À propos d'un rapport d'Amnesty : médias et violences policières

16/06/2017 11 min acrimed.org  violences policières casseurs médiatique  Amnesty International  médias alternatifs état d'urgence loi Travail #130187

Amnesty international, dans un rapport rendu public le 31 mai 2017 [1 ], dénonce les dérives de l'état d'urgence en France depuis son entrée en vigueur en novembre 2015, et notamment sur le droit de manifester.

L'examen de l'ensemble de ce rapport ne relève pas de la critique des médias. En revanche, ce même rapport fait état, selon ses propres termes, d'un « usage disproportionné de la force » et de violences policières. Or, avant sa publication, rares - très rares - ont été les grands médias qui ont enquêté sur ces violences. Qu'ont-ils découvert dans le rapport à ce propos et qu'en ont-ils retenu ?

Un journalisme de maintien de l'ordre ?

Négliger les « violences policières » pour se concentrer sur les affrontements « en marge » (comme ils disent...) des mobilisations écologistes et des manifestations contre la « Loi travail » : telle a trop longtemps été la règle observée par les grands médias, et en particulier par les télévisions, si friandes d'images spectaculaires qu'elles se sont bien gardées d'enquêter sur le rôle et les agissements des forces de police. Des médias souvent plus soucieux de soutenir le « maintien de l'ordre » que d'informer.

Pourtant, une enquête semblable à celle d'Amnesty concernant les violences policières avait été menée par Reporterreet publiée en juin 2016. À l'époque, le Rapport de la Mission civile d'information sur les actions de maintien de l'ordre menées depuis les manifestations contre la loi Travail en février 2016 n'avait été commenté ni relayé quasiment nulle part, à l'exception notable de Libération, Politis, et de quelques médias alternatifs [2 ]. À croire qu'un média indépendant (qui ne figure pas parmi les « grands ») serait une source négligeable ou peu fiable, trop engagée et, partant moins sérieuse qu'une ONG. À moins que les faits relevés dans une enquête publiée en juin 2016, au plus fort des mobilisations sociales, ne méritent d'être (très inégalement...) pris en considération que lorsque celles-ci ont cessé ?

Dès mai 2016, nous avions nous-mêmes mis en cause le traitement médiatique du comportement des forces de police - « Loi Travail : matraquages médiatiques sur les manifestations » - en relevant notamment le contraste entre « la reprise en boucle [..]. des chiffres et éléments de langage de la Préfecture » etle « silence sur les violences policières » [3 ]. De même, nous avons montré - « Violences policières « en marge » des manifestations : les mots pour (ne pas) le dire » - comment les interventions policières étaient présentées dans des termes biaisés qui permettaient d'éluder ou de relativiser leurs conséquences.

Et pourtant...

Plus de 1000 blessés : ce chiffre, retenu avec précaution par le rapport d'Amnesty, résulte des entretiens avec les Street medics, un mouvement de secouristes bénévoles, et témoigne de l'ampleur des violences policières. Or sur ces violences, en dépit du rapport d'Amnesty, quelques médias ne nous ont pas déçus.

« Cachez ces violences que je ne saurais voir »

Quelques exemples de dissimulation pudique...

Le Monde, sous le titre « Quand l'état d'urgence rogne le droit de manifester », saupoudre un article fourre-tout de son cru de quelques fragments du rapport d'Amnesty, réussissant le tour de force de ne pas parler une seule fois de violences policières. Focalisé sur les « interdictions de manifester », il omet soigneusement de mentionner ce qu'il est convenu d'appeler les « pratiques du maintien de l'ordre », se contenant de parler « d'affrontements » entre deux camps : « 90 % de ces arrêtés ont été pris lors de la mobilisation contre la loi travail, une période qui fut souvent émaillée d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants. »

Pis : l'article revient sur la mort de Rémi Fraisse, un manifestant de 21 ans tué par une grenade offensive lancée par un gendarme lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens [4 ]. Mais c'est pour en donner une version lamentable :

En 2015, la commission d'enquête parlementaire mise en place après la mort de Rémi Fraisse - en octobre 2014, le jeune militant écologiste était décédé lors d'une manifestation d'opposants à la construction d'un barrage à Sivens (Tarn) - avait proposé de créer, sur le même modèle, une interdiction administrative de manifester pour les individus « condamnés ou connus en tant que casseurs violents ».

Les circonstances précises du décès de Rémi Fraisse sont éludées, comme s'il s'agissait d'un accident, et l'enchaînement entre ce décès inexpliqué et l'interdiction de manifester pour « les individus "condamnés ou connus en tant que casseurs violents" » laisse entendre que Rémi Fraisse était l'un d'eux...

Et pour couronner le tout, la fin de l'article (soit près d'un tiers) est consacrée, dans des termes que l'on s'abstiendra de commenter, aux personnes « radicalisées », ciblées par les interdictions. Force est de constater que, pour Le Monde, le rapport d'Amnesty est un simple prétextequi ne mérite pas d'être traité pour lui-même. Quant aux violences policières, il en sera sans doute question une autre fois.

