« Mohamed est un porc » : ce que les soldats israéliens obligent des Palestiniens à répéter

14/06/2017 2 min europalestine.com #130099

Un jeune palestinien de 19 ans, ayant participé à une manifestation dans le village de Nabi Saleh a été enlevé par l'armée, puis frappé, torturé et humilié pendant 7 H par 10 soldats israéliens, dénonce l'organisation israélienne de défense des droits de l'Homme Bt'selem.

Baraa Kanan, du village de Beit Rima, près de Ramallah était dans une ambulance avec des blessés, lorsque l'armée d'occupation l'a fait descendre, et ayant trouvé un lance-pierres dans sa poche, l'a embarqué dans une jeep, yeux bandés et ligotté, vers une destination inconnue.

Arrivé dans une salle, les soldats l'ont frappé à la tête et sur la poitrine, lui ont craché dessus, l'ont forcé à rester dans des positions très douloureuses. Quand il a demandé un verre d'eau, un soldat a enfoncé une bouteille dans sa bouche et a déversé de l'eau jusqu'à ce qu'il s'étrangle.

Quand il est allé uriner, un soldat l'a fait tomber dans son urine pour que ses vêtements en soient imprégnés.

"Et pendant tout le temps, ils insultaient ma mère et me forçait à répéter sans cesse des phrases telles que "Les soldats sont mes amis", "Mohamed est un porc", "Mohamed est un chien", rapporte Baraa.

"Ils m'ont coupé des touffes de cheveux, ils ont placé un pistolet sur ma tête en me disant : "Tu es un grand terroriste et on va te tuer".

"Puis ils m'ont frappé à nouveau et recouvert mes jambes de terre, alors que j'avais toujours les yeux bandés. J'étais terrifié, d'autant qu'ils avaient tué un manifestant, Saba Abu Ubeid, et grièvement blessé deux autres, lors de la manifestation de Nabi Saleh.

Au bout de 7 H, ils m'ont jeté dans un endroit inconnu en me rendant ma carte d'identité, et en me disant "Vas-y, retourne à Nabi Saleh et dis leur ce qu'on t'a fait !". Mais je ne savais pas comment retourner à mon village.

Il finit par rentrer chez lui en stop et fut hospitalisé pendant deux jours pour recevoir des soins sur tout le corps.

B'Tselem souligne dans son rapport qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé, mais d'un exemple parmi beaucoup d'autres, les soldats sachant que leurs sévices resteront impunis, et qu'ils peuvent compter sur le total soutien de leurs supérieurs.

Et on voudrait nous empêcher d'appeler au boycott d'Israël ? Quelle bonne blague !

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : B'Tselem

CAPJPO-EuroPalestine

europalestine.com

 commentaire