Quelques jours avant les élections britanniques, des experts européens continuent à prédire la catastrophe

06-06-2017 2 articles ruptures-presse.fr 5 min #129744

Les Britanniques votent jeudi 8 juin. Les économistes européistes, qui avaient prédit la catastrophe en cas de vote favorable au Brexit lors du référendum de juin 2016, admettent s'être « un peu trompés », mais... réitèrent leurs menaces.

Les électeurs britanniques sont appelés aux urnes jeudi 8 juin. Ce scrutin anticipé a été provoqué par la décision du Premier ministre, Theresa May : celle-ci avait annoncé, le 18 avril, avoir besoin d'un Parlement la soutenant de manière « forte et stable » pour les négociations avec Bruxelles en vue du Brexit.

Mi-avril, elle semblait pouvoir compter sur une forte vague en faveur de son parti. Depuis cependant, l'avance très considérable promise aux Conservateurs sur leurs adversaires travaillistes semble s'être fortement réduite. Le dernier attentat commis à Londres le 3 juin ajoute à l'incertitude des résultats.

Ces élections sont marquées par deux paradoxes. D'une part, lors de la campagne qui précéda le référendum du 23 juin 2016, tant Mme May que son adversaire travailliste, Jeremy Corbyn, s'étaient prononcés pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. L'un et l'autre sont aujourd'hui favorables au Brexit.

La locataire du 10 Downing Street en a même fait son cheval de bataille, et promet la plus grande fermeté face à Bruxelles dans le bras de fer - prévu pour durer deux ans - qui va s'engager quelques jours après le scrutin. Quant à M. Corbyn, un dirigeant honni par l'appareil travailliste qui l'accuse d'être bien trop à gauche, il ne lui a évidemment pas échappé qu'une large part de son électorat, particulièrement dans les milieux ouvriers et populaires, était favorable à la sortie.

D'autre part, la bataille électorale elle-même a semblé de plus en plus tirée vers la gauche. Le programme de M. Corbyn contient un ensemble de mesures - nationalisations,... - qui apparaissent bien plus radicales que celles, en France, de Jean-Luc Mélenchon, et, plus encore en Allemagne, de Die Linke.

Quant au chef du gouvernement, elle ne cache pas sa volonté de conquérir les classes populaires par des promesses sociales et économiques qui font probablement se retourner dans sa tombe Margaret Thatcher (du reste, c'est l'une des mesures en défaveur de la classe moyenne aisée - le financement de la dépendance par le futur héritage - qui semble avoir provoqué son décrochage dans les sondages).

Le choix du Brexit a poussé le pays... vers la gauche, au moins dans les discours

Cette configuration est pour le moins inattendue dans un pays plongé depuis des décennies dans une idéologie et une politique ultralibérales échevelées... Certes, il convient de rester prudent sur les engagements et les promesses. On peut cependant constater un fait : le choix du Brexit a poussé le pays... vers la gauche, au moins dans les discours. Une tendance qui, c'est le moins qu'on puisse dire, ne semble se manifester ni aujourd'hui en France, ni demain en Allemagne.

Les élites européennes enragent

Du reste, le Brexit continue de faire enrager les élites européennes, dirigeants politiques comme économistes alignés. Pour mesurer leur amertume, il faut relire les prévisions et menaces que ces derniers proféraient avant le référendum de 2016, à l'unisson de tous les instituts et organismes, privés ou publics : si les électeurs anglais commettaient l'« irréparable », tous pronostiquaient que les dix plaies d'Egypte allaient s'abattre (sans même attendre la sortie effective) sur le malheureux Royaume : effondrement économique, drames sociaux, naufrage financier...

Non seulement ces expertes prédictions ne se sont pas réalisées, mais, pour l'heure,  c'est plutôt l'embellie : consommation intérieure dopée, croissance soutenue, chômage (officiel) au plus bas.

« En tant qu'économistes, on s'est un peu tous trompés, il faut le reconnaitre ». L'experte française manie de manière fort savoureuse l'euphémisme très british...

Dans son édition datée du 2 juin, Le Monde a donc recueilli l'analyse de conjoncturistes. Le quotidien cite l'un d'entre eux, Marie Albert, qui admet ainsi : « en tant qu'économistes, on s'est un peu tous trompés, il faut le reconnaitre ». « Un peu trompés »... l'experte française manie de manière fort savoureuse l'euphémisme très british !

La responsable du risque pays à la COFACE (tout de suite, ça rassure...) admet que « le comportement des ménages a été inattendu » par la vigueur de la consommation, « ce qui semble montrer la confiance des Britanniques dans l'avenir ». Des Britanniques, mais pas des experts : Mme Albert souligne ainsi que « la résilience des entreprises est en trompe-l'œil ».

Et Le Monde de préciser : « 'les intentions d'investissements reculent' constate Marie Albert, qui craint que les vraies conséquences du Brexit ne démarrent qu'après 2018 ». Un quasi-lapsus qui en dit long sur l'état d'esprit des élites européennes...

Mme Albert note enfin que le « le choc le plus problématique pour le Royaume-Uni risque d'être lié à l'immigration ». Il ne s'agit pas seulement des travailleurs européens de l'Est dont est friand le patronat d'outre-Manche pour faire baisser les salaires, mais aussi des « hauts talents » dont les « qualités managériales » pourraient bien faire défaut. Bref, le mercato européen des PDG haut de gamme pourrait bouder la malheureuse Albion...

Quelle terrible menace ! Il reste désormais à attendre le 8 juin pour voir dans quelle estime nos amis insulaires tiennent les économistes fidèles aux dogmes de l'Union européenne.

 ruptures-presse.fr

 Ajouter un commentaire

modules attachés ordre chronologique
09-06-2017 10 articles francais.rt.com 3 min #129891

La presse britannique sous le choc des résultats des élections au Royaume-Uni

Source: Reuters

Theresa May «suspendue à un fil», «le Royaume-Uni sur le fil du rasoir» : la presse britannique était sous le choc le 9 juin alors que de nouvelles projections montrent que les conservateurs auraient perdu leur majorité au Parlement.

«Le grand pari de May échoue», titre à la Une le quotidien The Times, proche des conservateurs, soulignant que le rêve du Premier ministre de renforcer sa majorité «semble réduit en lambeaux».