre à ravager les business de tous ces vendeurs de stages de permaculture à 1000 Euros les 10 jours. J'invite tous les sauvages de la terre à ravager le mouvement de scolarisation de la permaculture au profit d'une continuation du mouvement général de Déscolarisation tous azimuts. J'invite tous les sauvages de la terre à se rassembler pour faire de la permaculture ensemble gratuitement, intégralement gratuitement.

Je joints la chanson de Vaneigem qui dit que nos révolutions sont trahies. Mais maintenant ça suffit !

Nous (comme beaucoup d'autres qui ne sont évidemment pas dans ce documentaire de propagande), organisons là où nous vivons des partages de connaissances permaculturelles pour ZÉRO EURO par jour.

Car l'énergie du cosmos, l'énergie de la permaculture, est celle de la grâce, celle de la gratuité !

Gros bisous

Sylvain Rochex - www.descolarisation.org

Présentation de la vidéo malheureusement bloquée

« C'est l'histoire de l'humanité.
Elle s'abîme, elle fonce vers l'abîme.
De révolution en révolution, elle tente à chaque fois de se redresser, de retrouver l'Évidence de la pulsation intime du cosmos.
Mais à chaque fois, les révolutions sont récupérées, détournées, corrompues.La permaculture, c'est le nom donné à la dernière révolution de l'humanité. « Dernière », en date, mais aussi FINALE, parce que les destructions sont allées vraiment trop loin. La permaculture, c'est donc le nom donné au dernier coup de volant possible pour l'humanité avant son extinction.Chose vraiment étrange et surprenante une poignée d'individus sont en train d'essayer de récupérer égoïstement LA TOUTE DERNIÈRE RÉVOLUTION DE L'HUMANITÉ (ET FINALE).
On ne pensait pas, depuis les astres, que des gens oseraient se récupérer même la der des ders ! »

Bisou,

Sylvain

lesmoutonsenrages.fr

 commentaire