Europe 1 offre un autre exemple de compte-rendu tronqué. Un article publié sur son site - « Amnesty International réclame l'interdiction des grenades de désencerclement » - est exclusivement consacré à l'usage des « grenades de désencerclement », laissant penser, puisque la quasi intégralité de l'enquête disparaît, que ces armes en sont le sujet principal : « Dans un rapport à paraître mercredi, Amnesty International affirme qu'il est urgent d'interdire ces armes utilisées par les forces de l'ordre notamment lors de manifestations. Car pour l'ONG, leur dangerosité n'est pas maîtrisée. » Sans doute l'article donne-il des précisions sur celles et ceux qui sont blessés par ces armes, mais non content de ne rien dire des dérives de l'état d'urgence qui sont au centre du rapport d'Amnesty, il élude de fait le caractère systématique des violences policières. Et, comme pour dédouaner les forces de l'ordre, Europe 1 accorde une forme de droit de réponse à un syndicaliste de l'Unsa-Police [5 ].

Le Parisien - « Comment l'état d'urgence permet d'encadrer le droit de manifester » - semble également estimer que le rapport ne mérite pas un traitement à part entière. L'article, classé dans la rubrique « Faits divers » - une géographie éditoriale qui en dit long ! - est consacré pour moitié aux commentaires de Philippe Capon, secrétaire général de l'« Unsa-Police » que l'on entend si peu... qu'il fréquente assidument les plateaux de télévisions.

« Des violences ? Nous allons enquêter c'est promis »

Cela dit, force est d'admettre que le rapport d'Amnesty dans son ensemble a fait l'objet de nombreux comptes rendus. La plupart des médias que nous avons consultés mentionnent les restrictions et les atteintes au droit à manifester, n'hésitant pas à chiffrer le nombre de rassemblements interdits de novembre 2015 à mai 2017. Nombreux sont également ceux qui replacent ces restrictions et ces atteintes dans le contexte politique de l'état d'urgence, fidèles en ce sens au rapport d'Amnesty. Certains plus que d'autres méritent d'être mentionnés.

C'est le cas, on n'en sera pas surpris, de Reporterre, mais aussi de La Croix ou de La Voix du Nord [6 ], qui s'attardent longuement sur les pratiques et les violences policières, qui occupent une place centrale et donnent lieu à des descriptions détaillées dans le rapport d'Amnesty.

Le Figaro - « L'état d'urgence "dévoyé", selon Amnesty » - résume lui aussi le rapport. Et dans ce quotidien - que l'on ne saurait soupçonner de gauchisme - on peut lire (à l'abri de guillemets protecteurs) : « Entre violence policière "disproportionnée" et liberté de manifester entravée, l'état d'urgence, en vigueur depuis dix-huit mois en France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a été "dévoyé", dénonce Amnesty international dans un rapport paru aujourd'hui. » Et surtout :

Un grand nombre de violences « excessives, disproportionnées et arbitraires » ont été commises par les forces de l'ordre contre les manifestants, affirme Nicolas Krameyer, responsable du pôle liberté chez Amnesty France. [..]. Interrogés par Amnesty, les Street medics, un mouvement informel de secouristes, ont évalué à mille le nombre de manifestants qu'ils ont dû soigner de ce fait. Quelque 102 manifestants ont déposé plainte auprès de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) ou de la gendarmerie (IGGN), qui ne constituent que « la partie émergée de l'iceberg », selon le rapport.

De nombreux autres articles mentionnent eux aussi ces violences, parlant de pratiques « excessives, disproportionnées et arbitraires ». Mais ces violences ne bénéficient pas de toute l'attention qu'elles méritent. Certes, ces articles isolent des exemples et mentionnent différentes armes ayant causé des blessures chez les manifestants (grenades de désencerclement, tirs de flashballs, matraques, gaz lacrymogènes, etc.). Mais rares sont ceux qui font état du nombre de blessés.

Libération, par exemple,- « Amnesty s'alarme des limitations au droit de manifester en France » - résume l'essentiel du rapport et mentionne la critique des pratiques policières (notamment les « nasses »), ainsi que les violences contre les manifestants. Mais sans s'attarder outre mesure sur leur ampleur et leurs effets. Il en va de même dans de nombreux autres médias [7 ].

Quoi qu'il en soit, dûment alertés par les rapports successifs de Reporterre et d'Amnesty, les médias n'ont plus aucune excuse. Désormais bien informés, armés de chiffres et de témoignages, ils seront peut-être enclins à faire leur travail sans attendre qu'une ONG le fasse à leur place : mener des enquêtes de terrain, en suivant les méthodes d'Amnesty et de Reporterre, afin de documenter et de rendre compte des violences des « forces de l'ordre » plutôt que de livrer en pâture, à longueur de colonnes et d'antenne, le spectacle spectaculaire de vitrines brisées. Et - pourquoi pas ? - en complétant leurs comptes rendus par l'explication des revendications des manifestants.

On peut sérieusement en douter, mais nous ne demandons qu'à être surpris : surtout par les chaînes de télévisions qui se délectent du spectacle des affrontements et s'en remettent aux informations fournies par la préfecture de Police [8 ].

Henri Maler et Pauline Perrenot

acrimed.org

 commentaire