071203

Conférence de paix ou conférence de guerre ?

{{::export from newsnet in pirates de l'air by newsnet date: 03/12/07}}
Incantations rituelles

Ayant suivi plus d'une cinquantaine d'articles sur ce thème, je peux me permettre une analyse.

J'ai surtout vu que les personnes les plus savantes des procédures de la politiques, le plus rationnellement du monde, essayaient de placer de l'espoir dans cette conférence, étant donné que légalement c'est le seul endroit où il pouvait se passer quelque chose de concret, contrairement au reste du temps. Comme quoi même les plus pointus et les plus honnêtes ne peuvent se soustraire à la psychopathie de leur époque.

Si une réunion de paix avait eu lieu dans un bureau isolé et fermé, suite à des discussions nombreuses et régulières, et que des accords productifs en étaient sortis, le premier reflex serait de refaire une conférence factice, festive, protocolaire, médiatisée, de façon à ce que les décisions soient entérinées sous le témoignage du public, du monde et de l'histoire.

Ici donc, c'est l'inverse. Il est laissé porté à croire que le lieu festif et protocolaire était aussi réellement le lieu de la réflexion et de l'entente.

Et finalement, sous les yeux du public et de l'histoire, ils ne font que jouer le théâtre de leur impuissance, comme s'il suffisait de mettre en oeuvre des réunions protocolaires pour que – les bons choix qui en seraient à l'origine de la fête – apparaissent par eux-même, comme par enchantement.

Voilà ce qui arrive quand un peuple perd ses racines culturelles.

C'est exactement la même chose que ce fermier qui fait des incantations fumigènes à son robinet pour qu'il envoie sa si précieuse eau.

8119