Le Nécronomacron

17/06/2017 5 min blog.despot.ch #130216

Une théologie du néant à la manière de Lovecraft

«Malheur à la cité dont le prince est un enfant.» (Ecclésiaste 10:16)
«Je suis la femme d'Emmanuel Macron et non sa mère ou sa grand-mère. L'amour n'a pas d'âge.» (Tweet de Brigitte Trogneux-Macron, le 30.4.2017, 18h46)

Je connais Les Macrons depuis la nuit des temps. Leurs métamorphoses ne me trompent pas. Je suis plus vieux que si j'avais mille ans, car j'en ai trois fois autant, l'âge de cette civilisation. Eux sont éternellement jeunes, ils le font savoir et on les croit.

L'obscène imposture! Moi seul vois clair dans leur jeu. Son jeu. Derrière ses tulkous, ses réplicants et ses incubes il est un. Ses pluralités, ses ouvertures, ses multitudes et ses étendards ne sont que les filaments de lumière sans pesanteur qui annoncent le trou noir, l'unique aboutissement de tout.

Il n'est qu'un oxymore en rotation, une contradiction absolue. Ce gouffre n'a aucue profondeur. Cette fraîcheur n'a pas d'âge. Malgré mes cicatrices et mes difformités, je suis encore trop jeune pour lui faire barrage. Je n'ai que le pouvoir de le suivre et de l'irriter. Je le reconnais dans ses mues et ses saisons, infailliblement. A quoi? A je ne sais quoi. Je plaisante: je le sais. A son regard tout à la fois naïf et cynique, enfantin et roué, aigu et désespérément stupide. Le regard dit-on, est le miroir de l'âme. Quand l'âme n'y est pas, il se compose et du même coup se trahit. L'ennemi est habile à donner le change. «Il est vrai pourtant a observé un de mes éclaireurs, qu'il ne peut s'empêcher de laisser échapper quelque sottise, qui est comme sa signature.»

Ses yeux sont frémissants et inquiets comme l'agent infiltré qui craint de perdre sa fausse moustache. Ses gestes sont surfaits, ses joies froides et ses colères infantiles. Ses pensées sont grégaires comme un banc de poissons. Il joue sa survie à coller au courant.

Vous ne le reconnaissez toujours pas?

Je l'ai croisé partout. Il était ce mignon de Socrate qui s'abreuva de ses paroles avant de me les rapporter quand j'étais juge d'Athènes. Il se prélassait grimé dans le Satyricon quand je gardais les palais de la débauche. Ce frileux a toujours vécu adossé aux foyers du pouvoir. Brantôme et Saint-Simon l'ont croisé dans les antichambres sans même le savoir. Il était gandin quand je revenais des campagnes de l'Empereur, les orteils gelés et le crâne fendu. Il est apparu à Balzac comme journaliste, à Daumier comme avoué. Partout où soufflait un vent de mode, il montait en selle et se laissait propulser. Un être de chair eût été trop lourd.

La modernité est son heure de gloire. Quand la morale se confond avec la vertu et le verbe avec l'action, il triomphe. Il nage dans les nombres et les quantités, il calibre, élague et normalise. L'imprévu l'irrite, la diversité le déroute, la bravoure l'épouvante, la gratuité le détruit. La sagesse à ses yeux se résume à rester sage. Il se garde de la folie humaine comme le vampire se calfeutre contre la lumière du jour. Il a aplati les arts, castré la pensée, transformé le destin en pronostic. Il a envahi les académies et aussitôt les temples de la science sont devenus les tombeaux de l'évidence. Et aussitôt les esprits les plus instruits sont devenus ses plus grosses dupes.

Le voici donc qui s'avance à découvert. Seuls les poètes et les écrivains s'alarment de son passage. Il est le diable en complet veston de Gogol, l'Européen moyen en qui Léontiev voyait l'idéal et l'outil de la destruction universelle. Il est l'inspirateur de toutes les philosophies du nivellement et de la trivialité. De Stuart Mill à Proudhon, de Cabet à Marx, le dix-neuvième siècle ne chante que sa médiocrité et la prolonge à travers les âges.

Le voici donc à mes côtés, de plus en plus proche, de plus en plus nombreux. Il est mon collègue de HEC rêvant de sa première Jag, mon partenaire de squash, mon coloc équipé chez Roset et B&O, épris d'intérieurs blancs et de plantes vertes. Il est le gendre idéal dont rêvait ma mère, l'analyste financier qui rafle en un jour mes laborieux honoraires de six mois. Il aime tout le monde et ne veut blesser personne, mais son regard de bande dessinée continue de le trahir. Il rédige son moindre speech, affine son anglais d'aéroport, lit ce que chacun doit avoir lu mais porte ce que la personne ne peut se payer. Il a trouvé sa fêlure dans un amour interdit, mais là encore, le texte n'est pas de lui:

Réveille-toi Maggie, je crois que j'ai quelque chose à te dire
Septembre est presque fini et je devrais tout de même reprendre l'école...
Je sais que je t'ai amusée, mais je me sens abusé...
Le soleil du matin quand il frappe ton visage révèle ton âge...
Tu m'as enlevé de chez moi juste pour ne plus être seule
Tu as volé mon cœur et c'est cela qui blesse vraiment.

Non, Maggie May n'est pas Brigitte et Macron n'est pas Rod Stewart. Le Macron n'est personne. Le Macron® est un produit synthétique et breveté comme le Nylon, le Teflon ou le Dacron. Le Macron est le tissu même de la société sans hommes.

blog.despot.ch

 commentaire